CLAUDE, lat. TIBERIUS CLAUDIUS NERO DRUSUS (10 av. J.-C.54 apr. J.-C.) empereur romain (41-54)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'historiographie, qui a longtemps méprisé Claude, tend actuellement à le réhabiliter ; l'essentiel n'est d'ailleurs pas de le juger, mais de savoir qui il était et surtout ce qu'il a fait et ce qui s'est passé pendant son règne.

Né à Lyon en ~ 10, il appartenait à la gens Claudia, elle-même apparentée à la famille d'Auguste : il était le fils de Drusus et d'Antonia, le frère de Germanicus et l'oncle de Caligula. Son manque d'ambition et son apparence médiocre l'empêchèrent de faire carrière, aussi se réfugia-t-il dans les choses de l'esprit. C'est par hasard qu'il accéda à l'Empire, à l'âge de cinquante-deux ans : en 41, il se retrouvait seul représentant de la dynastie, et les prétoriens, qui le trouvèrent caché derrière une tenture, lui proposèrent la pourpre. Il accepta. L'homme ne payait pas de mine : ivrogne et bègue, il passait pour être le jouet de ses affranchis et de ses épouses successives qui le trompaient abondamment, Messaline et Agrippine en particulier ; sans expérience ni de l'armée ni de l'administration, il aimait les activités intellectuelles, en particulier la grammaire latine et les antiquités étrusques. Son règne n'en fut pas moins bien rempli.

Dans ses déclarations, il prétendit renouer avec la tradition augustéenne de moderatio dans tous les domaines, dans la vie politique (il affecta de respecter le Sénat), mais aussi à l'égard des institutions et de la religion. La réalité, cependant, fut autre. Dès son accession au pouvoir, il s'appuya sur les prétoriens : il leur accorda les têtes des assassins de Caligula. Il rechercha aussi, mais sans trop d'ardeur, le soutien de la plèbe. Surtout, il utilisa ses affranchis, Pallas, Polybe, par exemple, comme conseillers, mais aussi comme « ministres » : il leur confia la chancellerie impériale, leur abandonna l'administration, mais il garda le pouvoir. À l'égard des nobles, son attitude présenta beaucoup de nuances : certains d'entre eux furent persécutés, accusés de lèse-majes [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLAUDE, lat. TIBERIUS CLAUDIUS NERO DRUSUS (10 av. J.-C. - 54 apr. J.-C.) empereur romain (41-54)  » est également traité dans :

AGRIPPINE LA JEUNE (16-59)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 336 mots

Vouée à l'exécration par les historiens latins, en particulier par Tacite et par Suétone, Agrippine la Jeune ne ressemblait guère à sa mère, l'épouse de Germanicus. Mais il ne suffit pas de la juger sur ses intrigues et sur ses crimes ; il convient de la replacer dans l'histoire de son temps, histoire difficile où le salut de l'Empire romain reposait souvent entre les mains de quelques personnes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrippine-la-jeune/#i_21173

ESCLAVES & AFFRANCHIS IMPÉRIAUX, Rome antique

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 888 mots

Dans la société romaine, les esclaves et affranchis impériaux ne représentent pas seulement l'aristocratie de la population non libre ; ils se situent même parfois au-dessus des citoyens, souvent à côté d'eux et dans quelques cas en dessous. Leur histoire se divise en deux périodes. La première correspond à une phase d'essor rapide, et elle commence naturellement avec l'œuvre d'Auguste. Trois circ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esclaves-et-affranchis-imperiaux-rome-antique/#i_21173

JULIO-CLAUDIENNE DYNASTIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 430 mots

La dynastie julio-claudienne (14-68) regroupe, après Auguste (27 av. J.-C.-14 apr. J.-C.), fondateur du principat, les quatre empereurs qui succèdent à ce dernier : Tibère (14-37), Caligula (37-41), Claude (41-54) et Néron (54-68). Elle ne suit pas une ligne directe. Auguste, petit-neveu et fils adoptif de Jules César, se rattache à la gens Julia, tandis que Tibère, beau-fils et fils adoptif d'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-julio-claudienne/#i_21173

MESSALINE (25 env.-48)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 358 mots

Comme toutes les impératrices de la première moitié du i er siècle, à Rome, Messaline, une des épouses de l'empereur romain Claude, symbolise l'appétit de luxe, la soif du plaisir et l'esprit de lucre de la haute société romaine. L'impératrice Messaline est en fait une parvenue dont l'époux a été hissé par hasard, en 41, sur le trône par des prétoriens en quête d'empereur. Elle est éblouie par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messaline/#i_21173

NARCISSE, lat. NARCISSUS (mort en 54)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 332 mots

Avec Pallas, Polybe, Félix et Calliste, Narcisse est l'un des plus célèbres affranchis impériaux de Rome sous Claude et sous Néron, entre 41 et 54. Le portrait peu flatteur qu'en fait Racine dans Britannicus , l'opprobre dont il a été chargé par Suétone et par Tacite, l'homme véreux, le concussionnaire, l'intrigant et le criminel qu'il fut sans doute ne sauraient nous cacher le rôle important qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcisse-lat-narcissus/#i_21173

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les deux derniers siècles de la Jérusalem juive : de la prise de la ville par Pompée (63 av. J.-C.) à la fin de la « Guerre d'Hadrien » (135 apr. J.-C.) »  : […] Après la prise de Jérusalem par Pompée, la royauté n'est conférée à aucun des prétendants juifs ; nommé seulement grand prêtre et ethnarque, Hyrcan II (63-40) doit payer tribut aux Romains, et se soumettre au contrôle du gouverneur romain de Syrie ; en outre, les villes de la côte, celles du nord de la Transjordanie, et plusieurs autres cités, comme Samarie, lui sont enlevées. Quant à Aristobule, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_21173

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Julio-Claudiens »  : […] Tibère, fils d'un premier lit de Livie, appartenait à la famille des Claudes ; jusqu'en 68 (mort de Néron), les empereurs ont un arbre généalogique compliqué qui les apparente à Auguste, à César, à Drusus, à Germanicus et même au triumvir Marc Antoine, dont les filles, nées de son mariage avec Octavie, sœur d'Auguste, sont les grand-mères de Caligula et de Néron. Tous les Julio-Claudiens sont donc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_21173

Pour citer l’article

Yann LE BOHEC, « CLAUDE, lat. TIBERIUS CLAUDIUS NERO DRUSUS (10 av. J.-C. - 54 apr. J.-C.) empereur romain (41-54) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-lat-tiberius-claudius-nero-drusus-empereur-romain/