ABU SIMBEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le petit temple

À cent cinquante mètres environ au nord du grand temple s'ouvre, vers l'est, le temple consacré à Hathor, dame d'Ibchek (aujourd'hui Faras) et à la reine Nefertari. Il est généralement connu sous le nom de petit temple, par opposition au précédent, et dénommé en égyptien « Nefertari pour qui se lève Rê-(Horakhty) ». Il obéit aux mêmes principes que son voisin puisqu'il est aussi la transposition rupestre d'un temple bâti à l'air libre. La façade, plus petite, est ornée de six statues colossales taillées dans les renfoncements ménagés entre sept contreforts inclinés en talus. Ces colosses atteignent une dizaine de mètres de hauteur ; ceux qui flanquent la porte et ceux des extrémités représentent Ramsès II, debout cette fois. Ils encadrent les deux statues centrales de la reine, debout, dans l'attitude de la marche, vêtue et coiffée à l'image de la déesse Hathor ; sa lourde perruque surmontée de cornes de vache enserre le disque solaire surmonté de deux hautes plumes. Le roi est entouré de ses fils, la reine de ses filles. L'hypogée est d'une superficie plus réduite et présente un plan simplifié par rapport à celui du grand temple.

Temple d'Hathor

Photographie : Temple d'Hathor

Photographie

Le temple consacré à Hathor et à la reine Nefertari à Abu Simbel, XIXe dynastie. Égypte. 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

On pénètre d'abord dans une salle hypostyle soutenue par huit piliers carrés dont les chapiteaux figurent le visage d'Hathor, reproduit quatre fois. Dans ce temple féminin, les divinités invoquées sont avant tout des déesses : Hathor, la dame des lieux, Satis, Anoukis, Ourethekaou et Mout. De part et d'autre de la porte, on retrouve la scène traditionnelle de l'exécution d'un prisonnier par le roi ; mais ici, exceptionnellement, la reine y assiste. Les autres scènes nous montrent le roi ou la reine accomplissant des offrandes rituelles devant les déesses.

Une triple porte donne accès à un vestibule plus large que profond, prolongé par des salles latérales non décorées. Le vestibule est décoré du même genre de scènes que la salle hypostyle ; y figure en outre la déification de la reine par les deux déesses, Hathor et Isis.

L'hypogée s'achève par le san [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Abu Simbel : le site et les deux temples

Abu Simbel : le site et les deux temples
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Égypte : carte administrative

Égypte : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Abu Simbel

Abu Simbel
Crédits : Sylvain Grandadam/ The Image Bank / Getty Images Plus

photographie

Ramsès II faisant des offrandes à Horus

Ramsès II faisant des offrandes à Horus
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., chargée de conférences à l'École pratique des hautes études, Ve section

Classification

Autres références

«  ABU SIMBEL  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Archéologie du Soudan »  : […] Passons à des centaines de kilomètres au sud vers un autre domaine, où le patrimoine mondial a failli connaître un désastre irrémédiable : la Nubie et le nord du Soudan. Tous ont encore en mémoire les appels lancés dans les années 1960 par l'U.N.E.S.C.O. en faveur du sauvetage des vestiges de la Nubie vouée à la submersion sous les eaux du grand lac Nasser. Comme nous l'avons rappelé, des dizaine […] Lire la suite

MICHALOWSKI KAZIMIERZ (1901-1980)

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 674 mots

Avec Kazimierz Michalowski est mort, le 31 décembre 1980, un des maîtres de l'école polonaise d'archéologie, un des doyens des études sur l'Égypte et la Nubie. Né le 14 décembre 1901 à Tarnopol (en Galicie, alors austro-hongroise), diplômé d'archéologie classique de l'université de Lwów, il avait poursuivi ses études à Berlin, Heidelberg, Münster, Paris, Rome et Athènes. Devenu membre de l'École f […] Lire la suite

NUBIE TEMPLES DE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 2 354 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le sud de la première cataracte. Abou Simbel »  : […] Philae, l'île sainte d'Isis, ensevelie sous les eaux depuis la construction du premier barrage d'Assouan au début du xx e  siècle, est désormais en aval du nouveau haut barrage ; mais les variations du niveau des eaux ont nécessité le déplacement de ses monuments, qui ont été démontés et transférés sur l'îlot réaménagé d'Aglika, à 300 mètres au nord. Le principal édifice est le temple dédié à Isi […] Lire la suite

RAMSÈS II (1304-1236 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 1 098 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exploitation de la Nubie »  : […] Originaire du Delta oriental, la XIX e dynastie y avait des attaches. Ramsès II installe donc son palais ainsi que le centre administratif de l'Égypte à Piramsès, dont l'emplacement est discuté : il s'agirait de Tanis, selon les uns, de Khatana-Qantir, selon d'autres. La création de cette ville résulte de l'évolution de la situation dans le Proche-Orient où, menacé de deux côtés, par les «  Peupl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christiane M. ZIVIE-COCHE, « ABU SIMBEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-simbel/