BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

SUICIDE

Le suicide trahit au premier chef le désir de surmonter l'irréversibilité, mais dans l'antécédence. « C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort », disait Épicure. Mais qu'est-ce que cette crainte de la mort, sinon l'attente d'un sort inévitable ? Aussi bien, l'angoisse de mort ne s'origine point tant dans un amour de la vie que dans un amour de l'homme pour sa propre personnalité. Se donner la mort, c'est clore son destin, en se précipitant dans l'immédiatement antérieur. Mais c'est aussi maintenir jusqu'au dernier instant l'ouverture de ce que Sénèque appelle, avant Sartre, le « chemin de la liberté ». C'est prouver la maîtrise que le sujet exerce sur ses conditions d'existence.

Qu'importe alors la cause immédiate : corps dont les infirmités importunent, échec que la réitération transforme en destin, désespoir quant à la réalisation des possibles, mélancolie ou désintérêt généralisé ? « Si je pense à la mort, disait pourtant Nizan, c'est bien fait : ma vie est creuse, et ne mérite pas la mort. » Mais au contraire Montherlant : « Défaite ou non du suicidé, cela a peu d'importance si, par son suicide, il a témoigné de deux choses : de son courage et de sa domination. Alors le suicide est l'épanouissement de sa vie, comme la flamme épanouit la torche. »

Certes, il est difficile d'éviter de porter un jugement moral à l'égard du suicide : le volontaire de la mort dresse le procès de la vie en général, mais par là même celui de ses parents, de ses proches, de la société et du système politique. Néanmoins, s'il engendre des réactions extrêmes comme l'estime ou le dégoût, le suicide suscite plus fréquemment la sympathie et la pitié, auxquelles n'est pas sans se mêler un indéfendable sentiment de culpabilité.

Comment peut-on alors fonder ce jugement moral ? Aux confins du normal et du pathologique, le suicide semble justiciable tant d'une analyse philosophique que d'une explication psychologique et sociale. Mais la clinique constitue sans doute la « voie royale » pour l'étude du [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  11 pages…

 

Pour citer cet article

SAINT GIRONS, ARLABOSSE, BLANADET, E.U., « SUICIDE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« SUICIDE » est également traité dans :

SUICIDE (sociologie)

Écrit par :  Philippe RIUTORT

Le suicide est devenu, depuis Émile Durkheim et son ouvrage paru en 1897, Le Suicide, un des objets sociologiques par excellence. Le fondateur de l'école française de sociologie l'a, en effet, érigé en cas exemplaire du fait social , énoncé dans Les Règles de la méthode sociologique deux années plus tôt. En… Lire la suite
ADOLESCENCE

Écrit par :  Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI E.U.

Dans le chapitre "Contraintes sociales"  : …  gratifiante pour beaucoup d'adolescents, en raison des conditions et des restrictions qui l'accompagnent souvent. L'adolescence est ainsi la période de la vie où l'on constate, dans les sociétés développées, de forts taux de suicide et de tentative de suicide. En France, le suicide est la seconde cause de mort violente chez les adolescents entre… Lire la suite
ANOMIE

Écrit par :  Raymond BOUDON

Dans le chapitre "Le suicide anomique"  : …  Durkheim a démontré que l'égoïsme était une des sources du suicide : le taux des suicides est plus élevé chez les égoïstes que chez les autres. Cela provient de ce qu'ils n'existent que pour eux. L'égoïsme traduit donc la libération éprouvée par l'individu à l'égard des sources de valeurs qui lui sont imposées de l'extérieur… Lire la suite
CAUSALITÉ

Écrit par :  Raymond BOUDONMarie GAUTIERBertrand SAINT-SERNIN

Dans le chapitre "Les méthodes d'analyse causale"  : …  règles sociales conduit, non à la libération de l'individu, mais à son insatisfaction. Cette hypothèse causale conduit Durkheim à postuler l'existence de certaines liaisons statistiques : les célibataires, dont la vie sexuelle et affective est moins réglée que celle des gens mariés, doivent être davantage prédisposés au suicide. Certaines… Lire la suite
CONFORMITÉ & DÉVIANCE

Écrit par :  François BOURRICAUD

Dans le chapitre "Conformité et contrainte"  : …  d'honneur » dans les sociétés bourgeoises), sont d'une telle rigueur qu'elles placent devant un choix dont le second terme, le suicide, apparaît préférable au premier, qui serait le reniement et l'infamie ; c'est la situation visée par Durkheim dans ce qu'il appelle le suicide altruiste, où le sujet sacrifie sa propre vie à une image de soi… Lire la suite
CRIMINOLOGIE

Écrit par :  Jacques LÉAUTÉ

Dans le chapitre "Le relâchement des freins moraux"  : …  de droit pénal et de criminologie). Une autre méthode fut fondée sur l'examen de la corrélation entre les zones des suicides les plus fréquents et celles de la délinquance. Elle consistait à prendre le taux de suicide comme l'indice d'un recul de la morale religieuse, parce que les religions principalement pratiquées en France réprouvent le… Lire la suite
DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES

Écrit par :  Jean GUYOTAT

Dans le chapitre "La dépression mélancolique"  : …  car on a commis une faute), d'autre part et surtout, de troubles du comportement et essentiellement de conduites suicidaires. Le suicide, qu'il survienne au cours d'une crise anxieuse intense ou qu'il soit préparé méthodiquement pendant des jours, répond à un profond désir de mort et illustre bien la notion freudienne de « pulsion de mort » ; il… Lire la suite
DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

Écrit par :  Philippe BESNARDRaymond BOUDON

Dans le chapitre "« Le Suicide »"  : …  Dans Le Suicide, Durkheim illustre certaines des propositions essentielles qu'on voit apparaître tout au long de son œuvre. On y trouve tout d'abord une gageure : démontrer la spécificité du social à propos d'un phénomène relevant apparemment surtout de la psychologie individuelle. Mais Durkheim a beau… Lire la suite
SOCIOLOGIE - Histoire

Écrit par :  Michel LALLEMENT

Dans le chapitre "Durkheim et l'école française de sociologie"  : …  prénotions, il faut distinguer le normal du pathologique...) destinées à assurer à la sociologie un véritable statut de sciences. L'étude qu'il livre sur Le Suicide (1897) est l'occasion d'éprouver de telles exigences. En distinguant plusieurs formes de suicide (égoïste, altruiste, anomique, fataliste) qu'il met en relation avec un ensemble de… Lire la suite
STRUCTURALISME

Écrit par :  Jean-Louis CHISSMichel IZARDChristian PUECH

Dans le chapitre "La mise à jour d'un ordre du symbolique"  : …  celui des statistiques depuis le xviiie. L'enquête de Durkheim sur le suicide visait déjà à montrer que l'acte qui passe pour la manifestation la plus radicale du libre arbitre d'un sujet, obéissait aussi à des lois déterminantes (structurales ?) dont ne rendait pas compte l'autonomie supposée des individus. Par… Lire la suite
TYPOLOGIE, sociologie

Écrit par :  Jean-Claude COMBESSIE

devient un outil d'analyse et de typologies possibles. Durkheim a ouvert la voie. À partir de statistiques nationales des suicides, il constate que leur fréquence varie en fonction de différents « états des milieux sociaux » et en déduit une typologie des causes de suicide et, partant, des suicides. La sociologie inscrit… Lire la suite

Afficher la liste complète (11 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.