MERCURE DE FRANCE LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Mercure de France, dont le premier numéro parut le 1er janvier 1890, fut fondé par un groupe de jeunes écrivains (G. Albert Aurier, J. Court, L. Denise, E. Dubus, L. Dumur, R. de Gourmont, J. Leclercq, E. Raynaud, J. Renard, A. Samain) qui, « ayant découvert les capacités administratives d'Alfred Vallette, avaient décidé de se mettre sous sa direction » (Remy de Gourmont : Promenades littéraires, IVe série). Sous la houlette de Vallette et de son épouse Rachilde, Le Mercure de France, qui fut d'abord une revue, puis, conjointement à partir de 1894 une maison d'édition, exerça une influence prépondérante sur l'intelligentsia parisienne. Ouvert aux jeunes talents, aux écoles littéraires (notamment le symbolisme) et aux avant-gardes, aux poètes (Henri de Régnier, Francis Jammes) comme aux romanciers (Gide, Duhamel), aux dramaturges (Jarry, Claudel) et aux essayistes (L. Bloy), Le Mercure de France a contribué au rayonnement des idées et de l'art moderne. Grâce à lui, les littératures étrangères ont été mieux connues (Yeats, Musil, Borges, Séféris) et la critique contemporaine a disposé d'une tribune (Caillois, Sollers).

Francis Jammes

Francis Jammes

photographie

Le poète et romancier français Francis Jammes (1868-1938), avec sa mère, dans son Béarn natal. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Vallette, jusqu'au début de la Première Guerre mondiale, parvint à maintenir une politique d'éditions audacieuses. En dépit de graves erreurs (il refusa, sur les conseils de Rachilde, de publier Proust) et de la concurrence venue de La Nouvelle Revue française (1909) animée par Gide, Copeau, Schlumberger, Rivière et Paulhan, il tenta de consolider l'activité et le renom de sa maison. Il reste que Gallimard et Les Nouvelles littéraires (1922), autant que les grands contemporains qu'il n'eut pas le flair d'éditer, ont diminué le prestige du Mercure. Après la mort de Vallette, en 1935, Georges Duhamel, J. Bernard, M. Hartmann, M. Hérold, S. Silvestre de Sacy et G. Picon dirigèrent l'auguste maison. Gaëtan Picon, dernier directeur, avait relancé les perspectives comparatistes de la revue, qui disparut en 1965. Des difficultés financières provoquèrent le rachat du Mercure de France par la maison Gallimard. Simone Gallimard s'efforça alors de restaurer l'éclat et le renom de cette maison d'édition qui a symbolisé en France comme à l'étranger la qualité de l'esprit français. Une place à part doit être faite à Paul Léautaud, secrétaire du Mercure de 1908 à 1941, et critique dramatique (Les Théâtres de Maurice Boissard) dont le Journal constitue une indispensable source d'informations sur l'histoire du Mercure pendant plus de trente ans.

—  Claude DAUPHINE

Écrit par :

  • : agrégée des lettres, professeur de classes préparatoires au lycée Masséna

Classification


Autres références

«  MERCURE DE FRANCE LE  » est également traité dans :

LÉAUTAUD PAUL (1872-1956)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 390 mots

Fils d'un souffleur de la Comédie-Française, abandonné par sa mère, romancier essayiste, critique, mémorialiste, Paul Léautaud parle surtout de lui-même. En 1900, il publie avec Van Bever Les Poètes d'aujourd'hui , une anthologie du symbolisme, qui fut rééditée jusqu'en 1956. Le Petit Ami (1902) est un roman autobiographique qui dit le souvenir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-leautaud/#i_24767

MERCURE GALANT LE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 446 mots

L'un des premiers périodiques français, fondé en 1672 par Donneau de Visé, afin de fournir au public parisien et provincial des nouvelles de la Cour et de la ville, et de rendre compte de tous les événements, mondains (naissances, mariages, décès, nominations, fêtes, concerts, cérémonies religieuses) et littéraires (sermons, nouvelles pièces, nouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mercure-galant/#i_24767

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 178 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les bases nouvelles de la peinture »  : […] De Bretagne, Sérusier avait rapporté un petit tableau Paysage du bois d'Amour , peint à Pont-Aven « sous la dictée de Gauguin ». « Paysage informe, écrit Maurice Denis, à force d'être synthétiquement formulé en violet, vermillon, vert Véronèse et autres couleurs pures telles qu'elles sortent du tube, presque sans mélange de blanc. « Comment voyez-v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabis/#i_24767

RACHILDE MARGUERITE EYMERY dite (1860-1953)

  • Écrit par 
  • Claude DAUPHINE
  •  • 724 mots

Née le 11 février 1860 dans la demeure familiale du Cros, proche de Périgueux, Marguerite Eymery (Rachilde, en littérature) connaît une enfance et une adolescence troublées, qu'elle passe entre un père officier de carrière préoccupé de ses chevaux plus que de sa fille et une mère dépressive autant que mythomane. Après quelques premières publication […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-rachilde/#i_24767

REVUES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 5 806 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La revue dans l'histoire littéraire »  : […] Ces principales caractéristiques permettent de comprendre l'importance du rôle joué par les revues dans la vie littéraire (et intellectuelle) depuis plus d'un siècle. Importance d'abord pour l'histoire littéraire : « toute l'histoire des lettres et des idées y est écrite au jour le jour », soulignaient en 1924 Maurice Caillaud et Charles Forot au t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revues-litteraires/#i_24767

SALONS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 4 108 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Ancien Régime : les Salons corporatifs »  : […] L'institution des Salons est une conséquence directe de la création de l'Académie (1648). Celle-ci, d'abord en subordonnant selon l'article 18 des statuts de 1663 la délivrance des lettres d'académicien à l'acceptation d'un morceau de réception, héritier du « chef-d'œuvre », conservé dans ses locaux, ensuite en créant une école, enfin en soumettant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-histoire-de-l-art/#i_24767

SILVESTRE DE SACY SAMUEL (1905-1975)

  • Écrit par 
  • Yves FLORENNE
  •  • 888 mots

Écrivain, critique, éditeur, descendant de l'orientaliste Antoine Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838), qui fut l'ami de Restif de la Bretonne, et d'un rédacteur au Journal des débats , devenu académicien, Samuel Silvestre de Sacy, qui héritait d'une solide tradition, avait si bien été nourri aux lettres dès son enfance qu'à sept ans il avait déjà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-silvestre-de-sacy/#i_24767

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin du système littéraire symboliste en France »  : […] La fin du système littéraire ne marque pas celle du symbolisme. L'imagination du rythme comme mode de concordance entre l'être et la représentation poursuit sa carrière non seulement chez un Claudel ou un Barrès, mais chez Romain Rolland, Péguy ou Segalen. Le Mercure de France continue de jouer un rôle actif. En revanche, le système se défait, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_24767

Pour citer l’article

Claude DAUPHINE, « MERCURE DE FRANCE LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mercure-de-france/