HERZEN ALEXANDRE IVANOVITCH (1812-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Journaliste, écrivain, philosophe, homme politique et homme de science, Alexandre Ivanovitch Herzen, aristocrate révolutionnaire, a laissé une œuvre qui, comme son action, recèle une unité profonde à la recherche des idéaux, indissolublement liés, de justice et de liberté. Ses convictions démocratiques lui ont valu les éloges de Lénine et, à sa suite, des historiens et critiques soviétiques ; mais, champion de la liberté et des droits de l'homme contre tous les despotismes, il a lutté, avec une lucidité prophétique, pour la liberté de l'individu face à l'emprise totalitaire de l'histoire ; d'où la modernité du penseur, celle aussi de l'artiste qui a créé de nouveaux rapports entre l'art, son moi et le siècle. La richesse de son expérience de lutteur et de témoin fait de cet ami de Proudhon, de Michelet, de Mazzini, de Bakounine, l'un des grands Européens du xixe siècle.

Fils d'un grand seigneur et riche propriétaire, I. A. Iakovlev, et d'une Allemande d'humble extraction, Herzen (dont le nom, choisi par son père, vient de l'allemand Herz, le cœur) naît à Moscou en 1812. Il y reçoit une éducation aristocratique, alors imprégnée des idées romantiques et fortement marquée par l'échec du putsch décembriste de 1825 (une page célèbre de Passé et Méditations peint Herzen adolescent, faisant serment avec son ami, le futur écrivain et révolutionnaire Ogarev, de poursuivre l'œuvre des révolutionnaires décembristes). Il est influencé par Pouchkine, Schiller, Byron, mais aussi par le xviiie siècle français et bientôt par Saint-Simon, Leroux, Fourier, Lamennais. À l'université de Moscou, il étudie les mathématiques et la physique, publie des articles scientifiques et songe à fonder une revue lorsqu'il est arrêté pour activités « subversives » et exilé à Perm, puis à Viatka et à Vladimir, où il apprend à connaître l'enlisement provincial et la bureaucratie tsariste. En 1838, il épouse Nathalie Zakharina. L'histoire romanesque, douloureuse ou tragique, de leurs amours tiendra une grande place dans sa vi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HERZEN ALEXANDRE IVANOVITCH (1812-1870)  » est également traité dans :

FOURIÉRISME

  • Écrit par 
  • Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ
  •  • 4 168 mots

Dans le chapitre « Les phalanstères »  : […] Ces dispositions supposent la société entière et le grand air du monde. Pourtant Fourier croyait possible d'organiser un « phalanstère » ou « phalange », en associant 810 caractères différents des deux sexes (soit 1 620), qui représentent l'âme humaine intégrale. Chaque individu, en effet, n'est que la 810 e partie de l'âme : il possède le fonds c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fourierisme/#i_1139

LE SPLEEN CONTRE L'OUBLI. JUIN 1848 (D. Oehler)

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 1 656 mots

Roland Barthes voyait dans la révolution de juin 1848 la fracture fondatrice de l' écriture . L'écriture, écrivait-il, « est le langage littéraire transformé par sa destination sociale, elle est la forme saisie dans son intention humaine et liée aux grandes crises de l'histoire ». 1848, en sonnant le glas de l'universalité de l'« idéologie bourgeoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-spleen-contre-l-oubli-juin-1848/#i_1139

OCCIDENTALISTES RUSSES

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 480 mots

Né avec les réformes de Pierre le Grand, l'occidentalisme ne peut être exclusivement défini comme un courant progressiste opposé à un chauvinisme passéiste et rétrograde ; la bureaucratie pétersbourgeoise, après tout, était « occidentaliste » à sa manière. Le grand débat des années 1840 entre slavophiles et occidentalistes prend à témoin l'opinion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occidentalistes-russes/#i_1139

OGAREV NIKOLAÏ PLATONOVITCH (1813-1877)

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 303 mots

Fils d'un riche propriétaire, Ogarev se lie dès l'adolescence d'une amitié indéfectible pour Herzen : étudiant à Moscou, membre de son cercle, arrêté avec lui en 1834, il est exilé dans la propriété paternelle à Penza. En 1839, il retourne à Moscou. Ses réceptions, ses activités littéraires, ses déboires matrimoniaux, son charme personnel, ses voya […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-platonovitch-ogarev/#i_1139

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Les réformes »  : […] L'atmosphère de réformes des années 1855-1860 tranche sur la période antérieure ; l'apparition de l'intelligentsia sous Nicolas I er ne se manifeste guère que dans les cercles étudiants clandestins (en particulier à l'Université de Moscou). Dans la décennie qui suit la défaite de Crimée, la liberté d'expression est assez large. Une jeune génératio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_1139

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'intelligentsia (1825-1890) »  : […] Soumise jusque-là à des canons littéraires étrangers, la littérature russe doit son émancipation à trois écrivains qui ont subi et dépassé, chacun à sa manière, l'influence du romantisme et dont l'œuvre constituera, pour les auteurs du xix e  siècle, un système de normes et de références nationales. Alexandre Pouchkine (Puškin, 1799-1837) crée, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1139

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BONAMOUR, « HERZEN ALEXANDRE IVANOVITCH - (1812-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-ivanovitch-herzen/