ADÉNOSINE TRIPHOSPHORIQUE ACIDE (ATP)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'adénosine triphosphorique (ATP) est un mononucléotide diphosphorylé du métabolisme intermédiaire découvert en 1929 par Lohmann. Véritable « monnaie énergétique de la cellule », ce composé assure la fourniture ou la mise en réserve d'énergie dans la plupart des réactions biochimiques. Son rôle dans le transport de radicaux phosphoriques est par ailleurs essentiel.

L'ATP est constitué d'adénine unie par une liaison N-osidique à une molécule de ribose elle-même phosphorylée sur son carbone-5 ; la molécule comporte trois radicaux phosphoriques unis entre eux par des liaisons anhydride d'acide. Seules les deux dernières liaisons constituent ce que Lipmann a désigné sous le terme de « liaison riche en énergie », c'est-à-dire comportant une énergie potentielle chimique facile à libérer ou à transférer. L'hydrolyse de chaque liaison riche symbolisée par le signe ∼ libère une énergie comprise entre 4 000 et 16 000 calories.

L'ATP peut se décomposer en libérant un radical phosphorique et l'acide adénosine diphosphorique (ADP) ou en libérant un radical pyrophosphorique et l'acide adénosine monophosphate (AMP).

—  Pierre KAMOUN, Paul MAZLIAK

Écrit par :

  • : professeur de biochimie à l'université René-Descartes, chef de service à l'hôpital Necker, Paris
  • : professeur honoraire de biologie cellulaire, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  ADÉNOSINE TRIPHOSPHORIQUE ACIDE (ATP)  » est également traité dans :

BIOSYNTHÈSE DE L'ATP

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 238 mots

La théorie émise par Peter Mitchell (1920-1992), qu'il baptisa théorie chimiosmotique, bouleversa la bioénergétique. Jusqu'alors, on considérait que l'oxydation des substrats respiratoires dans les mitochondries était couplée avec la synthèse endergonique (consommatrice d'énergie) d'ATP (adénosine triphosp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biosynthese-de-l-atp/#i_74

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Biosynthèse »  : […] La voie de synthèse des catécholamines à partir de la tyrosine, et accessoirement de la phénylalanine, est simple . Elle implique quatre étapes : hydroxylation du noyau phénolique ; décarboxylation de la chaîne latérale ; hydroxylation de la chaîne latérale ; N-méthylation. Les différentes enzymes impliquées ont été caractérisées et isolées. Toutes sont solubles et présentes dans le cytosol des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_74

AÉROBIOSE & ANAÉROBIOSE

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 2 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Régulation du métabolisme de l'oxygène »  : […] Pasteur avait montré que les levures consomment moins de glucose en aérobiose qu'en anaérobiose. Ce fait, connu sous le nom d' effet Pasteur , se retrouve chez tous les organismes anaérobies facultatifs. Quelles que soient les conditions d'aération, la consommation d'énergie pour assurer les besoins vitaux est la même. La dégradation totale d'une molécule de glucose selon la réaction : libère 680  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aerobiose-et-anaerobiose/#i_74

BIOÉNERGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Jacques TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 5 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Enzymes des conversions d'énergie : les ATPases (adénosine-tri-phosphatases) ou ATP-synthétases »  : […] Ces enzymes hydrolysent l'ATP par la réaction réversible : P i étant le phosphate inorganique. Leur fonctionnement est intimement lié aux problèmes cruciaux de la bioénergétique. La molécule d'ATP est en effet « riche en énergie » que libère l'hydrolyse de cette molécule par les ATPases. L' énergie libre est utilisable notamment pour le transport actif des ions ou de certains métabolites à t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioenergetique/#i_74

CANAUX IONIQUES

  • Écrit par 
  • Laurent COUNILLON, 
  • Mallorie POËT
  •  • 4 294 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Motifs structuraux des principaux canaux cationiques »  : […] Les cations présents dans les liquides physiologiques ont un diamètre compris entre 0,095 nanomètres pour le sodium et 0,133 nanomètres pour le potassium. Il faut donc au minimum six à huit segments transmembranaires organisés sur le pourtour d'un cylindre pour créer en son centre un pore capable d'accommoder ces ions, sous forme déshydratée. De fait, il existe toute une série de canaux s'organisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canaux-ioniques/#i_74

