ADDISON JOSEPH (1672-1719) & STEELE RICHARD (1672-1729)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Leur amitié s'inscrit aux sources du journalisme moderne. Leur journal, le Spectator, est bien plus que l'univers savoureux de personnages fictifs car Addison et Steele y ont inventé tous les aspects d'un grand journal, dans ses formules comme dans le souci du lecteur ; ce sont les premiers architectes d'une puissance nouvelle : l'opinion publique.

La critique contemporaine a voulu dissocier ces deux noms que la postérité avait unis. Elle s'est efforcée de rendre à chacun son dû et, surtout, de dégager l'originalité de Steele qu'éclipsait la gloire de son redoutable ami. Or, la lecture des pages consacrées à l'un crée toujours un appel d'air vers l'autre. On ne comprend bien Steele qu'en étudiant Addison, et Addison qu'en interrogeant Steele. Les deux hommes se définissent l'un l'autre.

Vies parallèles

Déjà leurs vies offrent un étrange parallèle et peuvent se reconstituer en contrepoint. Ils sont nés la même année : Steele, au début de mars 1672, Addison, au début de mai. Ils furent internes dans la même école et fréquentèrent ensemble Oxford. Ensuite, leurs voies divergent ou plutôt s'espacent. Steele s'engage dans la garde royale et, grâce à ses protecteurs whigs, devient capitaine. Addison, plus pauvre et plus studieux, passe ses examens et est élu fellow de Magdalen College.

C'est dans un cercle whig où se prépare la succession protestante, le Kit Kat Club, que les deux amis se retrouvent, à l'aube du siècle des Lumières. Steele a déjà publié un petit traité de morale, le Christian Hero (1701), où il prêchait des règles de conduite assez différentes de celles qu'il pratiquait : « Faites comme je dis et non comme je fais. » Il donne trois comédies d'un genre nouveau, où il prétend substituer au rire une émotion plus délicate. La première, The Funeral (1701), enterre la comedy of manners et ressuscite un riche seigneur pour la plus grande confusion d'une veuve trop prompte à se réjouir. La deuxième, le Lying Lover (1703), nous raconte les aventures et la conversion d'un menteur qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADDISON JOSEPH (1672-1719) & STEELE RICHARD (1672-1729)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Apogée du classicisme »  : […] Dans Les Voyages de Samuel Gulliver ( Gulliver's Travels , 1726) comme dans The Rape of the Lock , l'esprit joue sur les proportions, sur ce que Voltaire appellera « le complexe de Micromégas » : le désespoir de Belinda est comparé à celui de jeunes rois faits prisonniers ; la terre, la mer et l'air sont nommés dans un même contexte avec les petits chiens et les perroquets ; dans Gulliver , les e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5864

ESQUISSE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 246 mots

Description divertissante d'un aspect du mode de vie d'un pays, généralement écrite à l'intention de lecteurs étrangers par quelqu'un qui se trouve sur place. Le portrait littéraire se présente comme une variante de l'esquisse. De style concret et journalistique, l'esquisse est moins dramatique, mais plus analytique et descriptive que le conte et la nouvelle. Un auteur d'esquisses conserve un ton […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esquisse-genre-litteraire/#i_5864

POPE ALEXANDER (1688-1744)

  • Écrit par 
  • Jean DULCK
  •  • 1 863 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Combats et succès »  : […] Né à Londres, fils de commerçants fortunés, il vit une enfance chétive près de Windsor ; petit, bossu, il est atteint du mal de Pott. Appliqué, studieux, grand travailleur, à seize ans il écrit des Pastorals qui le lancent dans le monde littéraire. Encouragé par le spirituel Wycherly et l'exigeant Walsh, il fait déjà preuve d'invention et de rigueur. Son Essay on Criticism (1711) le fait pénétrer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-pope/#i_5864

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexandre MAUROCORDATO, « ADDISON JOSEPH (1672-1719) - & STEELE RICHARD (1672-1729) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/addison-et-steele/