BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ROMAN Roman et société

Le roman peut aussi bien traduire la réalité sociale que la trahir. D'une part, il est le mode d'expression artistique dont les relations avec cette réalité sont les plus amples et les plus précises : la fiction chinoise Le Rêve du pavillon rouge, les œuvres de Balzac, de Proust ou de Joyce auront retranscrit, chacun en son temps, une somme de rapports sociaux, et surtout le clavier des langages d'une zone sociale. D'autre part, les termes de « roman » et de « romanesque » désignent des récits propres à déformer, à idéaliser, à masquer la vie sociale réelle. Dans les deux cas cependant, qu'il soit réaliste ou irréaliste à l'extrême, le roman est le genre où se lisent le plus nettement la texture et la structure d'une société : celle-ci se laisse non moins déchiffrer dans L'Astrée que dans Le Roman bourgeois, dans Fantomas que dans À la recherche du temps perdu. « Volontairement et explicitement, le romancier réaliste décrit une société avec un souci d'exactitude ; le romancier non réaliste le fait sans le vouloir », écrit l'historien Seignobos.

Évidente chez Antoine de La Sale ou Dickens, voilée chez Mlle de Scudéry, maquillée dans maints feuilletons, cette transparence du social à travers le romanesque tient fondamentalement aux privilèges que les romanciers attribuent depuis toujours aux individus et aux individualités, qu'il s'agisse de les faire apparaître comme représentants d'un groupe ou, au contraire, de montrer leur caractère d'exception. Le roman n'exprime le Nous qu'en exposant la destinée d'un Il ou d'un Je, mais qui appartiennent à une société, qui en sont membres et en sont les médiateurs. Car, à la différence du héros tragique ou épique, le personnage romanesque n'est pas situé au-dessus ou en dehors de telle ou telle collectivité : il la désigne, même et surtout quand il s'oppose à elle, ou quand il existe dans l'une de ses marges. On peut comparer ce personnage à un élément du chœur tragique, qui soudain cesserait de parler le même langage que les autres pour s'exprimer en son nom propre, mais toujours en regard, en fonction des autres. Dans la mesure où il narre l'his […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  10 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ROMAN » est également traité dans :

ROMAN - Genèse du roman

Écrit par :  ETIEMBLE

À propos de Beauté mon beau souci, Arland écrivait : « Nouvelle ou roman ? [...] C'est une nouvelle qui soudain se transforme en roman » ; et Robert Mallet : « À la limite du récit autobiographique, de la nouvelle et de l'essai. Certains pourront les considérer comme des ébauches de roman, d'autres comme des romans condensés. » Les « roma… Lire la suite
ROMAN - Essai de typologie

Écrit par :  Jean CABRIÈS

En apparence, une œuvre romanesque est un discours suivi. En fait, un roman est une forme littéraire construite à partir d'une réalité elle-même structurée, ou du moins que le romancier perçoit comme organisée. Un groupe social, un problème ou un cas psychologique, un événement historique, un fait divers, une biographie peuvent être les matrices d… Lire la suite
ROMAN - Le personnage de roman

Écrit par :  Michel ZÉRAFFA

Un personnage romanesque est souvent héroïque, il n'est jamais un héros. Ce dernier accomplit avec une constance exemplaire un destin décidé par les dieux ou un dessein dicté par le devoir. Œdipe et Antigone, Achille et Ulysse, Lancelot et Siegfried, Hamlet et Macbeth ont en commun l'invariabilité : sauf en de rares moments de faiblesse ils vont d… Lire la suite
ROMAN - De Balzac au nouveau roman

Écrit par :  Michel RAIMOND

Les auteurs du nouveau roman ont beaucoup fait depuis une quinzaine d'années pour dessiner les grandes lignes de l'évolution du roman de Balzac à Butor. On serait tenté de montrer quelque scepticisme à l'égard de l'histoire du roman telle qu'ils la présentent parfois. Cela dit, et la part étant faite de ce qui relève de la publicité ou des nécessi… Lire la suite
ROMAN - Le nouveau roman

