GUIRAUT DE BORNELH (1140 env.-1199)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète de langue d'oc dont l'activité littéraire s'étend de 1165 à 1199, Guiraut de Bornelh est salué par ses contemporains comme le « maître des troubadours ». « Il fut meilleur trouveur qu'aucun de ceux qui ont été avant lui et qui furent après lui », dit la Vida (œuvre célèbre concernant l'aventure des troubadours). Dante s'enthousiasme pour son œuvre et le qualifie de « poète de la rectitude » (De vulgari eloquentia, II, 2). Plus tard, toutefois, il lui préférera Arnaut Daniel qui, dit-il, « a surpassé tous les autres poètes, et il n'y a que les sots (gli stolti) qui croient que le Limousin [Guiraut] est plus grand que lui » (Purgatoire, XXVI, 119-120).

Guiraut est né à Excideuil en Limousin. C'est un homme de basse condition, mais sage, instruit et intelligent, selon son biographe. Avec Richard Cœur de Lion et le vicomte Aimar de Limoges, il prend part à la troisième Croisade. Il séjourne à la cour d'Alphonse VIII de Castille, à celles de Navarre et d'Aragon et à celles de nombreux autres princes occitans. Il « tensonne » (de tenso, tenson, genre poétique dialogué) avec le roi Alphonse d'Aragon, qui défend contre lui la thèse suivant laquelle un roi et les grands de ce monde sont capables d'aimer aussi courtoisement, en fin'amor, que les troubadours d'humble origine. Avec le grand seigneur troubadour Raimbaut d'Orange, il débat de poésie et de rhétorique. Ce n'est, d'ailleurs, un homme de cour que pendant la belle saison où, comme le dit la Vida, il va de cour en cour (anava per cortz) accompagné de ses deux chanteurs. Tout l'hiver, il tient école et étudie. Il ne se marie point : tout l'argent qu'il gagne dans ses tournées poétiques, il le rapporte et le donne à ses parents et à l'église de sa ville natale.

Guiraut est le modèle du troubadour classique de métier ; le modèle de l'intellectuel du temps qui vit dans le monde et non au couvent, et qui prend son rôle au sérieux. Il se complaît à de subtiles dissertations, suivant un ton fort digne et avec une particulière attention à la forme. Il a une très haute idée de son art. Sa poésie amoureuse est surtout inte [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUIRAUT DE BORNELH (1140 env.-1199)  » est également traité dans :

AUBE CHANSON D'

  • Écrit par 
  • Jean FRAPPIER
  •  • 1 153 mots

Deux amants, dont la nuit a favorisé la rencontre, déplorent l'approche du jour, venu trop tôt à leur gré : tel est le thème de la « chanson d'aube », genre lyrique des xii e et xiii e  siècles, ou simplement « aube », d'après la transposition française du mot alba qui désigne le genre dans la poésie provençale, où il est plus richement représenté que dans celle du Nord. S'il est un thème répand […] Lire la suite

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature d'une langue »  : […] L'idée que, pour l'essentiel, une littérature s'identifie à la langue dont elle procède est commune au Moyen Âge : c'est par exemple la conception de Dante. La langue d'oc fut une des premières langues modernes, sinon la première, à se dégager du latin dans la Romania. Ses plus anciens textes littéraires, dont le plus important est le poème de Boèci , datent du x e  siècle. Dès son apparition, la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, « GUIRAUT DE BORNELH (1140 env.-1199) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guiraut-de-bornelh/