Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

Dans le cadre de sa typologie linguistique, l'occitan ou langue d'oc correspond, parmi les langues romanes ou néo-latines, à un complexe parfaitement délimité, au même titre que le français, le franco-provençal, l'italien, l'espagnol, le portugais, le sarde, le roumain, le rhéto-frioulan et, parmi les langues mortes, le dalmate. À l'intérieur d'un domaine linguistique plus limité, celui de la Gallo-Romania, il constitue le gallo-roman méridional, face au français et aux dialectes d'oïl qui représentent le gallo-roman septentrional, le franco-provençal correspondant à une aire linguistique intermédiaire, mais dans l'ensemble plus oïlique qu'occitane. Le concept de gallo-roman peut être élargi : en y incluant, d'une part, le gallo-roman « cisalpin » (rhéto-frioulan et dialectes de l'Italie du Nord) et, d'autre part, un ensemble occitano-roman comprenant aussi le catalan.

D'un point de vue socio-culturel, l'occitan est sans nul doute, de tous les idiomes romans, celui qui a connu le destin le plus aventureux. Langue d'une ethnie qui n'a pu se constituer en nation, son histoire est la quête constante d'une prise de conscience que les impératifs les plus divers ont constamment remise en cause. La désignation d'occitan, utilisée par l'administration royale dès le xive siècle (lingua occitana, patria linguae occitanae) par opposition à la lingua gallica qui désignait le français, a connu une nouvelle consécration au début de ce siècle : elle est infiniment préférable à celle de provençal qui tend de plus en plus, à cause de son ambiguïté, à être réservée au seul dialecte de Provence.

Au Moyen Âge, la langue d'oc a été une grande langue de civilisation. À la fois langue littéraire (poétique particulièrement, avec la prodigieuse lyrique des troubadours) et langue véhiculaire (avec la fixation d'une langue juridique et administrative, parfaitement dégagée du latin, qui restera solide jusqu'au xve siècle), elle a été l'expression d'une communauté humaine originale et le support d'une culture d'une fécondité remarquable.

À la fin du xve siècle toutefois, et surtout au début du xvie, les positions de l'occitan administratif commencent à être ébranlées : d'une manière progressive, certes, et plus ou moins accentuée selon les régions. L'ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), qui instaure le monopole de la seule langue française pour tous les actes publics, a donc été plus souvent la consécration d'un fait que sa cause réelle. Malgré une intéressante renaissance littéraire, au xvie siècle, sous le signe du pétrarquisme, la langue d'oc est désormais socialement atteinte et ne poursuivra plus qu'une vie culturelle larvée, avec néanmoins un usage populaire extrêmement vivace jusqu'à la Révolution.

Au xixe siècle, avec la naissance et le développement du Félibrige, puis, au xxe, avec l'émergence, aux côtés de la mouvance mistralienne, des idées occitanes, marquée notamment par la fondation, dans l'entre-deux-guerres, de la Societat, puis, à la Libération, de l'Institut d'Estudis Occitans, une page paraît s'être tournée. Quoique dans des conditions souvent difficiles, un enseignement de la langue et de la culture d'oc a pu se développer depuis le vote, en 1951, de la loi Deixonne ; des revues et des structures éditoriales plus ambitieuses ont régulièrement vu le jour ; une production artistique vivante et diversifiée (chanson, théâtre...) n'a cessé d'exister, en particulier à partir des années 1970. Tout cela a sans nul doute favorisé et accompagné l'éclosion ou l'enrichissement d'une création littéraire qui, tout en se montrant plus disponible aux influences extérieures, ne renie pas pour autant ses sources[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Poitiers, ancien directeur du Centre d'études supérieures de civilisation médiévale
  • : professeur honoraire à l'université Paul-Valéry, Montpellier
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Pour citer cet article

Pierre BEC, Charles CAMPROUX et Philippe GARDY. OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

Domaine et dialectes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Domaine et dialectes

Autres références

  • BERNARD DE VENTADOUR (1145 env.-env. 1195)

    • Écrit par
    • 255 mots

    La poésie du troubadour Bernard de Ventadour est considérée comme l'une des expressions les plus achevées de la langue d'oc. Les quelques éléments de sa vie ne nous sont connus qu'à travers le texte des vidas, ces courtes biographies postérieures d'un demi-siècle au moins et...

  • CHANSON FRANÇAISE

    • Écrit par
    • 5 010 mots
    • 8 médias
    ...et 1185), relèvent-ils de la chanson, hors du système couplets-refrain ? Une chose est certaine : la première grande révolution chansonnière se situe en Occitanie, avec l'apparition des troubadours, dans la première moitié du xiie siècle. Dans cette société extrêmement raffinée qui bénéficie des...
  • CHANSONS, Arnaut Daniel - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 990 mots

    Du troubadour Arnaut Daniel, « gentilhomme de Ribérac » (comme le dit Aragon dans La Leçon de Ribérac ou l'Europe française) et né vers 1150-1160, ont été conservées peu de choses : un sirventès (poème satirique) obscène, seize cansos (chansons d'amour) et une « sextine », forme...

  • LAFONT ROBERT (1923-2009)

    • Écrit par
    • 239 mots

    Écrivain et linguiste occitan. Robert Lafont est né à Nîmes en 1923. En 1945, il participe à la fondation de l'Institut d'études occitanes, qui vient remplacer la Société d'études occitanes qui s'était discréditée durant l'Occupation. En 1950, il en devient le président, un poste qu'il occupera jusqu'en...