POLYSÉMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La polysémie est la propriété qu'ont certains signes de la langue d'offrir plusieurs sens : « violon » désigne un instrument de musique, celui qui en joue, une prison. Aux unités polysémiques s'opposent les unités monosémiques (la plupart des termes scientifiques). Beaucoup de termes scientifiques étant des mots de la langue courante empruntés pour un usage particulier, certains phénomènes de polysémie peuvent jouer : si pour le chimiste le symbole Cu désigne un objet précis, pour la langue en général cuivre désigne, en plus d'un certain métal, l'ensemble des instruments de cuisine ou des objets d'ornement d'une maison, les planches de cuivre gravées pour l'illustration d'un livre, l'ensemble des instruments à vent en cuivre d'un orchestre (à noter que les tropes jouent un grand rôle dans la polysémie).

Il est évident que la polysémie d'une unité est fonction de sa fréquence. Mais il paraît difficile d'évaluer rigoureusement ce rapport. Plus délicate est la question du rapport entre homonymie et polysémie : il n'est pas toujours aisé de déterminer quelles unités doivent être décrites comme possédant des sens secondaires multiples (polysémie) et quelles unités doivent recevoir des descriptions différentes (homonymie). Si la question était importante pour la linguistique structuraliste proprement dite, dont la lexicographie constitue un domaine central, elle a cessé de l'être pour la linguistique générative, où les critères retenus pour le choix entre les traitements polysémiques ou homonymiques de telle unité sont les notions de simplicité et d'économie.

—  Michel BRAUDEAU

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLYSÉMIE  » est également traité dans :

AMBIGUÏTÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Pierre LE GOFFIC
  •  • 686 mots

Un mot ou un énoncé sont dits ambigus quand ils sont susceptibles d'avoir plusieurs interprétations. Cette définition intuitive étant très large, on s'efforce en linguistique de la préciser en circonscrivant, parmi tous les malentendus, équivoques et autres imprécisions du langage, virtuels ou effectifs, ceux dont la racine semble se situer dans la structure et dans le matériau même du système lin […] Lire la suite

ANTANACLASE, rhétorique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 209 mots

La forme pure de cette figure consiste à employer le même mot que l'orateur adverse vient de prononcer, mais en lui donnant un sens contraire. La difficulté est telle que les traités de rhétorique sont réduits, depuis Quintilien, à reprendre toujours ce même exemple : « Proculeius reprochait à son fils d'attendre sa mort et celui-ci répondait qu'il ne l'attendait pas. Eh bien, reprit-il, je te pri […] Lire la suite

CHAMP SÉMANTIQUE ET CHAMP LEXICAL

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 169 mots

Dans le chapitre « Le champ sémantique »  : […] On peut, dans cette perspective, appeler champ sémantique l'aire couverte par la ou les significations d'un mot de la langue à un moment donné de son histoire, c'est-à-dire appréhendée en synchronie. Lorsque le mot considéré est polysémique (c'est-à-dire possède plusieurs significations différentes, mais apparentées), la description de son champ sémantique doit rendre compte tout à la fois de l […] Lire la suite

GRAMMAIRES COGNITIVES

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 349 mots

Dans le chapitre « Le langage donne à voir »  : […] L'approche configurationnelle a été complétée, chez L. Talmy ( Towards a Cognitive Semantics , 2000) par le recours à la notion de « force », qui joue un rôle structurant pour l'analyse des énoncés. L'idée est que, dans chaque énoncé, un système de forces opposées (physiques ou abstraites) s'exerce entre entités dites « agonistes » focalisées par l'énoncé, et entités appelées « antagonistes ». Ai […] Lire la suite

HOMONYMIE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 370 mots

On parle d'homonymie lexicale à chaque fois qu'à des signifiants identiques correspondent des signifiés différents. En français, « manche » ou « mousse » en fournissent des exemples. Néanmoins, dans ces deux cas, on est en présence d'items dont la catégorie du genre grammatical lève l'ambiguïté (le manche/la manche ; le mousse/la mousse). Mais il n'en va pas toujours ainsi ; et c'est souvent un pr […] Lire la suite

HYPERTEXTE

  • Écrit par 
  • Gérard VERROUST
  •  • 838 mots

La problématique de l'hypertexte a été énoncée pour la première fois en 1945 par l'Américain Vannevar Bush (1890-1974), pionnier de l'informatique et du calcul automatique. Il proposait, sous le nom de memex , un système dans lequel un individu aurait pu stocker des documents, des textes de toutes sortes (livres, etc.) mais aussi des notes personnelles, des idées, de façon à les retrouver vite […] Lire la suite

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Sémantique et logique de la métaphore »  : […] Ces glissements témoignent bien qu'il fallait envisager une autre façon de considérer le terme, et en particulier qu'il était aberrant de réduire la métaphore à une substitution d'un mot à un autre. Il fallait donc reprendre la question du « sens propre » (dont Aristote dit qu'il est κ́υριος : maître...). C'est ce qu'a tenté I. A. Richards dans The Philosophy of Rhetorics (1966). D'un point de vu […] Lire la suite

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 29 281 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les outils mathématiques »  : […] Les outils mathématiques les plus utilisés dans la modélisation linguistique sont, sans conteste, de type logico-algébrique. La première impulsion de modélisation des langues en termes algébriques vient sans doute de Zellig Harris (dont Chomsky fut un élève), qui a développé un modèle transformationnel dans lequel les phrases sont obtenues à partir de phrases noyaux subissant une suite de manipul […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « L'homme qui doute »  : […] Si l'histoire de la pensée médiévale appartient à l'histoire des états de la raison, comment va-t-on qualifier la spécificité de la raison médiévale ? En montrant qu'elle est, en son fond, problématique. De fait, c'est une raison dubitative que l'on peut caractériser dans sa forme, l'art de raisonner en disputant ( ratio per quaestiones disputandi ), comme dans sa visée persistante, la mise en cri […] Lire la suite

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle métaphorique »  : […] Le deuxième modèle de langage peut ici relayer le premier. C'est, disions-nous, l' énonciation en tant qu'acte de discours qui porte le sens et la référence : ce que l'on dit et ce sur quoi on le dit. Il faut maintenant placer le processus métaphorique sur lequel repose le mythe à l'intérieur de ce cadre d'une « sémantique », dont on vient de montrer l'irréductibilité à une « sémiotique » (ce voc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BRAUDEAU, « POLYSÉMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polysemie/