Charles CAMPROUX

professeur honoraire à l'université Paul-Valéry, Montpellier

AIMERIC DE PÉGUILHAN (av. 1175-env. 1225)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 350 mots

Sa Vida fait naître Aimeric de Péguilhan à Toulouse et le dit fils d'un bourgeois « qui tenait draps à vendre ». Son nom est celui d'un village de la région de Saint-Gaudens et semble indiquer qu'il aurait pu obtenir le château du lieu en fief de l'un de ses nombreux protecteurs. En tout cas, c'est, d'après la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimeric-de-peguilhan/#i_0

ARNAUT DE MAREUIL (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 181 mots

L'activité poétique d'Arnaut de Mareuil se déroule entre 1171 et 1190. Originaire de Mareuil-sur-Belle (Dordogne), issu d'une famille fort humble, il est d'abord clerc avant de se faire troubadour pour aller chanter Azalaïs de Burlatz, femme de Roger II Taillefer, vicomte de Béziers et de Carcassonne. Il aurait excité la jalousie du roi-troubadour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnaut-de-mareuil/#i_0

FLAMENCA

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 319 mots

Roman anonyme occitan de 8 085 vers octosyllabes, incomplet en son début et en sa fin. Le roman de Flamenca fut composé probablement entre 1250 et 1270, dans l'entourage d'un grand seigneur occitan, le baron de Roquefeuil, dont le domaine était aux confins des actuels départements de l'Aveyron, de la Lozère, du Gard et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flamenca/#i_0

FOLQUET DE MARSEILLE (1160 env.-1231)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 378 mots

Évêque de Toulouse et troubadour. Par son activité poétique, Folquet de Marseille appartient à la quatrième génération connue des troubadours (1175-1200). Fils d'un riche marchand génois établi à Marseille, il continue le métier de son père jusque pendant les dernières années de son activité poétique. Il est l'ami de plusieurs grands : le roi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folquet-de-marseille/#i_0

GARROS PEY DE (1520?-1590)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 353 mots

D'une famille de la noblesse de robe qui, à la suite de près de deux siècles de charges municipales, accède, par certains de ses membres, à la noblesse d'épée, Pey de Garros, après des études au collège de Lectoure (Gers actuel), obtient un doctorat en droit à l'université de Toulouse. Vers 1560, considérant l'autonomie religieuse et « hérétique » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pey-de-garros/#i_0

GAUTIER D'ÉPINAL (mort en 1270 env.)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 121 mots

Gautier d'Épinal (ou d'Espinau) a rang parmi ces chevaliers du Nord que séduisit la poésie du joi d'amor, inventé par les troubadours, et dont ils feront la poésie courtoise. Il chante l'amour courtois dans des chansons composées pour la plupart pendant le deuxième quart du xiiie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gautier-d-epinal/#i_0

GUIRAUT DE BORNELH (1140 env.-1199)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 578 mots

Poète de langue d'oc dont l'activité littéraire s'étend de 1165 à 1199, Guiraut de Bornelh est salué par ses contemporains comme le « maître des troubadours ». « Il fut meilleur trouveur qu'aucun de ceux qui ont été avant lui et qui furent après lui », dit la Vida (œuvre célèbre concernant l'aventure des troubadours). Dante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guiraut-de-bornelh/#i_0

GUIRAUT RIQUIER (1254-1292)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 542 mots

D'origine populaire, Guiraut Riquier gagne d'abord sa vie de poète de métier auprès du vicomte de Narbonne Amalric IV et des bourgeois de sa ville. Il passe ensuite en Catalogne , puis à la cour d'Alphonse X de Castille. Vers 1279, il est à la cour du comte Henri de Rodez, un des derniers centres occitans (avec les cours gasconnes d'Astarac et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guiraut-riquier/#i_0

JAUFRÉ RUDEL (1130-1170)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 355 mots

Prince de Blaye, Jaufré Rudel prend part à la IIe Croisade en compagnie d'Alphonse Jourdan, comte de Toulouse, de Guillaume Taillefer, comte d'Angoulême, de Hugues VII de Lusignan, comte de la Marche. Marcabru, dans la seconde moitié de l'année 1148, envoie sa chanson Cortezament vuelh comensar à Jaufré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jaufre-rudel/#i_0

MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 1 102 mots

Mistral n'est pas, comme on l'a dit, le poète de la Provence. Il est le poète d'une idée de la Provence. À cette idée, il a consacré sa vie d'homme et voué son œuvre d'écrivain. Pour illustrer et défendre cette idée, il a élaboré ce que ses disciples ont appelé « la doctrine mistralienne », doctrine assez fluctuante pour que des familles d'esprit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-mistral/#i_0

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY, 
  • Pierre BEC
  •  • 7 355 mots

Dans le cadre de sa typologie linguistique, l'occitan ou langue d'oc correspond, parmi les langues romanes ou néo-latines, à un complexe parfaitement délimité, au même titre que le français, le franco-provençal, l'italien, l'espagnol, le portugais, le sarde, le roumain, le rhéto-frioulan et, parmi les langues mortes, le dalmate. À l'intérieur d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/#i_0

PEIRE CARDENAL (1180-1278)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 643 mots

Né de parents nobles au Puy-en-Velay, une des capitales intellectuelles et religieuses du temps, Peire Cardenal appartient au siècle d'or occitan et compte parmi les plus intransigeants adversaires de la domination française et de la domination cléricale. Jusqu'à vingt ans, il étudie à l'université de Saint-Maiol, au moment où le fameux troubadour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peire-cardenal/#i_0

PEIRE D'AUVERGNE (actif entre 1158 et 1180)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 209 mots

D'origine bourgeoise, Peire d'Auvergne (d'Alvernha) fréquente la cour de Raimond Béranger IV de Barcelone et celle de Sanche III de Castille. Il acquiert une très grande renommée. Dante le place parmi les Antiquiores doctores. Il passe pour un disciple de l'art de Marcabru, dont il imite le style difficile dans une poésie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peire-d-auvergne/#i_0

PEIRE VIDAL (1150?-env. 1210)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 292 mots

Fils d'un peaussier de Toulouse, Peire Vidal ne peut rester en place. Plus que tout autre troubadour, il parcourt le monde ouvert à la civilisation occitane du temps, célébrant dans ses chansons les grandes dames qui peuvent le protéger et mettant sa plume au service des grands dans ses sirventès (poèmes à sujets autres que l'amour). De Toulouse, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peire-vidal/#i_0

RAIMBAUT D'AURENJA ou D'ORANGE (1146 env.-1173)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 452 mots

Raimbaut d'Orange (aurenja en langue d'oc) appartient à la catégorie des troubadours grands seigneurs comme le duc d' Aquitaine , Guillaume de Poitiers. Son activité littéraire se situe entre 1150 et 1173. C'est le premier troubadour né en Provence proprement dite. Par son père, Guillaume d'Aumelas (canton de Gignac, Hérault), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raimbaut-d-aurenja-d-orange/#i_0

RIGAUT DE BARBEZIEUX (1150 env.-env. 1215)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 278 mots

Parce qu'il a eu son temps de gloire au xiiie siècle, non seulement en pays occitan, mais aussi en Italie, en Catalogne et dans le nord de la France, Rigaut de Barbezieux a longtemps passé pour un épigone des troubadours de la fin du xiie siècle. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rigaut-de-barbezieux/#i_0