Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GIDE ANDRÉ (1869-1951)

De la guerre au prix Nobel

En 1939, Gide a publié le premier volume de son Journal (1889-1939), qui va constituer pour lui l'espace essentiel d'écriture des dernières années de sa vie. Son image de « démoralisateur de la jeunesse » auprès du régime pétainiste, ses combats passés le maintiennent à distance de toute compromission, même si, les premiers mois, Gide, comme beaucoup, vit la défaite de la France dans le plus grand désarroi. Il rompt très rapidement avec La N.R.F., passée aux mains de Drieu la Rochelle, et, en 1941, est empêché physiquement par des collaborateurs de prononcer une conférence sur Henri Michaux, qu'il vient de découvrir. Outre son Journal, Gide, pendant cette période, traduit Hamlet (1944). C'est là aussi une dimension de l'écrivain qu'on a tendance à oublier : cette attirance pour les littératures étrangères qui l'a déjà amené à traduire Conrad, Tagore, Blake, Pouchkine, Whitman... Ces dernières années sont aussi pour lui l'occasion de renouer avec un thème qui le hante depuis longtemps : la figure du héros grec Thésée, dont il fait le personnage principal de son dernier récit publié sous ce titre en 1946. Ce qui l'attire dans Thésée, c'est l'image de l'aventurier auquel, malgré ses apparentes allures de moraliste, il s'identifie pleinement : « Je ne suis peut-être qu'un aventurier », écrivait-il dans son Journal. Gide avait déjà manifesté sa sympathie pour la manière dont Œdipe avait vaincu le Sphinx (notre monstre intérieur). Mais Thésée va plus loin, selon lui, dans sa puissance presque nietzschéenne qui l'amène à s'affranchir des lois, du passé, des contraintes. Thésée est l'homme libéré de la mauvaise conscience, du ressentiment : vainqueur du labyrinthe et du Minotaure, il est aussi celui que l'ardeur à jouir des choses amène également à passer perpétuellement outre, jusque dans l'abandon d'Ariane à Naxos. Ce bref récit est une sorte de testament au travers duquel, par un dernier hommage à l'Antiquité grecque, Gide questionne à nouveau l'homme contemporain et traque ses dernières peurs comme ses ultimes possibles.

En 1947, Gide obtient le prix Nobel de littérature, mais refuse, malgré les pressions, d'entrer à l'Académie française, et consacre son temps à écrire l'adaptation du Procès de Kafka pour le théâtre, que Jean-Louis Barrault mettra en scène. Il meurt le 19 février 1951 d'une congestion pulmonaire.

L'influence de Gide est difficile à apprécier, tant son œuvre est protéiforme, contradictoire et dérangeante. Cette perpétuelle oscillation, ce jeu de duplicité, ce désir perpétuel de surprendre a créé davantage une constellation de lecteurs qu'une phalange de disciples fanatiques. Pourtant, toute une génération s'est laissé prendre à la séduction de ses divers masques : Roland Barthes, Jean-Paul Sartre, Jacques Lacan, Maurice Blanchot, Alain Robbe-Grillet et tout le nouveau roman... Ce que les contemporains peuvent retrouver en lui, c'est, au-delà du moraliste et de l'immoraliste, une écriture totalement ouverte à l'énigme du désir, au questionnement sur soi et à la mobilité perpétuelle de l'être.

— Éric MARTY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

André Gide

André Gide

<em>Une lecture</em>, T. van Rysselberghe

Une lecture, T. van Rysselberghe

Autres références

  • L'IMMORALISTE, André Gide - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 775 mots
    • 1 média

    Bien qu'âgé de quarante-trois ans, André Gide (1869-1951) est encore peu connu en dehors des milieux littéraires lorsqu’il publie son récit L’Immoraliste (1902). Les Nourritures terrestres(1897) sont passées relativement inaperçues et ne deviendront le bréviaire d’une génération qu'une...

  • LES FAUX-MONNAYEURS, André Gide - Fiche de lecture

    • Écrit par Alain CLERVAL
    • 1 002 mots
    • 1 média

    André Gide (1869-1951), Prix Nobel de littérature en 1947, et en qui Malraux a vu « le contemporain capital », aura exercé une influence considérable tout au long de l'entre-deux-guerres, notamment sur la jeunesse. À partir des années 1920, Les Nourritures terrestres (1897) furent l'évangile...

  • LES NOURRITURES TERRESTRES, André Gide - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 291 mots

    En avril 1897, lorsque Les Nourritures terrestres paraissent au Mercure de France, à compte d’auteur et en tirage limité, André Gide (1869-1951) a déjà publié plusieurs ouvrages – Les Cahiers dAndré Walter (1891), LesPoésies dAndré Walter (1892), Le Voyage dUrien (1893) et ...

  • AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

    • Écrit par Alain BRUNN
    • 1 440 mots

    Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de l'écriture...

  • AUTOFICTION

    • Écrit par Jacques LECARME
    • 2 426 mots
    • 2 médias
    ...la personne réelle de l'auteur avec la figure que le romancier entend représenter ou induire. » Or cette règle était déjà transgressée victorieusement par André Gide qui, dans ses fictions, au nom de la sincérité ou de l'authenticité, imposait l'idée d'une adéquation entre une figure corporelle de l'auteur...
  • DELAY JEAN (1907-1987)

    • Écrit par Jean MÉTELLUS
    • 1 038 mots

    De sa naissance à Bayonne le 14 novembre 1907 jusqu'à sa tétralogie généalogique Avant mémoire, en passant par l'Académie de médecine et l'Académie francaise, chaque moment de la vie de Jean Delay a fait l'objet d'enquêtes, de réflexions, et tout n'a suscité qu'admiration. Delay a-t-il pu...

  • ENGAGEMENT

    • Écrit par Jean LADRIÈRE, Jacques LECARME, Christiane MOATTI
    • 11 615 mots
    • 1 média
    ...s'assombrit. La plupart des écrivains choisissent l'engagement polémique et mettent ouvertement leur talent au service d'une cause. Des gestes comme celui de Gide et Malraux, portant en janvier 1934, à la demande du P.C.F., une pétition à Berlin pour réclamer la libération du Bulgare Dimitrov, secrétaire de...
  • Afficher les 19 références

Voir aussi