BRIAND ARISTIDE (1862-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De famille modeste, Aristide Briand devient avocat. Comme militant socialiste, puis comme journaliste, il se fait une réputation de révolutionnaire. En 1883, il quitte Nantes et vient à Paris. Secrétaire général du journal La Lanterne, il se lie alors avec Jaurès et fonde avec lui le Parti socialiste français en opposition au parti de Jules Guesde. En 1902, il est élu député de Saint-Étienne, il le restera jusqu'en 1919 ; ensuite, et jusqu'à sa mort, il sera député de la Loire-Inférieure. Au Palais-Bourbon, Briand est d'emblée une révélation, un « maître de la tribune parlementaire » (Jaurès). Alors commence une carrière exceptionnelle : vingt-trois fois ministre, onze fois président du Conseil, Aristide Briand connaîtra une audience internationale à la tribune de la Société des Nations. On a tout dit de son éloquence, de la souplesse de son esprit et de son intelligence. Il se fait remarquer d'abord comme rapporteur de la loi de séparation des Églises et de l'État. Sa carrière de ministre débute avec le portefeuille de l'Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes, en 1906. Il conserve ce portefeuille jusqu'en 1909. Il applique la loi de séparation avec modération et habileté. Il exerce sa première présidence, du 24 juillet 1909 au 2 novembre 1910. Il garde le département des Cultes et prend le portefeuille de l'Intérieur. Le 3 novembre de la même année, c'est son deuxième cabinet, qui prend fin le 27 février 1911.

Aristide Briand

Photographie : Aristide Briand

Député de la Loire puis de la Loire-Inférieure, ministre à de nombreuses reprises entre 1906 et 1932, notamment en charge des Affaires étrangères, onze fois président du Conseil entre 1909 et 1929, Aristide Briand reçoit le prix Nobel de la paix en 1926 pour sa politique en faveur du... 

Crédits : Henri Manuel/ Assemblée nationale - 2019

Afficher

Jules Guesde avait demandé en vain sa mise en accusation pour avoir réprimé sévèrement des grèves. Premier socialiste parvenu à la présidence du Conseil, il tient au pouvoir les promesses faites lors de sa longue ascension. Il va manifester un esprit d'apaisement sans trop inquiéter la majorité républicaine. Habile à connaître les intrigues et à les déjouer, très à l'aise dans le monde politique parlementaire, il apporte à la tribune un air neuf, fait d'une certaine modestie affichée, de gentillesse parfois narquoise, d'un sens de la manœuvre, et se montre capable de fermetés insoupçonnées. Le 21 janvier 1913, Briand forme son troisième cabinet qui tombe le 18 février ; reformé le lendemain, il tient jusqu'au 18 mars. Briand dépose un projet de loi portant la durée du service militaire à trois ans, mais est mis en minorité à la suite du célèbre discours de Périgueux où il dénonce les « mares stagnantes » du scrutin d'arrondissement, ameutant les tenants de l'orthodoxie électorale républicaine. Il est alors ministre de la Justice et vice-président du Conseil dans le cabinet Viviani (1914-1915). Pendant la Première Guerre mondiale, il est à nouveau président du Conseil, d'octobre 1915 à décembre 1916, puis du 13 décembre 1916 au 18 mars 1917 ; il est l'artisan de l'ouverture du second front dans les Balkans et du remplacement de Joffre, promu maréchal, par Nivelle. La démission de son ministre de la Guerre, le général Lyautey, entraîne sa chute.

Joffre et Briand

Photographie : Joffre et Briand

Le général Joseph Joffre (1852-1931) et le leader socialiste Aristide Briand (1862-1932), président du Conseil, en mars 1916. Joffre sera promu maréchal de France en décembre 1916. 

Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

Afficher

Mis en difficulté par Clemenceau en 1917, il ne revient au pouvoir, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, que le 16 janvier 1921. La période d'après-guerre ouvre la voie à sa carrière internationale et au rôle qu'il joue dans la politique étrangère de la France. Poincaré le rappelle de la conférence de Cannes en 1922 pour s'être montré trop conciliant à l'égard de l'Allemagne sur le problème des réparations de guerre. Il revient la même année, sous Painlevé, comme ministre des Affaires étrangères, puis dans les trois cabinets successifs, qu'il dirige du 28 novembre 1925 au 17 juillet 1926. Il rétablit alors la représentation diplomatique de la France auprès du Saint-Siège (avr. 1925). Aristide Briand est l'artisan des accords de Locarno bâtis sur le rapprochement franco-allemand et l'acceptation de conventions d'arbitrage entre les anciens adversaires. De 1926 à 1932, ne quittant pas le quai d'Orsay, Briand appuie l'entrée de l'Allemagne à la Société des Nations où elle obtient un siège au Conseil permanent. Partisan sincère de la paix, il rencontre secrètement à Thoiry le ministre allemand Stresemann qui obtient des concessions importantes (dont l'évacuation de la Rhénanie) en échange d'avantages financiers accordés à la France (1926). Mais l'opinion se montre réticente et c'est un échec. Briand accepte pourtant le rappel de la commission militaire de contrôle en Allemagne, le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Aristide Briand

