AMÉTHYSTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Propriétés physico-chimiques

L'améthyste ne conserve sa couleur violette que pour des températures inférieures à 250 0C. Sa taille et son façonnage doivent donc en tenir compte pour éviter tout échauffement excessif dû à l'abrasion ou à la flamme du chalumeau. Au-delà de cette température, l'améthyste devient incolore puis, entre 400 et 500 0C, prend une couleur jaune. À ces températures, le processus est encore réversible et il est possible de redonner à l'améthyste sa teinte violette en l'irradiant. Ce procédé est utilisé pour obtenir des citrines (quartz jaunes aux cristaux naturellement plus petits) à partir d'améthystes de moindre qualité, et vice versa. À partir de 600 0C, les inclusions fluides se répandent dans le minéral par dissociation ionique et lui donnent un aspect laiteux. Ces variations de teinte avec la température connaissent quelques exceptions : les améthystes de Madagascar se décolorent mais ne jaunissent pas, celles de Montezuma (Brésil) verdissent, d'autres jaunissent sans passer par le stade incolore. Ces particularités tiennent à des teneurs en fer, en manganèse et/ou en titane variables, conjointement à des mécanismes complexes d'absorption de la lumière.

La structure atomique de ce minéral, notamment son absence de centre de symétrie, induit des propriétés électriques telles que la piézo-électricité et la pyro-électricité. L'améthyste, comme les autres variétés de quartz et aussi la tourmaline, soumise à des contraintes mécaniques selon l'axe c, dissocie les centres de gravité des charges positives et des charges négatives : il apparaît ainsi un dipôle électrique avec des charges de signes opposés sur les faces en regard. À l'inverse, si l'on applique un champ électrique sur un cristal (ou une lame convenablement taillée), celui-ci se déforme et devient alors un oscillateur que l'on peut amplifier pour obtenir des amplitudes de vibrations importantes (résonateurs). Cette propriété a permis de nombreuses applications : émission d'ondes hertziennes stabilisées en fréquence, horlogerie moder[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  AMÉTHYSTE  » est également traité dans :

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 540 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] de l'aluminium, on a le quartz fumé. C'est l'ion Fe3+ qui donne à l'améthyste sa couleur violette. Par suite d'un réarrangement électronique autour de ces ions, par chauffage l'améthyste devient jaune (les citrines naturelles ou artificielles ont cette origine). Une irradiation aux rayons gamma fait réapparaître la couleur initiale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur-des-mineraux/#i_20858

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 265 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Quartz »  : […] Cette espèce minérale (silice) offre un grand nombre de gemmes très anciennement connues : le cristal de roche, incolore ; l'améthyste, violette ; la citrine, dont la couleur va du jaune à l'orange ; le girasol, laiteux ; le quartz enfumé ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_20858

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « AMÉTHYSTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amethyste/