FLAMENCA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roman anonyme occitan de 8 085 vers octosyllabes, incomplet en son début et en sa fin. Le roman de Flamenca fut composé probablement entre 1250 et 1270, dans l'entourage d'un grand seigneur occitan, le baron de Roquefeuil, dont le domaine était aux confins des actuels départements de l'Aveyron, de la Lozère, du Gard et de l'Hérault. Cette œuvre est le joyau de la littérature narrative méridionale et une des plus riches de sens de la littérature nationale d'avant la Renaissance. Le seigneur Archambaut, mari de la belle Flamenca (la Flamboyante), perd tout sens de la courtoisie par jalousie ; il enferme sa femme dans une tour et la garde vilainement. Guillem, jeune seigneur, doué de toutes perfections, tombe amoureux de Flamenca à ouïr son malheur et réussit à la voir et à l'aimer, malgré la garde vigilante du fou jaloux. Archambaut revenu à des sentiments plus courtois, Flamenca et Guillem se séparent. Le récit finit comme il avait commencé par de grandes fêtes avec tournoi où Guillem gagne, par sa valeur, la manche de Flamenca. On a vu dans cette œuvre un roman historique, une tragi-comédie, une étude de mœurs, la glorification d'un nouveau type de chevalier, le chevalier-clerc, le roman de la théorie et de la pratique de l'amour courtois, un subtil « art d'aimer », le miroir d'une civilisation en train de disparaître à la suite de la guerre contre les Albigeois, enfin la satire indirecte des mœurs nouvelles introduites par Louis IX. Quoi qu'il en soit, le talent souple et varié de l'auteur, soit dans le tableau coloré des mœurs, soit dans la peinture des sentiments de l'amour et de la jalousie, ou encore dans la conception et le déploiement de l'intrigue, fait de Flamenca un incontestable chef-d'œuvre.

—  Charles CAMPROUX

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FLAMENCA  » est également traité dans :

COURTOISIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  • , Universalis
  •  • 5 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des troubadours aux trouvères »  : […] Telle fut la situation initiale. Mais, dès avant la fin du xii e  siècle, échanges et interférences se produisirent entre le Nord et le Midi. L'influence du premier sur le second resta, il est vrai, limitée : nous ne possédons qu'un très petit nombre de « romans » occitans (l'un d'eux est du reste un chef-d'œuvre du genre : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/courtoisie/#i_11637

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature d'une langue »  : […] L'idée que, pour l'essentiel, une littérature s'identifie à la langue dont elle procède est commune au Moyen Âge : c'est par exemple la conception de Dante. La langue d'oc fut une des premières langues modernes, sinon la première, à se dégager du latin dans la Romania. Ses plus anciens textes littéraires, dont le plus important est le poème de Boèci , datent du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/#i_11637

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, « FLAMENCA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/flamenca/