MILLERAND ALEXANDRE (1859-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avocat à Paris, Millerand collabore au journal La Justice de Georges Clemenceau ; élu député de la Seine en 1885, il évolue rapidement vers le socialisme. Il refuse cependant de s'affilier à l'un des partis se réclamant de lui et anime le groupe des socialistes indépendants. Millerand développe un programme qui va servir de charte au socialisme réformiste, dans son discours de Saint-Mandé (1896), appelant à l'unité de tous les socialistes, il met en avant les trois points suivants : substitution progressive de la propriété sociale à la propriété capitaliste ; conquête des pouvoirs publics par le seul suffrage universel ; nécessité de ne pas sacrifier la patrie à l'internationalisme.

Millerand est le premier socialiste à participer à un ministère bourgeois, celui formé par Waldeck-Rousseau (1899-1901) : ministre du Commerce, de l'Industrie et du Travail, il met en place une Direction du travail et contribue à faire réduire la durée quotidienne de travail. Condamné par la IIe Internationale, dénoncé par l'ensemble du mouvement ouvrier français pour sa politique d'intégration des organisations syndicales, il rompt avec ce dernier.

Ministre des Travaux publics (1909-1910) puis de la Guerre (1912-1913), il est en 1914-1915 le défenseur de l'état-major contre les commissions parlementaires qui voudraient contrôler l'armée. Commissaire général en Alsace-Lorraine (mars-septembre 1919), il s'affirme comme un des chefs de la coalition de droite, le Bloc national. Président du Conseil en 1920, il est, à ce titre, l'artisan de la répression du vaste mouvement de grèves qui secoue le pays et l'initiateur de l'occupation de Francfort (« l'Allemagne doit payer ») et de l'intervention militaire en Pologne contre la Russie des soviets. Élu à la tête de la République en 1920, Millerand tente de rehausser le prestige de la fonction présidentielle, et intervient activement dans la vie politique : en 1922, il renvoie Briand, qui a fait selon lui de trop importantes concessions à l'Angleterre, et soutient Poincaré lors de l'occupation de la Ruhr (1923). Envisageant de proposer une révision de la Constitution, en vue de renforcer les pouvoirs du président, il se heurte au cartel des gauches, sorti victorieux des élections de 1924 et il est contraint de se retirer. Sénateur de 1925 à 1940, il ne jouera plus qu'un rôle effacé.

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MILLERAND ALEXANDRE (1859-1943)  » est également traité dans :

BLOC NATIONAL (1919-1924)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 887 mots
  •  • 1 média

Coalition des partis du centre et de la droite, victorieuse aux élections de novembre 1919 des radicaux et des socialistes. Renversant la majorité de gauche élue à la veille de la guerre, les droites ont, pour la première fois depuis l'instauration de la III e République, la majorité des élus. Les candidats du Bloc national disposent de quatre cent trente-trois sièges sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bloc-national/#i_5554

MINISTÉRIALISME

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 301 mots

Un socialiste peut-il faire partie d'un gouvernement bourgeois ? Le débat engagé dans le mouvement socialiste français, puis européen, autour du ministérialisme, fut provoqué par l'entrée d'Alexandre Millerand dans le ministère Waldeck-Rousseau, le 22 juin 1899. Il apparaît à la fois comme une conséquence de l'importante poussée électorale socialiste des années quatre-vingt-dix et comme une réacti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ministerialisme/#i_5554

RÉFORMISME

  • Écrit par 
  • Jacques JULLIARD
  •  • 3 003 mots

Dans le chapitre « Les terrains d'élection »  : […] Pourtant, en dépit des apparences, le réformisme n'a cessé de gagner du terrain au sein du mouvement socialiste . En France, les socialistes modérés groupés autour de Paul Brousse veulent « fractionner le but idéal en plusieurs étapes sérieuses, immédiatiser en quelque sorte quelques-unes de [leurs] revendications pour les rendre enfin possibles  » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reformisme/#i_5554

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Dispersion et réunion du socialisme français »  : […] Le socialisme français est divisé en factions rivales jusqu'en 1905 ; à cette date, l'essentiel de ses forces s'unifie au sein du Parti socialiste, section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Dans l'ensemble, sa puissance ne cesse de croître au cours de cette époque. Enfin, il possède en Jules Guesde et surtout en Jean Jaurès deux hommes de tout premier plan. La répression qui suiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_5554

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Agitation sociale et alertes extérieures (1905-1912) »  : […] Rouvier, successeur de Combes, mena à bien la séparation de l' Église et de l'État avec le concours d'un député élu en 1902, Aristide Briand, transfuge du syndicalisme révolutionnaire. Les cultes étaient libres, mais l'État les ignorait. Le pape Pie X ayant interdit la formation d'associations cultuelles, le clergé ne reçut pas les biens d'Église et occupa sans titre légal les édifices du culte. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_5554

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « MILLERAND ALEXANDRE - (1859-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-millerand/