DELAY JEAN (1907-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De sa naissance à Bayonne le 14 novembre 1907 jusqu'à sa tétralogie généalogique Avant mémoire, en passant par l'Académie de médecine et l'Académie francaise, chaque moment de la vie de Jean Delay a fait l'objet d'enquêtes, de réflexions, et tout n'a suscité qu'admiration. Delay a-t-il pu vivre sereinement ce respect et cet enthousiasme quasi généralisés de la part d'hommes que ses succès n'ont sûrement pas manqué de déranger ?

Bachelier à quinze ans, externe des hôpitaux à dix-sept ans, interne à vingt ans, médecin des hôpitaux à trente ans et professeur de clinique à trente-neuf ans, il a parallèlement mené à bien une licence de philosophie, soutenu une thèse de lettres en 1942 et écrit trois romans : La Cité grise (Vigneau, 1946), Les Reposantes (Gallimard, 1947) et Hommes sans nom (Gallimard, 1948) qui montrent la sensibilité du médecin devant la maladie. À cet ensemble succède un texte qu'il réduit aux dimensions d'une nouvelle, « Lit numéro 7 », et qui retient l'attention de Gide. Entre l'auteur des Nourritures terrestres et le neuropsychiatre se noue une amitié, les deux hommes s'admirent. Ils se sont connus à Bruxelles en 1945 par Henri Mondor, et Gide lui fit rencontrer son ami Roger Martin du Gard. À la mort de l'auteur de L'Immoraliste et de La Porte étroite, sa fille communique tout naturellement ses papiers intimes, ses correspondances familiales au professeur Delay.

L'année 1952 représente une année importante, presque charnière, dans la vie de celui-ci : il entreprend une étude sur Gide. Mais c'est aussi en 1952 qu'il a l'idée, avec son collaborateur Pierre Deniker, d'appliquer la chlorpromazine (employée par Henri Laborit au Val-de-Grâce pour produire l'hibernation artificielle) au traitement de certaines maladies mentales, avec un plein succès. La chimiothérapie fait son entrée en psychiatrie.

L'introduction de ce produit bouleverse les habitudes thérapeutiques, démode l'électrochoc et abolit la camisole de force. Cette découverte conduira Delay en 1955 à l'Académie de médecine. Par ailleurs, en 1945, Delay, nommé expert au procès de Nuremberg, était chargé d'examiner Rudolph Hess et Julius Streicher. En 1947, il devint titulaire de la chaire de clinique des maladies mentales et de l'encéphale et directeur de l'Institut de psychologie ; et, en 1950, il présidait à Paris le premier congrès mondial de psychiatrie, qui réunissait deux mille cinq cents participants.

De l'impressionnante liste de ses œuvres scientifiques on ne peut donner qu'un très bref aperçu : en 1935, Les Astéréognosies, étude de la pathologie du toucher ; en 1941, Les Ondes cérébrales et la psychologie ; en 1942, Les Dissolutions de la mémoire, sa thèse de doctorat ès lettres avec une Préface de Pierre Janet ; en 1946, Les Dérèglements de l'humeur, avec une Préface de Gustave Roussy ; en 1950, Méthodes biologiques en clinique psychiatrique ; en 1953, Études de psychologie médicale ; en 1956, Aspects de la psychiatrie moderne...

Voilà bien des événements dans la vie d'un homme âgé d'à peine cinquante ans. En 1956, il se présente devant le public, littéraire cette fois – il l'avait un peu négligé depuis une dizaine d'années –, avec l'étude dont il avait conçu le projet en 1952 : une psychobiographie de Gide de 1 200 pages en deux volumes, André Gide avant André Walter et D'André Walter à André Gide. Le prix de la Critique lui est aussitôt attribué : il a créé un nouveau genre littéraire.

Mais Delay ne goûte pas la quiétude des gens satisfaits. Quiconque a bien lu son discours du 21 janvier 1960 à l'Académie française devrait s'en douter. En une phrase qui laisse deviner une profonde blessure, il confie aux Immortels qui le reçoivent : « En entrant ici, comment ne pas regretter de n'être que ce que l'on est ? » Il poursuit : « À vrai dire, l'honneur que je dois à tous ceux qui ont bien voulu m'accorder leur suffrage ne revient pas à ma personne mais à la discipline dont j'ai fait mon occupation. » Humilité et orgueil se mêlent ici : en un geste de fierté, il s'efface devant la science qu'il sert. Néanmoins, c'est lui qui prend la décision de céder le pas à la science. Mais il va dépasser ce désenchantement en concevant le projet qui absorbera les dernières années [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en linguistique, neurologue, médecin des hôpitaux

Classification

Autres références

«  DELAY JEAN (1907-1987)  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE 1954-1968 (P. Celan, R. Char) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 971 mots

Ce volume de correspondance rassemble les quarante-cinq lettres, les onze cartes postales, les quarante dédicaces de livres, opuscules, poèmes, traductions et les quelques autres documents que s’adressèrent, de juillet 1954 à octobre 1968, le poète juif d’Europe orientale Paul Celan (1920-1970) et le poète du maquis de Provence René Char (1907-1988). L’ensemble est complété par la correspondance ( […] Lire la suite

DENIKER PIERRE (1917-1998)

  • Écrit par 
  • Henri LOO, 
  • Jean-Pierre OLIÉ
  •  • 662 mots

Membre de l'Académie nationale de médecine, Pierre Deniker a effectué sa carrière en qualité de professeur de psychiatrie à la faculté de médecine Cochin et chef du service hospitalo-universitaire de santé mentale et de thérapeutique de l'hôpital Sainte-Anne. D'abord interne puis assistant dans cet hôpital, il fut l'élève proche de Jean Delay. Leurs travaux ont donné naissance à la psychopharma […] Lire la suite

HYSTÉRIE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les accidents somatiques durables »  : […] Les accidents somatiques durables surviennent surtout au niveau des organes de la vie de relation dont ils paralysent la fonction ; motricité, sensibilité, phonation, activité sensorielle, peuvent être touchés de façon élective ou concomitante. L' atteinte motrice se réalise sous forme de paralysies, de contractures, de mouvements anormaux. Ne s'accompagnant d'aucun signe objectif d'atteinte lési […] Lire la suite

NEUROSÉDATION : LA CHLORPROMAZINE

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 277 mots

En 1950, en France, Henri Laborit chirurgien de la Navale, recherche avec un anesthésiste, Pierre Huguenard, la combinaison idéale de différents médicaments afin de mettre au point un « cocktail lytique » permettant de prévenir le choc opératoire. Il suffirait pour protéger l'organisme, d'inhiber le système nerveux autonome. Or deux chercheurs français, Simone Courvoisier et Paul Charpentier avaie […] Lire la suite

PSYCHOPHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DENIKER
  •  • 4 809 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Médicaments neuroleptiques »  : […] Les neuroleptiques sont caractérisés par leurs puissantes actions sédatives et réductrices des mécanismes psychotiques (excitation, agitation, délires et hallucinations) et par leur aptitude à produire des symptômes neurologiques (parkinsonisme artificiel), à laquelle ils doivent leur dénomination. Ce type d'activité psychopharmacologique original se retrouve dans plusieurs familles de structures […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MÉTELLUS, « DELAY JEAN - (1907-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-delay/