CELLULE - L'organisation

  • Écrit par 
  • Pierre FAVARD
  •  • 11 007 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Conversions d'énergie par la cellule »  : […] Les cellules ont besoin d'énergie pour leurs différentes activités : biosynthèse de molécules, production de mouvements, transports actifs ; cette énergie est fournie par l'hydrolyse de molécules d' adénosine-triphosphate (ATP) en adénosine diphosphate (ADP) et phosphate inorganique. Dans ces conditions les travaux cellulaires ne peuvent se poursuivre que si les molécules d'ATP consommées sont r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-l-organisation/#i_74

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Le mouvement est, avec la capacité de reproduction, l'une des propriétés qui définissent le vivant. Au niveau cellulaire, certains mouvements peuvent être observés à l'aide du microscope optique conventionnel, tandis que d'autres se produisent à une échelle de dimension quasi moléculaire et requièrent des microscopes plus perfectionnés. En effet, les structures spécialisées dans la production de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-les-mouvements/#i_74

CHIMIOSYNTHÈSES

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 601 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'assimilation du carbone »  : […] Le mécanisme de la fixation et de la réduction du bioxyde de carbone par les bactéries chimiolithotrophes est très voisin du mécanisme réalisé par les végétaux à photosynthèse. Il a été étudié avec Thiobacillus denitrificans et un Hydrogenomonas , à l'aide de dioxyde de carbone enrichi en atomes radioactifs, 14 CO 2 . La radioactivité du carbone permet de suivre les différentes étapes de son assi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimiosyntheses/#i_74

ENZYMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 12 668 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Modifications d'une activité enzymatique par addition covalente »  : […] D'autres voies du contrôle de l'activité des enzymes sont au contraire réversibles. Il s'agit de la fixation covalente par voie enzymatique d'un groupement chimique qui donne à la macromolécule des propriétés différentes, fixation réversible avec retour à l'état d'origine par l'effet d'une enzyme antagoniste (par exemple le couple kinase-phosphatase). Plusieurs modalités de contrôle par modificati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enzymes/#i_74

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Bilan »  : […] Au cours de la glycolyse, une mole de glucose a été transformée en deux moles d'acide pyruvique. La formation de glucose-6-phosphate, puis de fructose-1,6-diphosphate, ont entraîné la consommation de deux moles d'ATP. En revanche, la formation d'acide glycérique-3-phosphate, puis l'utilisation du phosphoénol-pyruvate, ont permis de synthétiser deux moles d'ATP par mole de triose, c'est-à-dire qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/#i_74

GLYCÉMIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET, 
  • Universalis
  •  • 3 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les lieux du métabolisme glucidique »  : […] Les lieux du métabolisme glucidique comprennent deux plaques tournantes essentielles (la cellule hépatique et la cellule graisseuse) et un lieu privilégié d'utilisation (la cellule musculaire). Les études biochimiques fondamentales, réalisées in vitro, consistent à analyser les modifications, en fonction du temps, que subissent différentes substances au contact de broyats tissulaires. Le foie peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glycemie/#i_74

LIPIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Bernard ENTRESSANGLES, 
  • Paul MANDEL, 
  • Jean-Claude PROMÉ
  •  • 6 802 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Acides saturés »  : […] L' étude du mécanisme de la dégradation des acides gras a débuté avec les travaux de F. Knoop (1904) : des animaux, nourris avec des acides gras dans lesquels un cycle benzénique se substitue à un atome d'hydrogène sur le dernier carbone de la chaîne, excrètent dans l'urine (sous forme d'amides avec le glycocolle) des produits contenant un cycle benzénique et dont la nature varie selon que l'acid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lipides/#i_74

MÉTABOLISME

  • Écrit par 
  • Paul DI COSTANZO, 
  • Charles KAYSER, 
  • Jo NORDMANN
  •  • 8 425 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Au niveau du rapport ATP/ADP »  : […] Ces régulations allostériques sont complétées par celles qu'exerce la nécessité pour la cellule de maintenir la constance du rapport ATP/ADP. Une augmentation de l'ADP, donc une diminution du rapport, favorise la déshydrogénation de l'isocitrate par l'enzyme à NAD + et, par suite, le déroulement du cycle tricarboxylique ; à la réduction accrue du NAD + s'ajoute une accélération de la vitesse de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metabolisme/#i_74

