GARROS PEY DE (1520?-1590)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'une famille de la noblesse de robe qui, à la suite de près de deux siècles de charges municipales, accède, par certains de ses membres, à la noblesse d'épée, Pey de Garros, après des études au collège de Lectoure (Gers actuel), obtient un doctorat en droit à l'université de Toulouse. Vers 1560, considérant l'autonomie religieuse et « hérétique » de sa province comme une garantie d'indépendance par rapport à la France, il se fait protestant. Conseiller à la cour en 1567, lieutenant particulier en 1571, de 1572 à 1576 il vit à Pau, où il est avocat général à la cour souveraine de Béarn. Il publie en 1565, chez Colomiez à Toulouse, ses Psaumes de David viratz en rhytme gascon et en 1567 ses Poesias gasconas. Se posant comme poète officiel de la monarchie navarraise, au lieu de flagorner il invite, en des vers d'un très haut style, les souverains (par exemple dans son adresse à Jeanne d'Albret) à soutenir la responsabilité que Dieu leur a confiée. À ce sentiment monarchique il joint un ardent sentiment patriotique gascon qu'il incarne dans une volonté de renaissance linguistique. Il proclame la dignité de la langue gasconne et engage les Gascons, qui ont jusqu'à ce jour trop excellé dans les armes, à exceller désormais dans le domaine de l'esprit. Il donne l'exemple d'un occitan très pur par le lexique et par la syntaxe, soit dans le genre religieux des psaumes, soit dans les genres profanes. Il cultive aussi bien la poésie héroïque que celle des épîtres et des églogues ; il écarte le pédantisme de la Pléiade en rivalisant avec ses poètes et il oppose une inspiration biblique à la tradition de la poésie païenne. Pey de Garros insère la réalité dans la matière poétique et nous laisse une œuvre d'ensemble dont l'éclat demeure aujourd'hui. Comme l'écrit R. Lafont, les Psaumes représentent « le coup d'éclat de la Renaissance gasconne et la première œuvre de la littérature occitane moderne ».

—  Charles CAMPROUX

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GARROS PEY DE (1520?-1590)  » est également traité dans :

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature d'un tempérament »  : […] La langue d'oc cesse d'être la langue administrative des cités occitanes au cours du xvi e  siècle. La littérature d'oc cesse d'être la littérature d'une langue pour devenir une littérature dialectale. La tradition de langue n'a pas totalement disparu. S'y rattachent, après l'impression du Compendion de l'abaco (abrégé d'arithmétique) du Niçois F. Pellos en 1492, l' Opera nova d'arismethica d'un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, « GARROS PEY DE (1520?-1590) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pey-de-garros/