Écrit par :  Pierre-Louis REY

On groupe sous l'expression « nouveau roman » des œuvres publiées en France à partir des années 1950 et qui ont eu en commun un refus des catégories considérées jusqu'alors comme constitutives du genre romanesque, notamment l'intrigue – qui garantissait la cohérence du récit – et le personnage, en tant qu'il offrait, grâce à son nom, sa descriptio… Lire la suite
ROMAN - Le roman français contemporain

Écrit par :  Dominique VIART

Le roman français a connu, au tournant des années 1970-1980, une profonde mutation esthétique. Après deux décennies largement dominées par les explorations formelles des dernières avant-gardes, la hantise de l'écrivain était de n'avoir désormais plus d'autre horizon que l'innovation pratiquée pour elle-même ou la variation à l'infini de fonctionne… Lire la suite
ROMAN - Roman et cinéma

Écrit par :  Jean-Louis LEUTRAT

Les relations de la littérature et du cinéma ont fait l'objet de commentaires nombreux et parfois polémiques, visant le plus souvent à repérer les traces d'une « influence » susceptible de s'exercer dans l'un ou l'autre sens et qui sera estimée bénéfique ou négative selon les cas et les auteurs. Très vite, le débat « littérature-cinéma » a été cir… Lire la suite
ROMAN D'AVENTURES

Écrit par :  Sylvain VENAYRE

À la fin du xviiie siècle, une mutation remarquable vient affecter le genre du récit de voyage : alors que l’âge classique avait privilégié les connaissances rapportées par le voyageur, le nouveau récit s’organisa autour de la personnalité de ce dernier, de ses sentiments, des aventures survenues lors de son voyage. Cette lente… Lire la suite
ROMAN FAMILIAL

Écrit par :  Catherine CLÉMENT

C'est dans le livre d'Otto Rank, Le Mythe de la naissance du héros (1909), que Freud inséra un petit texte intitulé « Le Roman familial des névrosés ». Le phénomène auquel se rattache ledit « roman » est le processus général de distanciation entre parents et enfants, processus qui, pour Freud, est indispensable et constitue même la condit… Lire la suite
ROMAN HISTORIQUE

Écrit par :  Claude BURGELIN

Le roman a toujours puisé dans l'histoire de quoi nourrir ses fictions et leur donner les prestiges du vraisemblable. Mais, en tant que genre spécifiquement déterminé, le roman historique a pris son essor — comme la plupart des formes romanesques — au xixe siècle, alors que la bourgeoisie prend le pouvoir. C'est au xviiiLire la suite
ROMAN NOIR ou ROMAN GOTHIQUE

Écrit par :  Ann Daphné GRIEVE

Roman « terrifiant », roman noir, ou encore, plus proche de l'anglais, roman gothique : il semble malaisé de définir cet ensemble d'œuvres romanesques, dont la vogue en Angleterre, à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, coïncide avec le romantisme, et qui ne se laissent pas enfermer dans un ge… Lire la suite
ROMAN POPULAIRE

Écrit par :  Jean TULARD

C'est au moment où la narration hésite entre différentes formes d'expression que s'effectue un retour aux sources populaires, à cette littérature qui privilégia l'imagination aux dépens de l'intelligence, le style direct contre le langage obscur, le respect des valeurs établies face à la remise en question de la société. Cette infralittérature, se… Lire la suite
AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

Écrit par :  Ivan CROUZELDominique DARBONPhilippe GERVAIS-LAMBONYPhilippe-Joseph SALAZARJean SÉVRYErnst VAN HEERDEN

Dans le chapitre "L'obsession romanesque"  : …  *Le roman forme l'essentiel de l'activité littéraire. Le romancier afrikaner choisit, durant cette période, de donner à sa langue une dimension qu'elle ne possède pas encore. Il s'agit de produire, aussi rapidement que possible, l'équivalent d'une quelconque littérature romanesque européenne. Le roman, à la différence de la poésie, est chargé d'une… Lire la suite
ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

Écrit par :  Elisabeth ANGEL-PEREZJacques DARRASJean GATTÉGNOChristine JORDISAnn LECERCLEMario PRAZ

