ADDISON JOSEPH (1672-1719) & STEELE RICHARD (1672-1729)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fin d'une amitié

La collaboration entre Addison et Steele résistera mal, hélas ! au monument élevé à leur amitié, à leur génie. Aux entreprises journalistiques de Steele, le Guardian (1712), le Lover (1714), le Reader (1715), Addison contribuera de moins en moins. Et, de son côté, Steele ne prendra aucune part au Free-Holder ou à l'Old Whig (1716), revues à coloration exclusivement politique. C'est d'ailleurs la politique, s'ajoutant à une certaine fatigue de l'inspiration commune, qui détachera peu à peu les deux hommes l'un de l'autre. Indirectement d'abord, car il n'est pas douteux que Steele, homme de théâtre, n'ait ressenti l'accueil que le public de 1713, aussi bien tory que whig, a réservé à Caton, applaudissant les mêmes passages pour des raisons inverses. Ce n'est guère meilleur que le livret de Rosamund qu'écrivit Addison sept ans plus tôt, mais la nouvelle classe bourgeoise, en Angleterre et surtout sur le continent, salue en Caton une tragédie à sa mesure, une leçon de haute vertu politique. À ces triomphes littéraires s'ajoutent, pour Addison, des satisfactions politiques et mondaines dont Steele est privé. L'un et l'autre étaient devenus membres du Parlement. Mais, tandis que Steele était expulsé de la Chambre pour avoir dénoncé les responsables de la chute de Dunkerque et s'être opposé aux pourparlers de paix avec Louis XIV, Addison se taisait. Avec le retour au pouvoir des whigs, Addison va de promotion en promotion jusqu'au secrétariat d'État. Il a épousé en 1716 une veuve de haut rang, la comtesse de Warwick, dont il a eu une fille et peu de satisfactions. Sa dernière année, 1719, est assombrie par une violente polémique avec Steele au sujet du Peerage Bill. On aurait voulu qu'à son lit de mort il nommât son vieil ami. Il se contenta de proposer à son beau-fils le spectacle d'une fin édifiante.

Steele qui, aux dires d'un de ses adversaires, avait, en se tournant vers la politique militante, « gratifié son parti d'un pamphlétaire maladroit à la place d'un excellent bouffon », profita moins du retour des whigs et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADDISON JOSEPH (1672-1719) & STEELE RICHARD (1672-1729)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Apogée du classicisme »  : […] Dans Les Voyages de Samuel Gulliver ( Gulliver's Travels , 1726) comme dans The Rape of the Lock , l'esprit joue sur les proportions, sur ce que Voltaire appellera « le complexe de Micromégas » : le désespoir de Belinda est comparé à celui de jeunes rois faits prisonniers ; la terre, la mer et l'air sont nommés dans un même contexte avec les petits chiens et les perroquets ; dans Gulliver , les e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5864

ESQUISSE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 246 mots

Description divertissante d'un aspect du mode de vie d'un pays, généralement écrite à l'intention de lecteurs étrangers par quelqu'un qui se trouve sur place. Le portrait littéraire se présente comme une variante de l'esquisse. De style concret et journalistique, l'esquisse est moins dramatique, mais plus analytique et descriptive que le conte et la nouvelle. Un auteur d'esquisses conserve un ton […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esquisse-genre-litteraire/#i_5864

POPE ALEXANDER (1688-1744)

  • Écrit par 
  • Jean DULCK
  •  • 1 863 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Combats et succès »  : […] Né à Londres, fils de commerçants fortunés, il vit une enfance chétive près de Windsor ; petit, bossu, il est atteint du mal de Pott. Appliqué, studieux, grand travailleur, à seize ans il écrit des Pastorals qui le lancent dans le monde littéraire. Encouragé par le spirituel Wycherly et l'exigeant Walsh, il fait déjà preuve d'invention et de rigueur. Son Essay on Criticism (1711) le fait pénétrer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-pope/#i_5864

Pour citer l’article

Alexandre MAUROCORDATO, « ADDISON JOSEPH (1672-1719) - & STEELE RICHARD (1672-1729) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/addison-et-steele/