BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

POUVOIR

Catégorie centrale de la pensée politique moderne, la notion de pouvoir hérite d'une histoire complexe où la tradition de la philosophie antique (des sophistes à Aristote) se croise avec des représentations issues du christianisme. Les conflits d'attribution entre autorités temporelles (l'empereur et les princes) et spirituelles (le pape et l'Église) ont marqué tout le Moyen Âge européen, et si la fin des guerres de Religion (traités de Westphalie, 1648) a tranché la question du pouvoir politique au bénéfice des premières (les princes), la conception séculière du pouvoir ainsi que les structures de son organisation (l'État) reconduisent des représentations et des structures antérieurement élaborées par les Pères de l'Église et dans les institutions ecclésiales.

La notion politique de pouvoir garde le sens général de « faculté d'agir », mais cette faculté s'exerce dans le cadre d'un rapport avec d'autres hommes. Elle voisine avec toute une série de notions apparentées dont elle se laisse parfois difficilement distinguer : force, puissance, domination, autorité, violence. La situation se retrouve dans toutes les grandes langues dans lesquelles la question du pouvoir a été problématisée en liaison avec la formation de la souveraineté de l'État moderne, et elle est démultipliée du fait que les découpages sémantiques ne sont pas homologues d'une langue à l'autre. Ainsi le terme allemand Macht peut-il être traduit, selon les cas, par « pouvoir », « force » ou « puissance ». L'allemand Gewalt est généralement rendu par « violence », mais il est aussi le terme qui équivaut au français « pouvoir » dans des expressions telles que pouvoir législatif, exécutif ou judiciaire.

1.  Pouvoir et domination

Une tendance forte de la tradition politique des Modernes tend à identifier le « pouvoir » à l'État souverain. Abordé sous cet angle, le pouvoir apparaît indissociable de la domination, c'est-à-dire d'une relation dissymétrique entre des individus qui sont en position de com [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Catherine COLLIOT-THÉLÈNE, « POUVOIR  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pouvoir/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« POUVOIR » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

Écrit par :  Miguel ABENSOUR

Dans le chapitre "« Le monde comme une proie »"  : …  de la peur – peur de la mort, peur des dieux – donne lieu à inversion quand il s'inscrit sous le signe de la souveraineté, quand il identifie malencontreusement la libération de la peur à une volonté de souveraineté. C'est dans cette désastreuse identification de l'une à l'autre que nous reconnaissons à la fois le moteur du retournement et la… Lire la suite
ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

Écrit par :  Robert BOURGNE

Dans le chapitre "Journalisme et politique"  : …  Mais cela même transforme la République. Si le peuple, qui n'exercera jamais aucun pouvoir, est dit souverain, c'est que le pouvoir a cessé de l'être. La force en s'organisant se règlemente et appelle le droit, mais elle ne peut se valider elle-même en érigeant ses règles en droit. « La bureaucratie dans la République, c'est… Lire la suite
ANTHROPOLOGIE

Écrit par :  Élisabeth COPET-ROUGIERChristian GHASARIAN

Dans le chapitre " L’anthropologie postmoderne"  : …  et les politiques révolutionnaires du passé. Affirmer détenir la vérité ou connaître la réalité des choses, c'est exercer un pouvoir dans la mesure où c'est sa propre voix qui est exposée aux dépens des autres voix. Avec lui (et bien qu'ils ne se soient eux-mêmes jamais identifiés au postmodernisme), Michel Foucault et Pierre Bourdieu sont… Lire la suite
ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

Écrit par :  Maurice GODELIER

Dans le chapitre "Développement de l'inégalité"  : …  pour s'élever au-dessus des autres et devenir un « leader », doit accumuler un « fonds de pouvoir » (Malinowski), amasser des richesses pour les distribuer avec une générosité calculée. Il crée ainsi, avec l'aide de ses parents puis de tous ses « obligés », une « faction ». Il se met alors en mesure de patronner des entreprises qui débordent le… Lire la suite
ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