Dans le chapitre " Le roman contemporain"  : …  *La publication, en 1922, de Ulysses changea radicalement la conception du roman. Joyce avait révélé les possibilités illimitées offertes par le jeu avec et sur le langage. Dès les années 1930, cependant, les romanciers anglais réagissaient contre les innovations de leurs grands prédécesseurs, pour en revenir aux formes du roman… Lire la suite
ARABE (MONDE) - Littérature

Écrit par :  Jamel Eddine BENCHEIKHHachem FODAAndré MIQUELCharles PELLATHammadi SAMMOUDÉlisabeth VAUTHIER

Dans le chapitre "La prose : une image de l'homme en société"  : …  (séance) ou la qịṣsa (conte), mais sans rendre réellement compte de l'apparition du *roman et de la nouvelle. La littérature moderne est en fait issue de l'émergence d'exigences nouvelles et du vaste mouvement de traduction et d'adaptation d'œuvres littéraires occidentales. La prose connaît des moments difficiles : elle est en butte… Lire la suite
ARTHURIEN CYCLE

Écrit par :  Cedric E. PICKFORD

Dans le chapitre "La matière historique"  : …  normands venaient de conquérir. Il existe des versions anglaises, galloises, de Wace. Son *Roman de Brut marque un tournant dans l'évolution du cycle arthurien. En choisissant la langue française, langue du peuple, Wace a voulu offrir l'histoire de Brutus, fondateur de la « Bretagne », à un public plus étendu. Il y ajouta, à titre… Lire la suite
AUTOBIOGRAPHIE

Écrit par :  Daniel OSTER

Dans le chapitre "Le « pacte autobiographique »"  : …  critère purement linguistique ne semble pertinent. Rien ne distingue a priori autobiographie et *roman à la première personne. Le je n'a de référence actuelle qu'à l'intérieur du discours : il renvoie à l'énonciateur, que celui-ci soit fictif ou réel (attesté par l'état civil). Le je n'est d'ailleurs nullement la marque… Lire la suite
AUTOFICTION

Écrit par :  Jacques LECARME

Dans le chapitre "Aux sources d'un genre"  : …  et un personnage de roman. Le conflit entre Valéry et Gide, en fait celui du poète et du romancier,* porte sur le genre romanesque, pour l'un mensonger et puéril, pour l'autre irremplaçable moyen de production des personnalités multiples de l'auteur. Les années 1920 vont imposer cette confusion, que condamnait Valéry, entre l'auteur et son héros… Lire la suite
BAUDELAIRE CHARLES (1821-1867)

Écrit par :  Pierre BRUNEL

Dans le chapitre "Le roman esquivé"  : …  mais aussi de Hoffmann et de Balzac, ait peu produit en matière de littérature narrative. Pourtant,* il a médité sur les problèmes du roman, distinguant par exemple entre les « romanciers forts » et les « romanciers curieux » quand il a présenté sa traduction de La Révélation magnétique de Poe aux lecteurs de La Liberté deLire la suite
BIOGRAPHIE

Écrit par :  Alain VIALA

Dans le chapitre "Art et savoir : un genre en débats"  : …  art. De fait, elle rencontre les mêmes possibilités et les mêmes contraintes que l'histoire et le *roman en matière de mode, de personne et de point de vue narratifs, ainsi que pour le traitement du temps. Mais, au-delà des techniques, le rapport entre art et savoir y dépend d'options philosophiques. Lorsque le récit est voué aux grands hommes, sa… Lire la suite
BUTOR MICHEL (1926- )

Écrit par :  Jean ROUDAUT

Dans le chapitre "Au temps du « nouveau roman »"  : …  de détruire un livre, mais de démontrer sa partialité par une plus ample proposition de lecture. *Dès 1959, au cours de son Intervention à Royaumont, Michel Butor voyait dans le roman le genre littéraire par l'intermédiaire de quoi la réalité « peut prendre conscience d'elle-même pour se critiquer et se transformer ». La forme nouvelle,… Lire la suite
CARAÏBES - Littératures

