BENOIS ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH (1870-1960)

Peintre, décorateur et librettiste de ballet russe né le 21 avril 1870 (4 mai du calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, mort le 9 février 1960 à Paris.

Alexandre Nikolaïevitch Benois veut opérer une synthèse entre les nouvelles tendances occidentales et certains éléments de l'art populaire russe. Il fonde avec Léon Bakst et Sergueï Diaghilev la revue Mir Iskusstva (Le Monde de l'Art) en 1899, à Saint-Pétersbourg, et en est le co-rédacteur jusqu'en 1904. Cette revue d'avant-garde s'en prend aussi bien au réalisme du groupe des Peredvijniki (les Ambulants) qu'à l'influence mortifère de l'Académie russe, en accordant une place primordiale à l'individualisme et à la personnalité dans l'art. Mir Iskusstva ne tarde pas à exercer une grande influence sur le décor théâtral et donne naissance aux Ballets russes de Diaghilev en 1909.

Benois commence sa carrière de décorateur vers 1901 au théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg, pour les ballets Sylvia et La Vengeance de Cupidon. Pour les Ballets russes de Diaghilev, il crée notamment les décors et les costumes des Sylphides (1909), de Giselle (1910) et de Petrouchka (1911), pour lequel il collabore avec Igor Stravinski. Il réalise par la suite de magnifiques décors pour La Valse (1929, Compagnie d'Ida Rubinstein), Casse-Noisette (1940, Ballet russe de Monte-Carlo) et Le Bal des cadets (1957, London Festival Ballet), dont il compose également le livret. Il a laissé ses souvenirs dans Reminiscences of the Russian Ballet (1941) et Memoirs (1960). La collaboration de Benois avec Stravinski et Michel Fokine a produit de très grandes œuvres de l'histoire de la danse et contribué à fonder le ballet moderne.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  BENOIS ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH (1870-1960)  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse de l'abstraction »  : […] 0,10 (Petrograd), le critique d'art Alexandre Benois écrit : « Ce n'est plus le futurisme que nous avons à présent devant nous, mais la nouvelle icône du carré. Tout ce que nous avions de saint et de sacré, tout ce que nous aimions et qui était notre raison de vivre a disparu. » Le peintre, quant à lui, oppose à l'ancien art d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_20254

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 652 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Diaghilev et les Ballets russes »  : […] « incarnadin ou lunaire » auquel on a prêté la plus grande attention, et les peintres Nicolas Roerich, Alexandre Benois et Léon Bakst brossent des décors aux lignes souples et aux teintes éclatantes. Habitué à des intérieurs pâles et à un univers du ballet fantomatique, blanc et noir, le public français voit surgir sur la scène l'Orient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_20254

Pour citer l’article

« BENOIS ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH - (1870-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-nikolaievitch-benois/