AMÉTHYSTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les gisements

La genèse de l'améthyste est essentiellement magmatique. Deux contextes géochimiques favorisent sa cristallisation. Dans les effusions volcaniques, exclusivement basaltiques car plus pauvres en silice, l'améthyste tapisse les parois de géodes qui peuvent atteindre des dimensions décamétriques. Dans les intrusions plutoniques (granites, pegmatites), elle emplit les filons hydrothermaux. Dans les deux contextes, elle cristallise tardivement à basse température, de 75 à 195 0C. En raison de sa dureté et de sa stabilité physico-chimique, on peut aussi la trouver en gisements secondaires, dans des alluvions, dans des gneiss ou dans des quartzites.

Autrefois, le principal fournisseur d'améthyste était l'Inde, où l'immense plateau basaltique du Deccan livrait de belles géodes. Puis, les gîtes russes de l'Oural (Murzinka) ont fourni de jolis spécimens extraits de filons encaissés dans des granites ; de couleur violet rougeâtre, ils paraissent plus pourpres à la lumière d'une bougie. Aujourd'hui, les principaux gisements producteurs sont ceux d'Uruguay et ceux du Brésil (États du Rio Grande do Sul et de Bahia). Les géodes, plus ou moins sphériques ou amygdalaires, au sein de mélaphyres (basaltes altérés à basanite), peuvent atteindre des volumes de plusieurs mètres cubes. Les plus beaux cristaux sont taillés en facettes pour la joaillerie. La Smithsonian Institution expose une améthyste taillée de couleur pourpre pesant 1 362 carats (le carat, unité légale pour les pierres précieuses et fines, équivaut à deux décigrammes) et le British Museum une autre de 343 carats. Les plus gros cristaux d'améthyste pèsent plus de 50 kilogrammes ; toujours translucides et présentant de nombreux givres, ils alternent en fait des bandes violettes d'améthyste et des couches de quartz d'un blanc laiteux. Ces masses cristallines, appelées « quartz améthyste », sont plus particulièrement utilisées pour sculpter des statuettes, façonner des objets (coupes, cendriers, etc.), des boules de colliers, des cabochons... Le quartz améthyste rappelle quelque peu l'aspect de la fluorite rubanée, mais cette dernière est facilement discernable par sa moins grande dureté, égale à 4.

Beaucoup d'autres gisements sont connus dans le monde : au Mexique (Las Vigas, Veracruz, Guerrero, Chihuahua), aux États-Unis (Denny Mountains, dans l'État de Washington, mais aussi en Caroline du Sud, en Californie, au Colorado, au Nevada...), en Corée du Sud (Onyang), à Madagascar, en Tanzanie, en Namibie... En France, la gemme était abondante dans le massif du Mont-Blanc (aiguille des améthystes), avant que le site ne soit dilapidé, en Auvergne (Vernet-la-Varenne et Pégut, Puy-de-Dôme), dans les Vosges et en Bretagne (Belle-Île).

L'améthyste est souvent imitée à l'aide de verres et de quartz violets synthétiques montés en doublets. Depuis la fin des années 1970, on peut en effet produire des améthystes synthétiques par voie hydrothermale, et celles-ci sont aujourd'hui largement commercialisées. Ces gemmes artificielles sont difficilement reconnaissables à l'œil nu ; toutefois, elles sont stables jusqu'à 500 0C, contrairement aux pierres naturelles, et leur spectre d'absorption est caractéristique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  AMÉTHYSTE  » est également traité dans :

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 541 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] Voyons maintenant quelques exemples qui montrent l'importance des impuretés. Commençons par le diamant, une des gemmes les plus prestigieuses, qui est du carbone pur. En l'absence d'atomes étrangers, il est incolore. La présence de bore, à la concentration de quelques millionièmes, lui confère une délicate teinte bleue qui peut aller jusqu'au bleu-noir pour des concentrations de l'ordre du millièm […] Lire la suite

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 268 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Quartz »  : […] Cette espèce minérale (silice) offre un grand nombre de gemmes très anciennement connues : le cristal de roche , incolore ; l' améthyste , violette ; la citrine , dont la couleur va du jaune à l'orange ; le girasol , laiteux ; le quartz enfumé ou morion , de couleur brune ; l' hématoïde , opaque rouge ; l' aventurine , comportant de fines inclusions ; le prase , de couleur verte ; l' œil-de-tigre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « AMÉTHYSTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amethyste/