Écrit par :  Jean-Pierre DURIXClaude FELLJean-Louis JOUBERTOruno D. LARA

Dans le chapitre "« Au-delà du vrai et du faux »"  : …  les protagonistes se situent souvent en marge de la société et du discours officiel. Par ailleurs,* le roman s'est affirmé comme le genre majeur, même s'il est souvent publié hors des frontières du pays d'origine des écrivains. Bien entendu, cette évolution prend un tour différent d'un pays à l'autre. En 2002, l'écrivain dominicain Marcio Veloz… Lire la suite
CHEVALERIE EN ESPAGNE ROMANS DE

Écrit par :  Madeleine PARDO

Dans le chapitre "Le chevalier Cifar"  : …  *Les héros du cycle carolingien, Mainet, Berthe, la reine Séville, Fierabras, Renaud de Montauban, furent connus dans la Péninsule, dès avant le xiiie siècle. Après les héros du cycle carolingien, la Péninsule accueillit ceux du cycle breton. Mais il est certain que toute cette littérature romanesque garde, pour reprendre les… Lire la suite
CHRÉTIEN DE TROYES (1135 env.-env. 1183)

Écrit par :  Yasmina FOEHR-JANSSENS

*Figure centrale de la littérature française médiévale, Chrétien de Troyes se signale par l'importance de sa production romanesque. On lui doit cinq récits, en octosyllabes à rimes plates, composés entre 1170 et 1185 ( ?) : Érec et ÉnideCligèsLancelot, ou le Chevalier à laLire la suite
COURTOISIE

Écrit par :  UniversalisPaul ZUMTHOR

Dans le chapitre "Le développement du « roman »"  : …  alors sans équivalent dans le Midi : celle que nous appelons, d'un terme très ambigu, le « *roman ». « Grand chant courtois » et « roman » ont en commun une fonction sociale, qui est de sceller, par le moyen d'une adhésion collective à un ensemble de valeurs (valeurs de beauté, de sentiments et de jeu), la communauté de la cour. Par leur… Lire la suite
CRITIQUE LITTÉRAIRE

Écrit par :  Marc CERISUELOAntoine COMPAGNON

Dans le chapitre "Philosophie, morale, littérature"  : …  de la voix et de la prouesse, de la joie et du corps – en consacrant une ouvrage d'importance *(Conscience et roman, I, 2009 ; II, 2011) à l'exposition de la conscience humaine dans le roman des xixe et xxe siècles. À une première étude dévolue au monologue intérieur – qui reprend et développe… Lire la suite
DESCRIPTION

Écrit par :  Jean-Michel ADAM

Dans le chapitre "De la poésie au roman"  : …  fait allusion et qui sera unanimement stigmatisée par le xixe siècle. Dès 1875,* le roman naturaliste est attaqué avec la même virulence. La crainte de voir le roman succomber à son tour à une sorte d'invasion descriptive explique probablement la ressemblance des critiques. Tandis que Marmontel dénonce la tentation de « décrire… Lire la suite
DRAME - Drame moderne

Écrit par :  Jean-Pierre SARRAZAC

Dans le chapitre "Premier paradoxe : la contamination du drame par le roman"  : …  collision dramatique ». Au point que nombre d'entre elles, comme si elles étaient subjuguées par le *roman, comme si elles préféraient décidément le récit à l'action, dérogent à ce temps présent qui paraissait définitivement attaché à la forme dramatique. Au moment où Zola, Hauptmann, Ibsen entament leur carrière dramatique, le premier avec plus de… Lire la suite
ENGAGEMENT

Écrit par :  Jean LADRIÈREJacques LECARMEChristiane MOATTI

Dans le chapitre "Le culte de l'action "  : …   sonne le glas ou bien encore celle de L'Homme foudroyé de Blaise Cendrars. Mieux, les* romanciers, dans leurs récits de fiction, sont tentés de créer « l'illusion du reportage » en lui empruntant ses modalités d'écriture, au point que les lecteurs s'y sont parfois trompés. On a lu Les Conquérants d'André Malraux comme le « … Lire la suite
L'ÈRE DU SOUPÇON, livre de Nathalie Sarraute

