APOLLONIOS DE RHODES (env. 295-env. 215 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire d'Alexandrie, Apollonios de Rhodes est d'abord l'élève de Callimaque. Mais une polémique le dresse contre son ancien maître (une satire de Callimaque intitulée Ibis est dirigée contre lui). Calomnié auprès de Ptolémée Philadelphe, il quitte Alexandrie et s'établit à Rhodes où il enseigne la rhétorique et la grammaire. Il deviendra citoyen de Rhodes. Cependant, rappelé à Alexandrie après la mort de Callimaque, il succède à Ératosthène comme chef de la bibliothèque du Musée.

Il est encore très jeune quand il publie un poème épique en quatre chants sur l'expédition et le retour des Argonautes, les Argonautiques, qu'il retouchera pendant son séjour à Rhodes. Le thème en est traditionnel, mais Apollonios est le premier poète à le traiter dans son ensemble. L'ouvrage est considéré comme le chef-d'œuvre de la littérature alexandrine. Il sera longuement commenté et souvent lu à Rome. Les principaux épisodes en sont la construction du navire Argo, les adieux de Jason, l'enlèvement d'Hylas par une nymphe, le combat du ceste entre le roi Amycos et Pollux, le passage des Symplégades (roches enchantées qui engloutissent tous les navires), l'éveil de l'amour de Médée, le triomphe de Jason sur les taureaux d'airain et dans toutes les épreuves imposées par le roi Aiétès, père de Médée, la conquête de la Toison d'or, la fuite de Médée et le retour du navire Argo. Le poète cherche à imiter le style d'Homère (il écrit la vieille langue poétique où prédomine l'ionien), mais son poème n'en a pas la grandeur épique. Manquant d'unité, l'œuvre vaut surtout par la variété des tableaux, pittoresques ou tragiques, délicats ou fabuleux. La peinture de l'amour y est originale : elle inspirera à Virgile ses amours de Didon et à Racine celles de sa Phèdre.

—  Dominique RICHARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  APOLLONIOS DE RHODES (env. 295-env. 215 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ARGONAUTES

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 970 mots

Compagnons de Jason, Achéens pour la plupart, qui accoururent à l'appel de celui-ci lorsqu'il leur demanda de le seconder dans sa quête de la Toison d'or. C'est Héra qui, selon Homère ( L'Odyssée , xii , 72), aurait inspiré au fils d'Aeson, le roi déchu de Iolchos, la mission de rapporter en Grèce la peau du bélier fabuleux que le roi Aiètès de Colch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argonautes/#i_2505

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'architecture »  : […] Les origines de l'architecture géorgienne remontent à la plus lointaine antiquité. La Géorgie abonde en anciennes structures mégalithiques. Outre les dolmens à signification funéraire, on a recensé de grands monolithes dressés, ainsi que des murailles « cyclopéennes » faites d'énormes blocs de pierre grossièrement assemblés sans mortier. Au cours de l'âge du bronze, d'imposants remparts de mégali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/#i_2505

Pour citer l’article

Dominique RICHARD, « APOLLONIOS DE RHODES (env. 295-env. 215 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apollonios-de-rhodes/