Thaïlande

Thaïlande : carte de situation

carte de situation

Thaïlande : carte générale

carte générale

Thaïlande : carte administrative

carte administrative

Thaïlande : carte physique

carte physique

drapeau national

Toutes les données

Data Pays
Nom officiel
Royaume de Thaïlande (TH)
Forme de gouvernement
monarchie constitutionnelle avec une chambre législative intérimaire de 220 membres 1
Chef de l'État
le roi Maha Vajiralongkorn ou Rama X (depuis le 1er décembre 2016)
Chef du gouvernement
Prayuth Chan-ocha (depuis le 22 mai 2014)
Capitale
Bangkok
Superficie (km2)
513 120
Langue officielle
thaï
Religion officielle
aucune
Unité monétaire
baht (THB)
Population
67 083 000 (estim. 2022)
Densité (hab./km2)
130.7 (estim. 2022)
Répartition urbains-ruraux
population urbaine : 49,9 % (2018)
population rurale : 50,1 % (2018)
Projection de population 2030
65 578 000
Taux de natalité
10,17 ‰ (2019)
Taux de mortalité
7,79 ‰ (2019)
Indice de fécondité
1,51 (2019)
Espérance de vie à la naissance
hommes : 73,8 ans (2019)
femmes : 80,1 ans (2019)
Alphabétisation des 15 ans et plus
hommes : 94,7 % (2015)
femmes : 91,2 % (2015)
IDH
0,777 (2019)
R.N.B. par habitant (USD)
7 050 (2020)
sources des données : Encyclopædia Britannica, Banque mondiale, Programme des Nations unies pour le développement

Pays limitrophes (frontières terrestres uniquement)



Les derniers événements

10 novembre 2021 Thaïlande. Mise en cause des détracteurs de la loi punissant le crime de lèse-majesté.

La Cour constitutionnelle juge que les demandes de réforme de l’institution royale, et notamment de suppression de la loi punissant le crime de lèse-majesté, énoncées en août 2020 par les jeunes et les étudiants contestataires, constituent une tentative de renversement de la monarchie. Cette décision vise particulièrement l’avocat Anon Nampa et les étudiants Panusaya Sithijirawattanakul et Panupong Jadnok. […]  Lire la suite

7 septembre 2021 Birmanie. Déclaration de guerre de l'opposition contre la junte.

Cet appel s’adresse également à la Force de défense populaire qui regroupe des groupuscules armés menant des actions de guérilla contre le régime, ainsi qu’aux armées ethniques contrôlant des zones de peuplement des minorités situées aux frontières avec la Chine, l’Inde et la Thaïlande.  […]  Lire la suite

30 novembre 2020 Thaïlande. Retour de l'application de l'article punissant le crime de lèse-majesté.

La police poursuit cinq opposants sous le motif de crime de lèse-majesté, pour avoir organisé des manifestations. Depuis juillet, un mouvement de contestation réclame la démission du gouvernement, ainsi que des réformes du système monarchique. Particulièrement sévère, l’article 112 du code pénal punit le crime de lèse-majesté d’une peine de trois à quinze ans de prison. […]  Lire la suite

7-25 novembre 2020 Iran. Libération temporaire et échange de prisonniers.

Le 25, les autorités libèrent l’universitaire anglo-australienne Kylie Moore-Gilbert, arrêtée en septembre 2018 et condamnée pour espionnage au profit d’Israël, en échange de la libération de trois Iraniens emprisonnés en Thaïlande depuis février 2012 après une tentative manquée d’assassinat de diplomates israéliens à Bangkok. […]  Lire la suite

15 novembre 2020 Asie. Signature d'un accord de libre-échange entre quinze États d'Asie et du Pacifique.

Il s’agit de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, en plus des dix pays membres de l’ASEAN (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam). L’Inde en est absente. Ces pays représentent environ 30 p. 100 du PIB mondial. En janvier 2017, le président américain Donald Trump avait retiré son pays du projet de Partenariat transpacifique (TPP) initié par son prédécesseur Barack Obama, qui visait à établir une zone de libre-échange entre les régions Asie, Pacifique et Amérique. […]  Lire la suite

14-26 octobre 2020 Thaïlande. Poursuite des manifestations malgré l'état d'urgence.

Le 14, le convoi transportant la reine Suthida est momentanément bloqué par les manifestants dans les rues de Bangkok. Le 15, le gouvernement annonce l’instauration d’un état d’urgence renforcé. Les rassemblements de plus de quatre personnes sont interdits. Les étudiants demandent depuis juillet la démission du Premier ministre Prayuth Chan-o-cha, s’en prenant de plus en plus ouvertement à l’institution monarchique. […]  Lire la suite

20 septembre 2020 Thaïlande. Pose symbolique d'une plaque commémorative devant le palais royal.

Les étudiants qui manifestent depuis juillet contre le régime monarchique scellent dans le sol devant le palais royal, à Bangkok, une plaque portant l’inscription : « Ce pays appartient au peuple et non au roi. » Celle-ci est la réplique d’une plaque posée en 1936 pour commémorer un coup d’État antiroyaliste survenu en 1932, qui avait été retirée en 2017. […]  Lire la suite

3-16 août 2020 Thaïlande. Poursuite du mouvement de contestation étudiant.

Le 3, lors d’une manifestation des étudiants contre le gouvernement de Prayuth Chan-o-cha, l’avocat Anon Nampa évoque pour la première fois une nécessaire réforme de la monarchie, illustrant le tournant antimonarchique du mouvement de contestation qui secoue le pays depuis juillet. Le 10, lors d’une manifestation organisée sur le campus d’une université de la banlieue de Bangkok, une étudiante en sociologie, Panusaya Sithijirawattanakul, prend la parole pour exiger une réforme de la monarchie. […]  Lire la suite

18 juillet 2020 Thaïlande. Mouvement de contestation des étudiants.

Des milliers d’étudiants manifestent pacifiquement à Bangkok et dans d’autres villes du pays contre le régime et en faveur de la démocratie. Ils exigent la démission du gouvernement, la dissolution de l’Assemblée nationale et la rédaction d’une nouvelle Constitution, et s’en prennent à la monarchie. Les jours suivants, les manifestations prennent de l’ampleur. […]  Lire la suite

21 février 2020 Thaïlande. Dissolution de l'Anakot Mai.

La Cour constitutionnelle dissout l’Anakot Mai (le Parti du nouvel avenir), l’une des principales formations de l’opposition prodémocratie, considérant comme illégal le prêt que lui a octroyé son chef, l’homme d’affaires Thanathorn Juangroongruangkit, avant les élections législatives de mars 2019. L’Anakot Mai était devenu la troisième force politique du pays à l’issue du scrutin. […]  Lire la suite