Écrit par :  Guy BELZANE

Dans le chapitre "Pour un renouveau du roman"  : …   ; du second, le propos plus personnel, et la relation intime avec l'œuvre en train de s'écrire. *Il s'agit d'abord – il convient d'y insister – d'un essai sur le roman. Or, si celui-ci n'a jamais cessé d'être florissant sur le plan de la production « commerciale », on connaît l'hostilité nourrie à son égard par les avant-gardes du début du Lire la suite
FEUILLETON

Écrit par :  Jacques. DUBOIS

Dans le chapitre "Une nouvelle littérature populaire"  : …  moitié du siècle, le clivage est à peu près acquis : on fera dès lors nettement le départ, pour le *roman français par exemple, entre la pratique cultivée et de bon aloi qu'incarnent Gustave Flaubert ou les frères Goncourt et une production triviale dont Ponson du Terrail offre le meilleur exemple. Les contempteurs de la littérature populaire, dont… Lire la suite
FLAUBERT GUSTAVE (1821-1880)

Écrit par :  Pierre-Marc de BIASI

Dans le chapitre "Le « système » de Flaubert"  : …  de récits réalistes et représentatifs tels qu'en avait conçus Balzac. Dans ce projet de faire du *roman une œuvre d'art à part entière en inventant une prose romanesque aussi pure que la poésie, le principe d'impersonnalité joue un rôle de tout premier ordre. Très vite cette exigence se traduit par une formule qui ne variera plus : « L'auteur,… Lire la suite
GIRARD RENÉ (1923- )

Écrit par :  Pierre PACHET

Dans le chapitre "Le désir triangulaire"  : …  apparaissait encore parfois à son auteur lui-même comme l'élargissement d'une étude de *l'entreprise romanesque vue sous l'angle du désir moderne, entreprise littéraire et anthropologique se poursuivant d'œuvre en œuvre et de romancier en romancier. Pourquoi le roman ? C'est que, selon Girard, loin de se centrer sur des idoles, dont la… Lire la suite
INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

Écrit par :  Pierre-Marc de BIASI

Dans le chapitre "Genèse du concept"  : …  font de la culture le lieu de réapparition brutale de traditions oubliées et démontre comment le *roman possède structurellement une prédisposition à intégrer, sous forme polyphonique, une grande diversité de composants linguistiques, stylistiques et culturels. L'ensemble des échanges ainsi permis, la confrontation des différences sous forme « … Lire la suite
JACQUES LE FATALISTE ET SON MAÎTRE, livre de Denis Diderot

Écrit par :  Jean-Christophe ABRAMOVICI

Dans le chapitre "Libertés formelles"  : …  *« Il est bien évident que je ne fais pas un roman, puisque je néglige ce qu'un romancier ne manquerait pas d'employer. [...] C'est ainsi que cela arriverait dans un roman, un peu plus tôt ou un peu plus tard, de cette manière ou autrement ; mais ceci n'est point un roman, je vous l'ai déjà dit, je crois, et je vous le répète encore. [...] Un… Lire la suite
JAPON (Arts et culture) - La littérature

Écrit par :  Jean-Jacques ORIGASCécile SAKAIRené SIEFFERT

Dans le chapitre "Les « trois grands » et le siècle d'Ōsaka (1650-1750)"  : …  monde éphémère »), qui renouvelaient non seulement la manière des sōshi, mais créaient un* nouveau style romanesque sans rapport avec celui des monogatari, en empruntant au haikai son rythme et sa concision. À de rares exceptions près, Saikaku ne traite que des sujets contemporains : récits d'amour et de passion (Lire la suite
LA PENSÉE DU ROMAN (T. Pavel)

Écrit par :  Jean-Didier WAGNEUR

…  date, notamment L'Univers de la fiction (1988) et L'Art de l'éloignement (1996). *Avec La Pensée du roman (2003), il ne met pas en œuvre une autre histoire littéraire, sociale ou technique du roman, bien que ces dimensions soient mobilisées ponctuellement. Il cherche bien davantage comment ce genre pluriel, indéfinissable… Lire la suite
LECTURE