Écrit par :  Georges BALANDIER

Dans le chapitre "Le pouvoir politique"  : …  Les notions de pouvoir, de coercition et de légitimité s'imposent nécessairement, et d'une manière solidaire, au départ de toute recherche théorique. Mais la première est en position dominante. Le pouvoir, quelles que soient les formes qui conditionnent son emploi, est reconnu dans toute… Lire la suite
ARMÉE - Pouvoir et société

Écrit par :  Pierre DABEZIES

Dans le chapitre "Pouvoir civil et pouvoir militaire"  : …  Aux divergences entre l'armée et la société répondent souvent des démêlés avec le pouvoir. Le premier problème est de savoir qui commande : face au pouvoir civil, en principe détenteur d'une souveraineté pleine et entière, le poids des armes et leur spécificité confèrent à l'autorité militaire, dotée de compétences partielles, un pouvoir souvent… Lire la suite
AUTORITÉ

Écrit par :  Éric LETONTURIER

un côté, elle fait l'objet d'une acception lâche par le sens commun, qui l'emploie indifféremment comme synonyme de pouvoir, de force, d'influence ou encore de domination. De l'autre, elle est mobilisée par les analyses contradictoires soutenues dans le cadre du débat sur la « crise des valeurs » : les diverses solutions… Lire la suite
BIOPOLITIQUE

Écrit par :  Frédéric GROS

France (leçon du 17 mars, « Il faut défendre la société », 1997). Foucault parle à cette époque plus généralement de « biopouvoir ». Cette notion lui sert à distinguer une forme « traditionnelle » d'une forme « moderne » de pouvoir exercé sur la vie, marquant par là une importante césure dans l'histoire des techniques par lesquelles la conduite… Lire la suite
BODIN JEAN (1529-1596)

Écrit par :  Pierre MESNARD

Dans le chapitre "Unité du principe politique, diversité des modes de gouvernement"  : …  La souveraineté, comme la république, est une et indivisible : elle appartient en entier à celui qui a le pouvoir de donner et de casser la loi, prince, élite ou peuple. Dans le premier cas, on a une monarchie, dans le deuxième une aristocratie, dans le dernier une démocratie. Dans la mesure où ils sont exercés avec justice et conformément à… Lire la suite
BONALD LOUIS-AMBROISE DE (1754-1840)

Écrit par :  Colette CAPITAN PETER

Dans le chapitre "Un démenti à l'esprit du siècle"  : …  choix est contraire aux données de l'expérience et de l'histoire. Famille, religion, gouvernement : tout prouve qu'il y a toujours, en tous lieux, un pouvoir (Dieu, le roi, le père), des ministres (le sacerdoce, la noblesse, la mère) et des sujets (les fidèles, les vassaux, les enfants) et que l'autorité, d'une part, la Lire la suite
BUTLER JUDITH (1955-    )

Écrit par :  Françoise COLLIN

Dans le chapitre "La question du pouvoir"  : …  La question politique – celle des formes de lutte contre le pouvoir dominant – est abordée dans The Psychic Life of Power (1997), et dans Excitable Speach : a Politics of The Performative (1996). Inspirée entre autres par Foucault et Althusser, Judith Butler souligne que le pouvoir est à… Lire la suite
CHARISMATIQUE POUVOIR

Écrit par :  Jacques ELLUL

L'un des trois types de domination — avec le pouvoir traditionnel et le pouvoir rationnel — de la classification établie à ce sujet par Max Weber. Le terme « charismatique », qui vient du grec charisma (« grâce », « bienfait », « don »), s'applique à quelqu'un qui a reçu des dieux… Lire la suite
CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

Écrit par :  Gérard MAUGER

Dans le chapitre "Champs et classes sociales"  : …  des intérêts, des stratégies et des enjeux particuliers. Dans ce cadre, dit Bourdieu, « le champ du pouvoir est un champ de forces défini dans sa structure par l'état du rapport de force entre des formes de pouvoir, ou des espèces de capital différentes. Il est aussi, inséparablement, un champ de luttes pour le pouvoir entre des détenteurs de… Lire la suite
CLASSES SOCIALES - Classe dominante

