GENRE GRAMMATICAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Catégorie morphologique supportée par diverses parties du discours, variables du reste selon les langues considérées, la seule constante qu'on puisse observer étant le caractère lexicalisé de la catégorie : entendons qu'à l'inverse du nombre le genre est donné dans la compétence du sujet pour chaque nom, indépendamment de la volonté du locuteur. Deux directions principales organisent, à partir de là, la question : l'ordre de la réalité (le genre est-il rationnel ?) et celui du discours (comment l'énoncé en distribue-t-il les marques ?).

On serait tenté, en ce qui concerne le plan de la référence, de postuler une relation étroite entre le genre grammatical et le sexe : cette relation ne vaudrait, bien entendu, que pour les êtres vivants, tandis que les choses, non sexuées, se répartiraient, en un premier temps, dans la catégorie du neutre (étymologiquement, ni l'un ni l'autre) et, par la suite, dans l'un ou l'autre genre si le neutre venait à disparaître. Quelle que soit la « sexuisemblance » observée (Damourette et Pichon), on est bien obligé de convenir qu'on se situe ainsi en plein domaine de l'arbitraire social : à part le cas des quelques animaux élevés par l'homme pour ses besoins alimentaires ou affectifs (encore la poule est-elle neutre en allemand et le chat féminin), il règne dans l'attribution du genre aux animaux la plus grande fantaisie, qu'il s'agisse de la souris mâle ou du singe femelle. D'une manière générale, il est extrêmement difficile de retrouver dans l'histoire des mentalités une apparence, même mythologique, de fondement à cette catégorie, qui fonctionne cependant parfois en s'appliquant à des classes sémantiques entières ; ainsi en est-il des noms d'arbres en latin, tous féminins à de rares exceptions près. Mais il faut se garder d'en inférer avec certitude les traces d'un animisme primitif ; on pourrait tout au plus en retirer l'idée que l'apprentissage est, dans une certaine mesure, facilité par l'analogie qui affecte de valeurs identiques des séries. Un contre-ex [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GENRE GRAMMATICAL  » est également traité dans :

CATÉGORIES LINGUISTIQUES

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 286 mots

Malgré les fréquents glissements que l'on constate dans l'usage et qui tendent à confondre l'emploi de ce mot avec celui de classe, on peut, au sens étroit, assigner au terme de catégories un rôle essentiellement métalinguistique : en effet, alors que la classe est l'ensemble des éléments de la langue présentant telle ou telle propriété, ce qui les rend mutuellement substituables, catégorie renvoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories-linguistiques/#i_51070

NOMENCLATURE BOTANIQUE RÈGLES INTERNATIONALES DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 9 944 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Genre grammatical des noms de genres »  : […] Le genre grammatical d'un nom générique est celui que lui assigne la tradition botanique (ex. : Adonis L. 1753, Diospyros L. 1753, Orchis L. 1753 sont considérés comme féminins, Lotus L. 1753 comme masculin), qui retient en général le genre classique des noms latins ou d'origine grecque. En l'absence de tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regles-internationales-de-nomenclature-botanique/#i_51070

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Morphologie »  : […] La déclinaison, la conjugaison et même la dérivation sont compliquées par de nombreuses alternances qui témoignent d'anciennes lois phonétiques. L'ancienne opposition de longueur des voyelles (en vieux polonais) est à l'origine des alternances o/ó ( mowa , « la parole » ; mówić , « parler ») et ȩ/a̧ ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_51070

PSYCHOLOGIE DU LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Elsa SPINELLI
  •  • 4 379 mots

Dans le chapitre « Effet de contexte »  : […] Des facteurs contextuels peuvent contraindre l’activation des unités lexicales (voir les travaux de P. Tabossi). C’est le cas du genre grammatical (féminin/masculin), qui bloque l’activation des candidats lexicaux non compatibles avec le genre. Dans la séquence « la brioche », le mot « briquet » (masculin) ne sera pas activé, car il n’est pas compatible avec l’information de genre véhiculée par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-langage-oral/#i_51070

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « GENRE GRAMMATICAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/genre-grammatical/