OCCIDENTALISTES RUSSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né avec les réformes de Pierre le Grand, l'occidentalisme ne peut être exclusivement défini comme un courant progressiste opposé à un chauvinisme passéiste et rétrograde ; la bureaucratie pétersbourgeoise, après tout, était « occidentaliste » à sa manière. Le grand débat des années 1840 entre slavophiles et occidentalistes prend à témoin l'opinion publique russe, mais il se déroule entre représentants d'une intelligentsia composée encore en majorité de nobles nourris aux mêmes sources : penseurs catholiques de la contre-révolution, historiens français de la Restauration, socialistes utopiques, dialecticiens allemands et théoriciens de la Naturphilosophie. Il constitue un schisme, ou mieux un dédoublement devant la nécessité de formuler une philosophie de l'histoire appropriée à la Russie : les deux faces de Janus, dira Herzen. La crise éclate vers 1840 quand se pose le problème de l'héritage hégélien : la conciliation longtemps espérée entre la foi et la science se révèle impossible. Il faut choisir. Les uns (Kireïevski, Khomiakov, Samarine, les frères Aksakov) remettent en cause toute la culture occidentale, la philosophie depuis Aristote, au nom des valeurs spirituelles russes ; les autres, tout en songeant à l'avenir de la Russie, persistent à lier son sort à celui de l'Occident. Le camp occidentaliste regroupe la plupart des membres du cercle de Stankevitch, renforcé par le retour à Moscou des « politiques » (Herzen et Ogarev) et la rentrée d'Allemagne de professeurs comme Granovski et Redkine. La revue pétersbourgeoise de Kraïevski, Les Annales de la patrie (Otečestvennye Zapiski), animée par Bielinski, devient l'organe des occidentalistes. Bientôt des divergences apparaissent. Herzen, au nom de la science, veut dissiper les dernières illusions conciliatrices et rompt avec Granovski ; Bielinski, au nom du socialisme, met en cause la société bourgeoise occidentale. Celle-ci trouve des défenseurs tels Botkine, Annekov, Kaveline, Tourguenev, parmi l'aile modérée qui se regroupe ap [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Grenoble-III

Classification


Autres références

«  OCCIDENTALISTES RUSSES  » est également traité dans :

BIÉLINSKI ou BELINSKI VISSARION GRIGORIEVITCH (1811-1848)

  • Écrit par 
  • José JOHANNET
  •  • 2 332 mots

Les années 1830-1848 en Russie sont une période de réflexion, de fermentation intellectuelle. Les générations qui arrivent à la vie publique passeront par toutes les étapes de l'évolution spirituelle de l'Europe, du siècle des Lumières à Hegel et, pour certains, à Feuerbach et Marx. La société cultivée est déchirée par le schisme des slavophiles et des occidentalistes. La littérature est en plein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bielinski-belinski/#i_49590

LES DÉMONS, Fiodor Dostoïevski - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Louis ALLAIN
  •  • 1 333 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un crescendo vers l'apocalypse »  : […] L'atmosphère de ce roman s'alourdit peu à peu jusqu'à devenir insoutenable. Le grand art de Dostoïevski consiste à programmer, avec un raffinement quasi pervers, cette progression inexorable vers une sorte d'« apocalypse immédiate ». Le matériau humain du roman, à savoir les personnages, fournit un réservoir inépuisable d'actions scélérates. Sur la trentaine de personnages que comptent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-demons/#i_49590

HERZEN ALEXANDRE IVANOVITCH (1812-1870)

  • Écrit par 
  • Jean BONAMOUR
  •  • 1 696 mots

Dans le chapitre « Un génie de la synthèse »  : […] De retour à Moscou en 1840 (mais il connaîtra en 1841-1842 un autre exil, à Novgorod), Herzen participe très activement à la vie intellectuelle. Naguère soucieux de trouver une synthèse entre science et religion dans les socialismes utopiques, il s'initie à Hegel et, contre les interprétations de l'« hégélianisme de droite » qui avaient un temps subjugué ses amis Bielinski et Bakounine, veut rétab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-ivanovitch-herzen/#i_49590

OGAREV NIKOLAÏ PLATONOVITCH (1813-1877)

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 303 mots

Fils d'un riche propriétaire, Ogarev se lie dès l'adolescence d'une amitié indéfectible pour Herzen : étudiant à Moscou, membre de son cercle, arrêté avec lui en 1834, il est exilé dans la propriété paternelle à Penza. En 1839, il retourne à Moscou. Ses réceptions, ses activités littéraires, ses déboires matrimoniaux, son charme personnel, ses voyages en Occident font de lui un personnage importan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-platonovitch-ogarev/#i_49590

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 894 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le réalisme »  : […] L'art russe de la seconde moitié du xix e  siècle est marqué par le rôle dominant des idées philosophiques, éthiques et religieuses. La force des questions posées par Tolstoï et Dostoïevski, mais aussi Herzen, Tchernychevski et Pissarev, ne peut manquer de trouver un écho dans la peinture. Il s'agit avant tout d'une interrogation d’ampleur nationa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/#i_49590

SLAVOPHILES

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 1 217 mots

Important courant de pensée sociale et politique russe, entre les années 1840 et 1860, le mouvement des slavophiles naît d'une querelle historique avec les occidentalistes. Ce terme d'occidentalistes (à l'origine un sobriquet) est toujours couplé avec celui de slavophiles, mais tous deux sont arbitraires et déroutants. Car pas plus que les slavophiles n'étaient des réactionnaires bornés et rétrogr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slavophiles/#i_49590

TCHAADAÏEV PETR IAKOVLEVITCH (1794-1856)

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 331 mots

D'origine aristocratique, Tchaadaïev, étudiant à Moscou et officier dès 1812, quitte avec éclat une carrière qui s'annonce brillante (1821). Ami de Pouchkine, proche des décembristes, il part pour l'Occident et reste à l'écart des événements de 1825. De retour à Moscou, il s'enferme et rédige ses fameuses Lettres philosophiques (publiées en français) qui circulent bientôt en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petr-iakovlevitch-tchaadaiev/#i_49590

TOURGUÉNIEV IVAN SERGUEÏEVITCH (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Michel CADOT
  •  • 2 310 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le plus enraciné des écrivains cosmopolites »  : […] À ne considérer que l'œuvre littéraire d'Ivan Serguéïévitch Tourguéniev, on est amené à voir en lui un écrivain typiquement russe : personnages, paysages, problèmes, tout y porte la marque nationale. Si l'on envisage d'autre part la formation intellectuelle de Tourguéniev, où la philosophie allemande occupe la place d'honneur, son attachement passionné qui dura quarante ans pour Pauline Viardot et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-sergueievitch-tourgueniev/#i_49590

Pour citer l’article

Alexandre BOURMEYSTER, « OCCIDENTALISTES RUSSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/occidentalistes-russes/