PEIRE VIDAL (1150?-env. 1210)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un peaussier de Toulouse, Peire Vidal ne peut rester en place. Plus que tout autre troubadour, il parcourt le monde ouvert à la civilisation occitane du temps, célébrant dans ses chansons les grandes dames qui peuvent le protéger et mettant sa plume au service des grands dans ses sirventès (poèmes à sujets autres que l'amour). De Toulouse, où il sert Raimond V, il part pour l'Aragon et la Provence. Il est l'ami de Barral des Baux, vicomte de Marseille, et du roi d'Aragon, Alphonse II. En Castille, on le trouve à la cour d'Alphonse VIII. Il se met, en Italie, au service du marquis Boniface de Montferrat ; il accompagne la princesse d'Aragon, Constance, en Hongrie où elle va épouser le roi. En 1202, il est à Gênes où il se sent si bien qu'il se proclame plaisamment « empereur » des Génois. En 1204, on le retrouve à Malte. Ses nombreuses aventures créent la légende de son mariage avec une petite-fille de l'empereur de Constantinople.

Son œuvre est double : chansons d'amour et sirventès politiques. Dans les premières, il traite les thèmes traditionnels, mais avec une ironie et une fantaisie qu'on ne retrouve pas ailleurs, si bien que les lieux communs de la chanson en sont considérablement rajeunis : Alfred Jeanroy a pu dire à ce propos que « dans cet alerte Toulousain, qui est un vrai gamin de Paris, il y a déjà l'étoffe d'un Marot ». Dans ses sirventès, il se montre, à l'égard des grands qu'il sert, à la fois un judicieux conseiller politique et un critique plein de verve, faisant toujours preuve d'une pénétrante intelligence des hommes et des choses.

—  Charles CAMPROUX

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PEIRE VIDAL (1150?-env. 1210)  » est également traité dans :

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature d'une langue »  : […] L'idée que, pour l'essentiel, une littérature s'identifie à la langue dont elle procède est commune au Moyen Âge : c'est par exemple la conception de Dante. La langue d'oc fut une des premières langues modernes, sinon la première, à se dégager du latin dans la Romania. Ses plus anciens textes littéraires, dont le plus important est le poème de Boèci , datent du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/#i_6155

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, « PEIRE VIDAL (1150?-env. 1210) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peire-vidal/