MITCHELL PETER DENNIS (1920-1992)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 738 mots

Il est rare qu'un chercheur du xx e  siècle crée son laboratoire sur ses propres fonds. C'est pourtant ce que fit Peter Mitchell qui révolutionna ensuite la bioénergétique. Il développa en effet une « théorie chimiosmotique » qui rencontra d'abord le scepticisme général mais qui, en moins de dix ans, réussit à convaincre toute la communauté scientifique, grâce aux arguments théoriques et expérimen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-dennis-mitchell/#i_74

MITOCHONDRIES

  • Écrit par 
  • Roger DURAND
  •  • 10 941 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le contrôle de la concentration en ATP du cytoplasme »  : […] La concentration en ATP du cytoplasme demeure à peu de chose près constante. Dans un muscle qui se contracte régulièrement et violemment, comme le muscle alaire d'insecte, la concentration en ATP ne diminue pas de plus de 20 p. 100 par rapport à l'état de repos. Les mitochondries sont donc capables de répondre rapidement aux exigences du cytoplasme. À l'état de repos, les rapports ATP/ADP et NADH […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitochondries/#i_74

MUSCLES

  • Écrit par 
  • Jean RAIMBAULT, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 12 918 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La contraction et la relaxation d'un sarcomère »  : […] Le sarcomère se raccourcit grâce au mouvement effectué par les « ponts » de la myosine. Ce mouvement, comparable à celui d'un doigt qui se replie, va tirer l'un vers l'autre les filaments minces (et les lignes Z), pouvant même les faire se chevaucher dans les contractures extrêmes ( a et b). Cela va entraîner la disparition des hémi-bandes claires et la fibre deviendra uniformément opaque. Sur u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muscles/#i_74

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Énergétique »  : […] Le myocarde tire sa couleur rouge de la richesse de son contenu en myoglobine, transporteur qui véhicule l'oxygène dans la cellule, et en mitochondries, particules intracellulaires dans lesquelles l'oxygène catalyse la synthèse d'ATP (adénosine-triphosphate) grâce à un système étagé d' oxydoréductions couplé à des phosphorylations. L'ATP ne peut traverser ni les membranes mitochondriales, ni la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/#i_74

OXYDORÉDUCTIONS, biologie

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 5 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Rôle des oxydoréductions »  : […] Les composés organiques dont sont constitués les êtres vivants sont en général des substances réduites par rapport aux composés oxydés du monde minéral. L'assimilation de ces derniers implique donc globalement une réduction, alors que le retour à l'état minéral traduit une oxydation. Mais l'un et l'autre processus ne peuvent se faire que par paliers. La synthèse d'une mole de glucose à partir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxydoreductions-biologie/#i_74

PHOSPHAGÈNE

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 381 mots

Composé phosphoré labile, découvert dans le muscle, en 1927, par Eggleton et dénommé phosphagène parce que son hydrolyse libère une molécule d'acide phosphorique. Il a été identifié à la phosphocréatine : Les muscles contiennent, plus que les autres tissus, deux composés phosphorés riches en énergie : le phosphagène et l'adénosine triphosphate (ATP) qui disparaissent au cours de l'activité du musc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phosphagene/#i_74

PHOTOGENÈSE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BASSOT
  •  • 6 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Activation de substrat suivie d'une oxydation »  : […] Dans les cas d'activation de substrat suivie d'une oxydation, le composé actif, que l'on peut isoler des organes lumineux, est un précurseur du substrat ; la réaction comporte donc une étape préalable à celle de l'oxydation. Les lucioles, qui peuvent être capturées en nombre considérable, ont permis l'étude approfondie de ce mécanisme qui est connu aussi chez le Cœlentéré Renilla . En 1947, McElro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photogenese-biologie/

PHOTOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean LAVOREL, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 10 334 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Les réactions sombres : la réduction du dioxyde de carbone »  : […] Les réactions sombres de la photosynthèse (ou réactions thermiques, en raison de leur sensibilité à la température) sont maintenant bien connues grâce à la conjonction de méthodes et de techniques développées pendant et après la Seconde Guerre mondiale : utilisation d'isotopes traceurs, en particulier du radiocarbone 14 découvert en 1940, et analyse chimique par chromatographie. Après avoir offert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photosynthese/#i_74

POMPES MÉTABOLIQUES

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 794 mots

Les pompes métaboliques assurent le transport des molécules et des ions au travers des membranes biologiques. Il peut s'agir d'un transport actif, c'est-à-dire contre le gradient électrochimique (lequel est fonction de la concentration et du potentiel électrique) : les cations remontent le champ électrique, les anions le descendent ; les molécules neutres, elles, accumulent dans le compartiment où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompes-metaboliques/#i_74

PORPHYRINES

  • Écrit par 
  • Alfred GAJDOS
  •  • 3 196 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Régulation quantitative de la biosynthèse »  : […] La régulation quantitative de la biosynthèse des porphyrines est extrêmement précise. L'organisme humain normal ne renferme que des traces de porphyrines libres . La synthèse satisfait, avec une remarquable exactitude, les besoins nécessaires à la formation des porphyrines combinées (hémoglobine, myoglobine, etc.) (tabl. 1). Le mécanisme de cette régulation est encore assez mal connu. Les recherc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porphyrines/#i_74

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 683 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le complexe régulateur 19S »  : […] Le régulateur 19S est composé de près de 20 sous-unités de 30 à 110 kDa. Il se lie aux deux extrémités du protéasome 20S pour donner le protéasome 26S. La formation de ce complexe, présent seulement chez les eucaryotes, nécessite de l'énergie apportée par l'hydrolyse de l'ATP. Ce complexe dégrade la plus grande partie des protéines cellulaires. Pour être reconnues par le protéasome 26S, ces proté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_74

RESPIRATION CELLULAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 976 mots

1783 A. Lavoisier (1743-1794) compare la respiration d'un cobaye à la combustion d'une bougie. Il conclut que la chaleur animale résulte de la combustion combinant l'oxygène de l'air avec les aliments carbonés transportés par le sang. Comme la matière charbonneuse de la bougie, les aliments, en brûlant dans les poumons, donnent le gaz carbonique exhalé par la respiration. 1842 R. Mayer (1814-187 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiration-cellulaire-reperes-chronologiques/#i_74

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Mécanisme d'action de l'aldostérone sur le transport du sodium »  : […] L'étude du mécanisme d'action de l'aldostérone sur le transport du sodium, réalisée soit in vivo au niveau des reins de rat, soit in vitro en utilisant la vessie de batracien, a montré que le complexe aldostérone-récepteur pénètre dans le noyau cellulaire. En outre, la stimulation du transport de Na + n'est pas concomitante de l'injection d'aldostérone ; elle se produit avec un délai de quarante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles non linéaires

  • Écrit par 
  • Agnès BABLOYANTZ, 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Albert GOLDBETER, 
  • Grégoire NICOLIS, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 9 748 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'agrégation des acrasiales »  : […] L'agrégation des acrasiales fournit un autre exemple particulièrement approprié de structures dissipatives en biologie, car ce phénomène met en jeu au moins deux bifurcations distinctes. Les acrasiales appartiennent à une classe d'amibes dont l'espèce la plus étudiée est Dictyostelium discoideum . Ces amibes sont dites sociales parce qu'elles correspondent à une population d'individus se présentan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-processus-irreversibles-non-lineaires/#i_74

MITOSE

  • Écrit par 
  • Nina FAVARD
  •  • 6 509 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mouvements de la mitose  »  : […] Un des plus anciens problèmes posés par la mitose est celui des mouvements des chromosomes : mouvements de la prophase et de la prémétaphase et, surtout, mouvements de l'anaphase. Plusieurs interprétations sont données au sujet des mouvements de l' anaphase : mouvements des chromosomes vers les pôles du fuseau et éloignement de ces pôles accompagnant l'allongement du fuseau. D'après la théorie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitose/#i_74

Pour citer l’article

Pierre KAMOUN, Paul MAZLIAK, « ADÉNOSINE TRIPHOSPHORIQUE ACIDE (ATP) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-adenosine-triphosphorique/