Écrit par :  Henri-Jean MARTINMartine POULAIN

Dans le chapitre "La lente visualisation du discours écrit"  : …  exemple, l'Imitation de Jésus-Christ. Plus surprenant encore, l'ensemble des contes et des *romans, de Boccace à Marguerite de Navarre, de Belleforest à Honoré d'Urfé et Madeleine de Scudéry, se trouve mis en texte de la même façon, souvent dans une typographie comptant moins de mille signes à la page. L'Astrée d'Honoré d'Urfé et… Lire la suite
LITTÉRATURE - Du texte à l'œuvre

Écrit par :  Alain VIALA

Dans le chapitre "La révolution de l'imprimé et ses effets"  : …  et des genres qu'il favorisait. Ainsi les premiers bibliographes ne savaient-ils guère où classer le* roman dès lors qu'il n'était plus écrit en vers ; ils hésitaient entre la section Poésie, en ce qu'il est fiction, et la section Histoire en ce qu'il est récit de faits supposés advenus et que lui-même utilise souvent ce mot dans ses titres. Même… Lire la suite
MAGHREB - Littératures maghrébines

Écrit par :  Jamel Eddine BENCHEIKHChristiane CHAULET ACHOURAndré MANDOUZE

Dans le chapitre "Les genres littéraires"  : …  culturel ou politique. Les formes narratives sont ensuite les plus fréquentées. La nouvelle et le *roman ont souvent en mémoire l'art du conte ou de ses équivalents traditionnels. Les narrations se multiplient : elles prennent pour sujet une vie exemplaire, la vie même du narrateur (les autobiographies posant la question de l'identité et de l'… Lire la suite
MARELLE, livre de Julio Cortázar

Écrit par :  Claude FELL

Dans le chapitre "Un roman à la carte"  : …  *Pour exprimer les grandes questions métaphysiques, il est nécessaire de « mettre à bas les formes usuelles » du roman, si l'on en croit Morelli, véritable double romanesque de Cortázar qui confie, au chapitre 79 de Marelle que l'un de ses projets et de ses rêves les plus constants est d'essayer de produire « un texte qui n'agresse pas le… Lire la suite
MARXISME - La réification

Écrit par :  Jacques LEENHARDT

Dans le chapitre "Une catégorie de la sociologie de la littérature et de la philosophie"  : …  compréhension et l'explication des œuvres produites en ces conditions, et particulièrement pour le *roman. Sur ce point, le livre de Goldmann, Pour une sociologie du roman, représente l'application la plus précise du concept de réification en sociologie de la création. L'hypothèse de travail peut se résumer ainsi : la structure du roman,… Lire la suite
MERVEILLEUX

Écrit par :  Jacques GOIMARD

Dans le chapitre "Le critère de l'émerveillement"  : …  référent de l'action, donc vers l'objet. Encore faut-il s'entendre. Dans les formes archaïques du *roman, le grand moteur de l'action, c'est le hasard (les textes mêmes le disent extraordinaire ou miraculeux). Il y a bien là une source d'émerveillement mais aussi un piège : l'esthétique de la coïncidence sous ses formes les plus radicales (l'… Lire la suite
MIMÉSIS, livre de Erich Auerbach

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Le bas couleur de bruyère"  : …  du réalisme moderne que de la stylistique classique rejetée par le xixe siècle. *La véritable nouveauté de Stendhal, Balzac, Flaubert, Zola, fut, à la différence des Médiévaux, de s'être fixé pour objet la réalité qui leur était contemporaine, et d'avoir voulu la traiter avec sérieux – au lieu que les Classiques cantonnaient leur… Lire la suite
NATURALISME

Écrit par :  Yves CHEVREL

Dans le chapitre "Le “modèle du roman naturaliste” ?"  : …  Il est une œuvre dont Zola a assuré qu'elle représentait le “ modèle du *roman naturaliste ” (“cela est hors de doute pour moi”, souligne-t-il) : L'Éducation sentimentale, qu'il avait déjà louée en 1869 et dont il fait un nouveau compte rendu enthousiaste lors de la réédition de 1879. S 'il n'est pas certain que Flaubert ait été très heureux… Lire la suite
NOUVELLE