Écrit par :  Gérard MAUGER

Dans le chapitre "Le champ du pouvoir"  : …  Elle oppose donc les différentes fractions de la classe dominante au sein du champ du pouvoir. Le champ du pouvoir, explique Bourdieu dans La Noblesse d'État en 1989, est « un champ de forces défini dans sa structure par l'état du rapport de force entre des formes de pouvoir, ou des espèces de capital différentes. Il est aussi… Lire la suite
CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

Écrit par :  André AKOUN

Dans le chapitre "La société de l'individualisme"  : …  est appréhendée comme la forme même de la justice. Aussi n'est-elle aucunement vécue comme une inégalité de pouvoir ou une inégalité d'avoir et ne renvoie-t-elle pas à des catégories politiques, au sens où on l'entendrait aujourd'hui, ni à des catégories économiques (classes sociales). Seules entrent en jeu les catégories de prestige et d'… Lire la suite
CLASTRES PIERRE (1934-1977)

Écrit par :  Claude LEFORT

Or, c'est justement à prendre en compte la manière dont la société primitive détermine la place du pouvoir qu'on peut s'affranchir d'une conception naïve et positiviste du développement de l'humanité et reposer en nouveaux termes le problème de l'histoire en pointant une mutation : le passage d'un monde sans État au monde de… Lire la suite
CONFLITS SOCIAUX

Écrit par :  Alain TOURAINE

se forme des tensions entre eux, mais non pas nécessairement un conflit. Celui-ci n'apparaît que si le thème du pouvoir est introduit, ce qui rejoint notre définition initiale. Le pouvoir n'est pas la capacité d'un acteur d'imposer à un autre acteur des comportements conformes à ses intérêts personnels, mais sa capacité de dominer les rapports… Lire la suite
CONTRAT SOCIAL

Écrit par :  Michel TROPER

Dans le chapitre "Hobbes"  : …  les pouvoirs qu'il a sur lui-même, à la seule condition que les autres en fassent autant. Cet homme (ou cette assemblée) acquiert ainsi la puissance souveraine, dont il doit user pour la protection des sujets. Le fondement de l'obligation d'obéir qu'ont les sujets est à la fois la protection dont ils jouissent et la force du souverain qui les y… Lire la suite
CONTRÔLE SOCIAL

Écrit par :  Philippe ROBERT

gardaient en commun d'accorder peu de place à l'investigation des phénomènes de pouvoir dont le contrôle social peut être la manifestation. Dans les premiers, les conflits sont séparés de leurs bases matérielles, les contradictions ramenées à des tensions, les tensions à des dysfonctionnements. Le contrôle social apparaît… Lire la suite
CULTURE - Culture et civilisation

Écrit par :  Pierre KAUFMANN

Dans le chapitre "Ordre politique, Lumières et « Kultur »"  : …  la société ne consacre pas la jouissance de certains biens, mais l'assurance d'en pouvoir éventuellement disposer. Ainsi entre l'impulsion et le pouvoir politique n'y a-t-il pas incompatibilité. Le désir de puissance s'est converti en une puissance garante du désir – à la limite la puissance de l'État – et la rationalité du pacte traduit cet accord… Lire la suite
DÉMOCRATIE

Écrit par :  Daniel GAXIE

Dans le chapitre "L'autonomie des représentants"  : …  L'intérêt pour le pouvoir gouverne pour une part les comportements des hommes politiques. Il serait naïf d'oublier que divers bénéfices de prestige, d'aisance financière, de qualité de vie, de sentiment de puissance et d'estime de soi sont associés aux positions de pouvoir. Il serait également naïf de ne prendre en considération que ces seuls types… Lire la suite
DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE, livre de Étienne de La Boétie