Aristide Briand
Crédits : Henri Manuel/ Assemblée nationale - 2019

photographie

Joffre et Briand

Joffre et Briand
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

Pacte Briand-Kellogg

Pacte Briand-Kellogg
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification

Autres références

«  BRIAND ARISTIDE (1862-1932)  » est également traité dans :

BLOC NATIONAL (1919-1924)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 888 mots
  •  • 1 média

Coalition des partis du centre et de la droite, victorieuse aux élections de novembre 1919 des radicaux et des socialistes. Renversant la majorité de gauche élue à la veille de la guerre, les droites ont, pour la première fois depuis l'instauration de la III e  République, la majorité des élus. Les candidats du Bloc national disposent de quatre cent trente-trois sièges sur six cent treize, soit pl […] Lire la suite

CARTEL DES GAUCHES (1924-1926)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 750 mots

Coalition des partis de gauche, victorieuse aux élections du 11 mai 1924, le Cartel des gauches rassemble les socialistes S.F.I.O., les radicaux-socialistes, les républicains-socialistes et la gauche radicale contre les modérés et la droite, détenteurs de la majorité dans la Chambre « bleu horizon » élue en 1919. C'est le parti du mouvement le plus uni qui bénéficie de la prime à la majorité, assu […] Lire la suite

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 491 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les intellectuels et le déclin de l'Europe »  : […] De ce déclin, tout le monde est conscient. C'est le « crépuscule de la civilisation », écrit Jacques Maritain. Des hommes aussi divers que Jules Romains, Julien Benda, Henri Massis, Pierre Drieu La Rochelle, Lucien Romieu en France, Huizinga aux Pays-Bas, Guglielmo Ferrero en Italie, Ziegler dans les pays de langue allemande, sir Arthur Salter et Hilaire Belloc au Royaume-Uni décrivent la décadenc […] Lire la suite

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 315 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La mise hors la loi de la guerre »  : […] Au Moyen Âge prévalait la conception que la guerre était nécessairement juste d'un côté, injuste de l'autre. La « guerre juste » était une procédure légale, par laquelle une autorité compétente employait la force des armes hors de sa juridiction normale pour défendre des droits, redresser des torts ou punir des crimes. Cette notion était admise, par Grotius, qui déclarait dans son De jure belli a […] Lire la suite

SAINT-JOHN PERSE (1887-1975)

  • Écrit par 
  • Charles MOELLER
  •  • 3 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des huîtres de Francis Jammes à l'exil (1900-1940) »  : […] À la suite du tremblement de terre de 1897, qui ruina de nombreux planteurs, la famille quitta la Guadeloupe pour la France. À Pau, Alexis Léger allait trouver un monde, disparu depuis, d'exil et de légende, plein d'émigrés, de réfugiés, gravitant autour d'une ville universitaire, Bordeaux : il y rencontra Jacques Rivière, Alain-Fournier, Valery Larbaud et les huîtres énormes que Francis Jammes, à […] Lire la suite

STRESEMANN GUSTAV (1878-1929)

  • Écrit par 
  • François-Georges DREYFUS
  •  • 377 mots
  •  • 2 médias

Homme d'État allemand. Après des études juridiques, Gustav Stresemann a commencé sa carrière comme syndic de l'Union des industriels saxons en 1902. Député en 1907, Stresemann va rapidement devenir l'une des têtes de file du Parti national-libéral et fera preuve d'un nationalisme dont il ne se départira jamais. Élu à la Constituante de Weimar, il fonde le Parti populiste et défend une politique qu […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 396 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'échec de la prépondérance française (1919-1924) »  : […] Le 11 novembre 1918, la France était victorieuse, mais exsangue, dévastée, ruinée. Elle recouvrait l'Alsace-Lorraine, mais la disparition de 1 390 000 habitants victimes de la guerre affaiblissait une nation au capital humain déficient. La richesse s'était dissipée. L'Allemagne, unie, plus peuplée, plus productive, dominait toujours virtuellement le continent. À l'Est, c'était l'attraction du tour […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « BRIAND ARISTIDE - (1862-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aristide-briand/