KOYRÉ ALEXANDRE (1892-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution scientifique : du monde clos à l'univers infini

Koyré a décrit cette révolution scientifique comme une pièce en cinq actes.

C'est d'abord Nicolas Copernic qui met le Soleil au centre de l'Univers et exile la Terre dans sa banlieue planétaire, unifiant ainsi la physique céleste et la physique terrestre dont la séparation était au principe du cosmos aristotélicien qui opposait le mouvement circulaire éternel et parfait des astres à la génération et à la corruption sur une Terre immobile au centre de l'Univers. Mais ce premier acte obligeait à concevoir une nouvelle physique qui expliquât comment la Terre pouvait résister à son propre mouvement.

C'est ensuite Johannes Kepler qui renforce cette obligation en montrant que les orbites planétaires ne sont pas des cercles, ce qui suffisait à expliquer le mouvement des planètes (une sphère en mouvement décrit un cercle de par sa forme même), mais des ellipses (donc des mouvements qui ne sont plus de même nature que leur forme). Il pousse le platonisme jusqu'à chercher dans les cinq solides réguliers platoniciens (au nombre de faces identiques et dont Platon a montré qu'il ne pouvait y en avoir que cinq : le tétraèdre, le cube, l'octaèdre, le dodécaèdre et l'icosaèdre) la raison des rapports entre les distances au Soleil des cinq planètes alors connues, chacune enchâssée dans l'un de ces polyèdres, et leurs périodes de révolution autour de lui.

C'est Galilée qui formule la première loi mathématique de la nouvelle physique, la loi de la chute des corps proportionnelle au carré des temps, et qui conçoit les principes de cette physique comme des principes de conservation, en l'occurrence celle de la quantité de mouvement (produit de la masse par la vitesse).

C'est René Descartes qui identifie l'espace géométrique et la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  KOYRÉ ALEXANDRE (1892-1964)  » est également traité dans :

EXPÉRIENCE ET EXPÉRIMENTATION, sciences

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Naissance de la méthode expérimentale »  : […] C'est sous le signe du refus de tout argument d'autorité que les pionniers de la méthode expérimentale, au xvii e  siècle, ont placé leurs efforts pour connaître la nature. Au lieu de s'en remettre aux écrits de l'Antiquité, de lire Aristote ou la Bible, ils ont eu l'idée de consulter la nature elle-même, et de se fier à l'examen des faits et à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience-et-experimentation-sciences/#i_51023

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 415 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] Toute épistémologie est tenue de décider de deux problèmes : comment la certitude peut-elle être atteinte dans la connaissance scientifique – problème que l'on a coutume d'indexer sous le titre de « problème des fondements » –, et comment la découverte est-elle possible, découverte qui s'insère dans un mouvement spécifique résumé dans le terme de « progrès ». C'est la réponse à cette seconde inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_51023

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inertie et attraction ; les aventures de la quantification »  : […] En tout état de cause, la nouvelle physique, pour être entendue, devait se déclarer fidèle à l'ontologie traditionnelle, c'est-à-dire admettre que tout est substance et attribut ; par voie de conséquence, elle excluait le vide, au sens de principe métaphysique, et de surcroît refusait à la matière toute activité intrinsèque ; elle déniait, a fortiori, toute action à distance excédant la seule forc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/#i_51023

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation »  : […] Du Cratyle au Sophiste , Platon procède en quelque sorte à la mise en place du concept de vérité dans son rapport au discours. Il ne suffit pas en effet de débattre, comme dans le Cratyle , de la « justesse des noms » pour répondre à la question de la vérité. Une fois libérée d'une illusoire confiance dans les mots, reste encore à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_51023

Pour citer l’article

Gérard JORLAND, « KOYRÉ ALEXANDRE - (1892-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-koyre/