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

Dans le chapitre "Le pouvoir, ennemi de l'homme"  : …  Qu'est-ce que l'homme de pouvoir ? Un être sans qualité, un « homoncule » ne se souciant ni d'aimer ni d'être aimé mais seulement de contraindre et d'acheter, d'obtenir par ruses et flatteries ce que la force brutale échoue à arracher. N'ayant devant lui que des êtres avilis, au « cœur bas et mou », il n'est que trop déterminé à tenir un rôle où… Lire la suite
DOMINATION

Écrit par :  Claude RIVIÈRE

. Le droit romain connaît le dominium, propriété des choses, et la potestas dominica, pouvoir du maître sur l'esclave. Celui qui domine exerce une contrainte sur la conduite d'autres personnes. La domination résulte du recours à la puissance pour obtenir l'exécution de décisions par une personne ou… Lire la suite
ENFANCE (Situation contemporaine) - L'enfant dans la société de consommation

Écrit par :  Benoît HEILBRUNN

des entreprises qui tendent à considérer l'enfant comme un consommateur à part entière. L'enfant acquiert despouvoirs dont il ne disposait pas auparavant et qui peuvent s'envisager de deux façons : tout d'abord le pouvoir économique de l'enfant-acheteur qui dispose d'un budget, ensuite le pouvoir idéologique de l'enfant-prescripteur. Il peut… Lire la suite
ENGAGEMENT

Écrit par :  Jean LADRIÈREJacques LECARMEChristiane MOATTI

Dans le chapitre "La limite et l'illimité"  : …  pourrait décrire en distinguant la volonté comme pouvoir et la volonté comme effectivité. En tant que pouvoir, la volonté n'est liée par aucune détermination particulière, ni ordonnée à aucun objet privilégié. Au contraire, elle a la capacité de se porter sur n'importe quel objet, de s'appliquer à tous les contenus possibles. C'est qu'elle est, de… Lire la suite
ENSEIGNEMENT DE L'ART

Écrit par :  Annie VERGER

Dans le chapitre "L'héritage doctrinal"  : …  En second lieu, élaborer une représentation convenable du pouvoir en soumettant l'art à une orthodoxie. Colbert s'octroie un droit de contrôle sur la mise en forme de la doctrine. Le dessein de l'art devra coïncider avec le destin du monarque et aura pour fin de distinguer en servant, d'ennoblir en glorifiant. Le « grand goût », le « beau choix »,… Lire la suite
FÉMINISME - Histoire du féminisme

Écrit par :  Geneviève FRAISSE

Dans le chapitre "Égalité et différence des sexes"  : …  patriarcal a eu inéluctablement pour conséquence de produire une analyse unilatérale du pouvoir masculin. En effet, si les hommes se sont établis maîtres des femmes, ce n'est pas toujours sans le consentement de celles-ci. Or ce consentement, en retour, est un lieu propice à un pouvoir féminin qui fait partie de l'asservissement lui-même. Pouvoir… Lire la suite
FOUCAULT MICHEL (1926-1984)

Écrit par :  Frédéric GROS

Dans le chapitre "Des procédures d'assujettissement aux techniques de subjectivation"  : …  grille d'intelligibilité métaphysique des sciences de l'homme, vers une conceptualisation du pouvoir dans sa dimension constitutive des savoirs et des subjectivités. C'est d'abord une nouvelle manière d'interroger les discours de vérité qui se met en place. À propos de ces énoncés (judiciaires, psychiatriques,… Lire la suite
GOUVERNEMENTALITÉ

Écrit par :  Richard HUFF

Dans l’étude du pouvoir et de ses mécanismes, la gouvernementalité met l’accent sur le fait de gouverner la conduite des personnes par le biais de moyens positifs plutôt que par le pouvoir souverain de formuler la loi. Contrairement à une forme de pouvoir disciplinaire, la gouvernementalité est… Lire la suite
GROUPE DE PRESSION