Écrit par :  ETIEMBLEAntonia FONYI

Dans le chapitre " Problématique de la nouvelle"  : …  Nekuia », constituent autant d'histoires (de nouvelles) insérées dans une littérature épico-*romanesque. Les Canterbury Tales et les Contes (que La Fontaine appelait indifféremment des « nouvelles ») étaient composés en vers. Rien d'étonnant puisque, de Chrétien de Troyes au Kim Van Kiêu en passant par le RomanLire la suite
PHYSIOGNOMONIE

Écrit par :  Anne-Marie LECOQ

Dans le chapitre "Les écrivains et la physiognomonie"  : …  et Lavater, qui « nous avait traduit le sens spirituel du contour, de la forme, de la dimension ». *Le roman était le genre littéraire le plus susceptible d'établir des correspondances systématiques entre la psychologie, la conduite, la destinée de ses personnages et leur signalement extérieur. À partir des années 1790, le véritable « climat… Lire la suite
PICARESQUE ROMAN

Écrit par :  Maurice MOLHO

*On qualifie ordinairement de picaresques un ensemble de romans espagnols qui, sous forme autobiographique, racontent les aventures d'un personnage de basse extraction (le pícaro), sans métier, serviteur aux nombreux maîtres, volontiers vagabond, voleur ou mendiant. Le genre s'ouvre en 1554 par un… Lire la suite
RÉALISME, art et littérature

Écrit par :  Gerald M. ACKERMANHenri MITTERAND

Dans le chapitre "Littérature"  : …  et la théorie littéraire, la question du réalisme a fini par coïncider avec celle d'un genre : *le roman, qui tend lui-même à englober la littérature tout entière. Or la notion même de « roman réaliste » est antinomique. Par nature, le roman implique la fiction, l'invention de personnages et de situations imaginaires. Il implique aussi une… Lire la suite
ROBBE-GRILLET ALAIN (1922-2008)

Écrit par :  Philippe DULAC

…  le fédérateur et le porte-parole d'un groupe informel d'écrivains fort divers, mais réunis par une* réflexion commune sur la forme romanesque et la même volonté de lui faire subir une révolution esthétique comparable à celles opérées en musique par le dodécaphonisme et en peinture par la non-figuration. Il s'agissait pour eux de mettre un terme à… Lire la suite
LE ROMAN BOURGEOIS, livre de Antoine Furetière

Écrit par :  Christian BIET

AntoineFuretière *« Ne l'appelez plus roman, et il ne vous choquera point, en qualité de récit d'aventures particulières » (Avertissement de la seconde partie du Roman bourgeois). Antoine Furetière (1619-1688), bon artisan des lettres, académicien depuis 1662 et fameux pour sa virtuositéLire la suite
LE ROMAN COMIQUE, livre de Paul Scarron

Écrit par :  Christian BIET

Dans le chapitre "L'arrivée des comédiens au Mans"  : …  de comédiens, qui rêve de jouer fièrement la tragédie, se trouve prise dans des accidents sordides. *Le roman est donc doublement comique : divertissant, il a aussi rapport à la comédie, ce qui lui permet d'être à la fois irrespecteux, réaliste et novateur : le mot roman était jusqu'alors réservé au monde merveilleux et épique, à l'opposé des… Lire la suite
ROMAN D'ÉDUCATION ou BILDUNGSROMAN

Écrit par :  Claude BURGELIN

L'ancienne épopée* ou le roman de chevalerie racontaient par prédilection comment un héros prouvait à lui-même et au monde sa qualité de personnage héroïque ; c'étaient là les débuts du roman d'apprentissage ou d'éducation. On a employé l'expression roman d'éducation (Bildungsroman), en référence à… Lire la suite
ROMANS ANTIQUES

Écrit par :  Jean-Charles HUCHET

… *Au milieu du xiie siècle, l'avènement du genre romanesque est scellé par les romans antiques (qu'il vaudrait mieux appeler « romans d'Antiquité »). Ils constituent une trilogie : le Roman de Thèbes (1152-1154), le Roman d'Énéas (1156) et le Roman de Troie (1160-1165) de Benoît de Sainte-Maure ; ils… Lire la suite
ROMANTISME

