TOURMALINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cyclosilicate cristallisant dans le système rhomboédrique. Du mot cinghalais touramali, la tourmaline se présente sous forme de cristaux prismatiques allongés parallèlement à l'axe ternaire. Les plus courants sont de petite taille, mais ils peuvent atteindre 20 centimètres de longueur. Les formes les plus courantes sont les pyramides rhomboédriques, les prismes (le nombre de formes connues se situe autour de cent quatre-vingts). Très souvent, on observe sur les faces de ces prismes des stries verticales très caractéristiques de la tourmaline. Les macles sont rares, mais on trouve des amas fibroradiés en « soleil de tourmaline ». La couleur est fonction des éléments entrant dans la composition. Les variétés non ferrifères montrent différentes nuances de vert, de rose, de rouge. La couleur rose est due à la présence de manganèse, de lithium ou de césium. Les variétés ferrifères montrent des teintes très foncées : noir (schorl ou schorlite), vert foncé (dravite), bleu marine (indicolite), bleu clair (elbaïte) et brun foncé. Les variétés incolores sont très rares. L'éclat est vitreux. La dureté est de 7 à 7,5 et la densité varie entre 2,90 et 3,25 ; c'est un minéral qui s'électrise par chauffage, frottement ou pression.

La composition chimique est très variable, par suite de fréquentes substitutions isomorphes. La teneur des composants principaux varie, en pourcentage, dans les limites suivantes : SiO2, de 30 à 44 ; B2O3, de 8 à 12 ; Al2O3, de 18 à 44 ; FeO + Fe2O3, de 0,0 à 38 ; MgO, de 0,0 à 25 ; Na2O, de 0,0 à 6 ; CaO, de 0,0 à 4 ; H2O, de 1 à 4. De plus, on note la présence d'un certain nombre d'impuretés : K, Li, Mn, Cr, F, Cl. Les principales variétés sont : les dravites (Mg), les schorlites (Fe), les elbaïtes (Li). On peut proposer comme formule :(Na,Ca)(Mg,Al)6[B3Al3Si6(O,OH)30].

Les tourmalines se rencontrent souvent en association avec d'autres minéraux, qui renferment des composés volatils et rares ; dans les pegmatites, on la trouve avec des minéraux contenant du lithium, du césium, du rubidium. On les rencontre dans certains granites, associées à du quartz, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, attaché au laboratoire de volcanologie de l'université de Paris-XII

Classification


Autres références

«  TOURMALINE  » est également traité dans :

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Silicates autres que les béryls »  : […] Le péridot est très anciennement connu. On y distingue trois nuances de vert : vert-jaune à jaune-vert (chrysolite) ; vert olive (olivine) ; vert mousse (péridot stricto sensu ). Ce minéral existe dans les roches ultrabasiques (Égypte, Birmanie). La famille des grenats donne plusieurs gemmes : le pyrope , rou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_20898

GRANITES ET RHYOLITES

  • Écrit par 
  • Bernard BONIN, 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Georges PÉDRO, 
  • Michel ROBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Granites orogéniques d'anatexie »  : […] Une famille de granites se singularise par sa richesse en quartz, la présence de silicates alumineux et l'absence de roches basiques congénères. Intimement mêlés aux formations métamorphiques dont ils sont issus, ces granites constituent la série anatectique. Les granites d'anatexie sont abondants dans les zones internes des chaînes de collision continentale (type Himalaya), ils renferment de nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granites-et-rhyolites/#i_20898

PIÉZO-ÉLECTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre VOVELLE
  •  • 4 735 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cristaux divers »  : […] La piézo-électricité ne se manifeste que pour certaines classes de géométrie cristalline. Reconnue et étudiée dans de nombreux cristaux, parmi lesquels on peut citer les sulfates, les phosphates, les sucres, la tourmaline, le sel de Seignette, le monophosphate d'ammonium (A.D.P.), le tartrate d'éthylène diamine (E.D.T.) et le tartrate dipotassique (D.K.T.), elle n'est exploitée pratiquement que d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piezo-electricite/#i_20898

Pour citer l’article

Claude SALZE, « TOURMALINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tourmaline/