Auteurs alexandrins


ANACRÉON DE TÉOS (560-478 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 221 mots

Chassé de sa ville natale, Téos, en Ionie (Asie Mineure), par les invasions perses, Anacréon se réfugie à Samos, à la cour du tyran Polycrate, puis il est accueilli par Hipparque, tyran d'Athènes, qui l'aurait envoyé chercher par une galère à cinquante rameurs. Toutefois, il serait revenu mourir, fort âgé, dans sa patrie. Les poètes alexandrins connaissaient […] Lire la suite

APOLLONIOS DE RHODES (env. 295-env. 215 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 322 mots

Originaire d'Alexandrie, Apollonios de Rhodes est d'abord l'élève de Callimaque. Mais une polémique le dresse contre son ancien maître (une satire de Callimaque intitulée Ibis est dirigée contre lui). Calomnié auprès de Ptolémée Philadelphe, il quitte Alexandrie et s'établit à Rhodes où il enseigne la rhétorique et la grammaire. Il dev […] Lire la suite

ARATOS DE SOLES (315-245 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 180 mots

Poète grec alexandrin, surtout connu pour son poème didactique sur l'astronomie, Les Phénomènes, adaptation très fidèle d'un texte en prose d'Eudoxe de Cnide (~ 390 env.-env. ~ 340) ; le second livre de l'ouvrage, consacré à la météorologie et intitulé Pronostics, trai […] Lire la suite

ARISTARQUE DE SAMOTHRACE (220-143 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 175 mots

Critique et grammairien grec, remarqué pour sa contribution aux études homériques. Aristarque se fixa à Alexandrie où il fut un élève d'Aristophane de Byzance et devint, en ~ 153, directeur de la Bibliothèque. Plus tard, il se retira à Chypre. Il fonda une école de philologues (qui recevront, après sa mort, le nom d'aristarchiens) et fleurit l […] Lire la suite

ARISTOPHANE DE BYZANCE (257 av. J.-C.?-? 180 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 192 mots

Directeur de la bibliothèque d'Alexandrie vers ~ 195, Aristophane de Byzance publia une version d'Homère, la Théogonie d'Hésiode, Alcée, Pindare, Euripide, Aristophane et pe […] Lire la suite

CALLIMAQUE (env. 310-env. 243 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude MEILLIER
  •  • 1 411 mots

Callimaque laissa une œuvre immense, tant en prose qu'en vers, dont la tradition manuscrite nous a gardé intacts seulement six Hymnes et une soixantaine d'Épigrammes ; mais les trouvailles papyrologiques nous ont permis de mieux nous représenter la totalité de cette œuvre. Aristocrate cyrénéen, il resta toujours fier de ses origines et très attaché à sa patr […] Lire la suite

COSMAS INDICOPLEUSTÈS CONSTANTIN D'ANTIOCHE dit (1re moitié VIe s.)

  • Écrit par 
  • Wanda WOLSKA-CONUS
  •  • 930 mots

De son vrai nom Constantin d'Antioche, Cosmas Indicopleustès, Grec de Syrie établi à Alexandrie, signe simplement « Chrétien ». Adepte de Théodore de Mopsueste et disciple de Mar Aba, katholikos de l'Église nestorienne de Perse, Cosmas dissimule ainsi une identité qui aurait pu faire […] Lire la suite

LYCOPHRON (env. 320-env. 250 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 282 mots

Né à Chalcis en Eubée, Lycophron est chargé par Ptolémée Philadelphe de classer les comédies de la Bibliothèque d'Alexandrie. Il écrit un traité, aujourd'hui perdu, Sur la comédie. Il fait partie des poètes qui composent la pléiade alexandrine.Ses contemporains estimaient ses tragédies inspirées des grands tragiques grecs. Il nous rest […] Lire la suite

MÉLÉAGRE (Ier s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 105 mots

Épigrammatiste alexandrin, originaire de Gadara (actuellement en Jordanie), surtout célèbre pour avoir réuni la première grande anthologie d'épigrammes et de poésies légères. Le recueil contenait les poèmes d'une cinquantaine d'auteurs, dont Méléagre lui-même ; dans l'avertissement liminaire, chaque poète était comparé à une fleur, et, de ce fait, l'ensemble avait pour titre La Cour […] Lire la suite