ABU SIMBEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Abu Simbel : le site et les deux temples

Abu Simbel : le site et les deux temples
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Égypte : carte administrative

Égypte : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Abu Simbel

Abu Simbel
Crédits : Sylvain Grandadam/ The Image Bank / Getty Images Plus

photographie

Ramsès II faisant des offrandes à Horus

Ramsès II faisant des offrandes à Horus
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Tous les médias


Le grand temple

Le plus méridional des deux édifices, et aussi le plus grand, a été consacré par Ramsès II au dieu Rê-Horakhty ainsi qu'à la forme divinisée du roi lui-même, et porte le simple nom de « Maison de Ramsès aimé d'Amon ». Il est orienté vers l'est de manière telle que, deux fois par an, aux équinoxes, les rayons du soleil levant, pénétrant dans le temple par l'étroite porte d'entrée, venaient frapper de face et éclairer les statues au fond du naos.

La porte d'accès au temenos permet de pénétrer dans l'avant-cour, puis sur la terrasse, tandis que le niveau du sol s'élève graduellement. La façade de grès rose est large de près de 40 mètres et haute d'une trentaine de mètres. Elle culmine au-dessus du niveau de la mer de près de 200 mètres, ayant été rehaussée d'une soixantaine de mètres environ après le déplacement des temples. De part et d'autre de l'étroite porte d'entrée, quatre gigantesques colosses de Ramsès II assis, d'une vingtaine de mètres de hauteur et taillés dans le roc, gardent l'accès de l'édifice. En dépit de leur monumentalité, les colosses sont d'une exécution parfaite. Le roi, vêtu d'un pagne, mains posées sur les genoux, coiffé du némès surmonté du pschent (réunion de la couronne rouge de Basse-Égypte et de la couronne blanche de Haute-Égypte) est flanqué de membres de sa famille : sa mère, la reine Touy, la grande épouse Nefertari et quelques-uns de ses nombreux enfants. Sur les colosses sud, on notera la présence de nombreux graffiti dont un en grec, laissés par des mercenaires de l'armée de Psammétique II, conduite par les généraux Potasimto et Amasis, qui guerroya en Nubie. Une niche surmonte la porte, dans laquelle le dieu Rê-Horakhty à tête de faucon et corps d'homme, tenant le sceptre ouser et accompagné de la déesse Maât, représente, sous forme de cryptogramme, le prénom du roi : Ousermaâtrê. Au sommet de la façade, vingt-deux cynocéphales, disposés en frise, adressent une adoration perpétuelle au soleil levant auquel ils font face.

On pénètre ensuite dan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., chargée de conférences à l'École pratique des hautes études, Ve section

Classification


Autres références

«  ABU SIMBEL  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Archéologie du Soudan »  : […] Passons à des centaines de kilomètres au sud vers un autre domaine, où le patrimoine mondial a failli connaître un désastre irrémédiable : la Nubie et le nord du Soudan. Tous ont encore en mémoire les appels lancés dans les années 1960 par l'U.N.E.S.C.O. en faveur du sauvetage des vestiges de la Nubie vouée à la submersion sous les eaux du grand lac Nasser. Comme nous l'avons rappelé, des dizaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_271

MICHALOWSKI KAZIMIERZ (1901-1980)

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 674 mots

Avec Kazimierz Michalowski est mort, le 31 décembre 1980, un des maîtres de l'école polonaise d'archéologie, un des doyens des études sur l'Égypte et la Nubie. Né le 14 décembre 1901 à Tarnopol (en Galicie, alors austro-hongroise), diplômé d'archéologie classique de l'université de Lwów, il avait poursuivi ses études à Berlin, Heidelberg, Münster, Paris, Rome et Athènes. Devenu membre de l'École f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kazimierz-michalowski/#i_271

NUBIE TEMPLES DE

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 2 354 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le sud de la première cataracte. Abou Simbel »  : […] Philae, l'île sainte d'Isis, ensevelie sous les eaux depuis la construction du premier barrage d'Assouan au début du xx e  siècle, est désormais en aval du nouveau haut barrage ; mais les variations du niveau des eaux ont nécessité le déplacement de ses monuments, qui ont été démontés et transférés sur l'îlot réaménagé d'Aglika, à 300 mètres au no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temples-de-nubie/#i_271

RAMSÈS II (1304-1236 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 1 098 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exploitation de la Nubie »  : […] Originaire du Delta oriental, la XIX e dynastie y avait des attaches. Ramsès II installe donc son palais ainsi que le centre administratif de l'Égypte à Piramsès, dont l'emplacement est discuté : il s'agirait de Tanis, selon les uns, de Khatana-Qantir, selon d'autres. La création de cette ville résulte de l'évolution de la situation dans le Proche-Orient où, menacé de deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramses-ii/#i_271

Voir aussi

Pour citer l’article

Christiane M. ZIVIE-COCHE, « ABU SIMBEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-simbel/