Birmanie (Myanmar)

Birmanie (Myanmar) : carte de situation

carte de situation

Birmanie (Myanmar) : carte générale

carte générale

Birmanie (Myanmar) : carte administrative

carte administrative

Birmanie (Myanmar) : carte physique

carte physique

drapeau national

Toutes les données

Data Pays
Nom officiel
Union de Birmanie, Myanmar (MM)
Forme de gouvernement
régime militaire 1
Chef de l'État
Myint Swe (par intérim depuis le 1er février 2021)
Chef du gouvernement
Min Aung Hlaing (depuis le 1er août 2021)
Capitale
Naypyidaw (a remplacé Rangoon en 2006)
Superficie (km2)
676 577
Langue officielle
birman
Religion officielle
aucune 2
Unité monétaire
kyat (MMK)
Population
55 199 000 (estim. 2021)
Densité (hab./km2)
81.6 (estim. 2021)
Répartition urbains-ruraux
population urbaine : 28,8 % (2017)
population rurale : 71,2 % (2017)
Projection de population 2030
58 851 000
Taux de natalité
17,40 ‰ (2019)
Taux de mortalité
8,22 ‰ (2019)
Indice de fécondité
2,14 (2019)
Espérance de vie à la naissance
hommes : 61,2 ans (2018)
femmes : 70,7 ans (2018)
Alphabétisation des 15 ans et plus
hommes : 92,8 % (2017)
femmes : 85,6 % (2017)
IDH
0,583 (2019)
R.N.B. par habitant (USD)
1 260 (2020)
sources des données : Encyclopædia Britannica, Banque mondiale, Programme des Nations unies pour le développement

Pays limitrophes (frontières terrestres uniquement)



Les derniers événements

6 décembre 2021 Birmanie. Condamnation de l'ancienne dirigeante Aung San Suu Kyi.

La cour pénale de Naypyidaw condamne Aung San Suu Kyi, ancienne conseillère spéciale de l’État – chef du gouvernement –, arrêtée lors du putsch de février, à quatre ans de prison pour « incitation au soulèvement » et violation des règles sanitaires relatives à la pandémie de Covid-19. Sa condamnation repose sur une déclaration de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, niant la légalité des textes édictés par la junte et appelant la communauté internationale à ne pas reconnaître le régime putschiste. […]  Lire la suite

15-26 octobre 2021 Birmanie. Exclusion de la Birmanie du sommet de l'ASEAN.

Le 15, l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ASEAN) annonce que la Birmanie ne sera pas représentée lors du sommet annuel prévu le 26, arguant de l’impossibilité de désigner un représentant en raison de la demande exprimée par le gouvernement birman d’unité nationale en exil de participer également à ce sommet. Le 18, le régime militaire annonce la libération de cinq mille six cents opposants détenus depuis le putsch de février. […]  Lire la suite

7 septembre 2021 Birmanie. Déclaration de guerre de l'opposition contre la junte.

Le gouvernement d’union nationale, constitué en opposition à la junte qui a pris le pouvoir en février et dirigé par l’avocat Duwa Lashi La, appelle les Birmans, sur le réseau social Facebook, à mener une « guerre défensive » contre le régime du général Min Aung Hlaing. Cet appel s’adresse également à la Force de défense populaire qui regroupe des groupuscules armés menant des actions de guérilla contre le régime, ainsi qu’aux armées ethniques contrôlant des zones de peuplement des minorités situées aux frontières avec la Chine, l’Inde et la Thaïlande. […]  Lire la suite

1er août 2021 Birmanie. Mise en place d'un gouvernement provisoire.

Le chef de la junte qui a pris le pouvoir en février, le général Min Aung Hlaing, s’autoproclame chef d’un « gouvernement provisoire » et annonce la tenue d’élections législatives « d’ici à août 2023 ». En juillet, la junte avait officiellement annulé le résultat du scrutin de novembre 2020 remporté – frauduleusement, selon elle – par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d’Aung San Suu Kyi. […]  Lire la suite

3-27 mars 2021 Birmanie. Répression meurtrière du mouvement de contestation.

Le 26, le vice-ministre de la Défense russe Alexandre Fomine, qui rencontre le chef de la junte Min Aung Hlaing à Naypyidaw, qualifie la Birmanie d’« alliée loyale et partenaire stratégique » de la Russie. Le 27, traditionnel « jour des forces armées » dans le pays, plus de cent manifestants sont tués lors d’affrontements avec les forces de l’ordre. […]  Lire la suite

1er-28 février 2021 Birmanie. Coup d'État militaire.

Le 26 également, l’ambassadeur Kyaw Moe Tun, représentant de la Birmanie aux Nations unies, dénonce devant l’Assemblée générale de l’ONU « les crimes contre l’humanité commis par la junte contre le peuple birman ». Il s’exprime au nom du Comité représentatif du Pyidaungsu Hluttaw (CRPH, d’après le nom du Parlement birman), qui regroupe des élus de l’opposition au sein d’une sorte de « Parlement fantôme ». […]  Lire la suite

15 novembre 2020 Asie. Signature d'un accord de libre-échange entre quinze États d'Asie et du Pacifique.

Il s’agit de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, en plus des dix pays membres de l’ASEAN (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam). L’Inde en est absente. Ces pays représentent environ 30 p. 100 du PIB mondial. En janvier 2017, le président américain Donald Trump avait retiré son pays du projet de Partenariat transpacifique (TPP) initié par son prédécesseur Barack Obama, qui visait à établir une zone de libre-échange entre les régions Asie, Pacifique et Amérique. […]  Lire la suite

8 novembre 2020 Birmanie. Élections législatives.

La Ligue nationale pour la démocratie (LND) de la conseillère spéciale de l’État (Première ministre) Aung San Suu Kyi remporte largement les élections législatives, améliorant encore sa majorité absolue. La LND obtient 258 sièges sur 440 à la Chambre des représentants et 138 sièges sur 224 à la Chambre des nationalités, contre respectivement 26 et 7 élus pour le Parti de l’union, de la solidarité et du développement, principale formation d’opposition dirigée par d’anciens membres de la junte. […]  Lire la suite

18 septembre 2020 Pays-Bas. Accusation de torture portée contre le régime syrien.

En novembre 2019, la Gambie avait été le premier État à saisir la Cour internationale de justice de La Haye au sujet d’un crime auquel il n’était pas lié, en accusant la Birmanie de génocide à l’encontre des Rohingya.  […]  Lire la suite

10 mars 2020 Birmanie. Échec d'une tentative de réduction des pouvoirs de l'armée.

Le Parlement rejette le projet de réforme constitutionnelle introduit par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), la formation de la « conseillère de l’État » Aung San Suu Kyi, dans le cadre de sa campagne visant à réduire les pouvoirs de l’armée. Le projet prévoyait de réduire le quota de 25 p. 100 des sièges attribués aux militaires dans les deux chambres du Parlement et de modifier le processus de désignation du commandant en chef des forces armées. […]  Lire la suite