Écrit par :  Henri PEYREHenri ZERNER

Dans le chapitre "Thèmes et positions"  : …   ». Elle ne convainquit guère les hommes de 1813, année où parut le livre. Longtemps encore, le *roman moyen en France et ailleurs, celui qui reflète fidèlement les goûts du lecteur ordinaire, se voulut moral, utile, didactique, ou bien sentimentalement et nostalgiquement historique, mais ce ne fut ni celui de Stendhal ni celui de Balzac, encore… Lire la suite
LES ROUGON-MACQUART, livre de Émile Zola

Écrit par :  Jean-Didier WAGNEUR

Dans le chapitre "Une vision naturaliste"  : …  C'est le moment où l'écrivain déclare : « La République sera naturaliste ou ne sera pas. » *Zola cherche à fonder scientifiquement le roman : « Le romancier, écrit-il, est fait d'un observateur et d'un expérimentateur. L'observateur chez lui donne les faits tels qu'il les a observés, pose le point de départ, établit le terrain solide sur… Lire la suite
SARTRE JEAN-PAUL (1905-1980)

Écrit par :  Jacques LECARMEJuliette SIMONT

Dans le chapitre "Sartre « polygraphe »"  : …  *À l'origine, un enfant naît de l'écriture et, si l'on en croit le récit d'enfance des Mots, trouve son salut dans le plagiat des romans d'aventures – Pardaillan, notamment –, lequel plagiat finit par former un romancier tout-terrain, sûr de soi et n'admirant aucun maître. Ensuite se révèle un khâgneux, puis un normalien surdoué et… Lire la suite
SHOAH LITTÉRATURE DE LA

Écrit par :  Rachel ERTEL

Dans le chapitre " Représenter l'irreprésentable : le fictionnel"  : …  *Le paradoxe que rencontre l'écriture de l'anéantissement est double : si le témoignage, pour se dire, doit recourir à l'imagination, a contrario le romanesque se heurte à l'emprise du réel. Dans le ghetto et le camp, la mainmise absolue de la réalité sur le prisonnier rend « toute tentative de la dépasser [...] ridicule et désespérée » (J. Lire la suite
SOPHISTIQUE

Écrit par :  Jacques BRUNSCHWIGBarbara CASSIN

Dans le chapitre "De la philosophie à la littérature"  : …  rhétorique généralisée, c'est qu'elle est créatrice. À côté d'une efflorescence des genres anciens, *s'autonomisent des genres nouveaux, en particulier celui qui deviendra littérature par excellence : le roman. Or, à le bien considérer, le roman constitue une réponse tout à fait originale à l'interdit philosophique. Car le roman est un pseudosLire la suite
STENDHAL (1783-1842)

Écrit par :  Michel CROUZET

Dans le chapitre "Le romancier"  : …  des données stylistiques. Conteur, anecdotier, Stendhal a pratiqué le récit, sans jamais songé à *écrire un roman. Il s'y met pour des motifs personnels : dans Armance, il conçoit le personnage d'Octave, héros impuissant, en plein désespoir amoureux, en pleine défaite de lui-même. Le roman est alors une manière impersonnelle de dire le… Lire la suite
LA TENTATION DE SAINT ANTOINE, livre de Gustave Flaubert

Écrit par :  Philippe DULAC

Dans le chapitre "Requiem pour le monde antique"  : …  justement là la passion de Flaubert, cette libido sciendi sur laquelle se fonde son œuvre. *Abattre des pans entiers de bibliothèque, accumuler les notes, constituer des dossiers, tel est le travail préalable auquel est soumise l'écriture de chacun de ses romans, Madame Bovary excepté, et qu'inaugure La Tentation : les… Lire la suite
ZOLA ÉMILE (1840-1902)

Écrit par :  Henri MITTERAND

Dans le chapitre "Le naturalisme"  : …  Thérèse Raquin au Roman expérimental (1880), Zola a élaboré une théorie générale du *roman, qui lui sert à la fois d'étalon de mesure pour juger ses prédécesseurs et ses contemporains, et de modèle de production romanesque. Il a emprunté les termes naturaliste et naturalisme, à la fois aux sciences biologiques, à la… Lire la suite

Afficher la liste complète (62 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média