Écrit par :  Jean LADRIÈRE

Dans le chapitre "Le système du pouvoir"  : …  D'une manière générale, on pourrait dire que le pouvoir est la capacité que détient un individu de prendre des décisions qui lient de façon effective d'autres individus. L'existence d'un pouvoir implique donc qu'il y ait des mécanismes par l'intermédiaire desquels les décisions prises deviennent réellement agissantes ;… Lire la suite
IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

Écrit par :  Robert MISRAHI

Le problème traditionnel de l'immanence et de la transcendance se pose aujourd'hui en termes de pouvoir et non plus de référence intellectuelle ou ontologique. Ce qui est en question, c'est la nature et l'étendue du pouvoir scientifique, politique, philosophique, de l'humanité sur elle-même : peut-elle désespérer et s'… Lire la suite
INÉGALITÉS - Analyse et critique

Écrit par :  Alain BIHRRoland PFEFFERKORN

Dans le chapitre "Toujours plus : fortune, pouvoir, prestige et secret"  : …  Cela signifie clairement que la richesse, c'est plus fondamentalement encore le pouvoir : la maîtrise sur les conditions matérielles et institutionnelles de reproduction non seulement de sa propre situation mais de la société ; la stabilité et la pérennité de sa propre situation et de celle des siens qui en résultent ; l'ampleur… Lire la suite
INÉGALITÉS HOMMES-FEMMES, France

Écrit par :  Alain BIHRRoland PFEFFERKORN

Dans le chapitre "Le pouvoir au sein du couple"  : …  La structure du pouvoir aujourd'hui majoritaire au sein des couples apparaît peu égalitaire. L'homme y reste en position dominante. Certes, il partage le plus souvent la fonction de direction avec sa conjointe. Cependant, il continue à soustraire du champ de compétence de cette « direction collégiale » les décisions concernant son activité… Lire la suite
INFLUENCE

Écrit par :  François CHAZEL

Dans le chapitre "La méthode de décision"  : …  s'il est regrettable de ne pas dissocier analytiquement influence et pouvoir, il est essentiel pour le sociologue de savoir comment ces deux éléments se combinent dans la réalité sociale concrète ; or Dahl, sans que ce soit son objectif majeur, montre très bien dans son étude sur la ville de New Haven comment la position de pouvoir ou plutôt d'… Lire la suite
INSTITUTION

Écrit par :  Delphine DULONG

Dans le chapitre "L'influence des institutions sur les individus"  : …  accorde aux institutions dans l'explication du comportement des acteurs. La majorité des spécialistes leur accordent un pouvoir contraignant, considérant que l'ordre institutionnel enserre les conduites et les rôles dans un réseau de contraintes, fournit aux individus et aux groupes des modèles d'action ou des lignes de conduite. L'institution… Lire la suite
INTERDIT

Écrit par :  Claude RABANTPierre SMITH

Dans le chapitre "Violence et sacrifice"  : …  à la violence « naturelle », qui dégrade l'énergie, pourrait servir à mesurer l'enjeu du pouvoir et la nature de sa puissance : l'instauration d'un maître ne fait qu'un avec la mainmise sur le sacrifice, c'est-à-dire avec le pouvoir sur la mort. Le maître du sacrifice est maître, du même coup, de tout l'ordre social parce qu'il détient,… Lire la suite
LAÏCITÉ

Écrit par :  Jean BAUBÉROTÉmile POULAT

Dans le chapitre "La logique étatique"  : …  sacerdoce et l'Empire, le spirituel et le temporel, l'ecclésiastique et le civil, c'est-à-dire les deux pouvoirs, les deux règnes, voire les deux glaives. La domination de l'État s'est ainsi affirmée dans son opposition à l'autorité de l'Église. Dans la tradition catholique, il a un nom, César, tandis que Hobbes en fera Lire la suite
LANCEUR D'ALERTE

Écrit par :  Jean-Philippe FOEGLE

Dans le chapitre "Le lancement d'alerte entre dénonciation et désobéissance"  : …  Si les tenants de la désobéissance civile sont avant tout portés par la volonté de provoquer un changement politique, le lanceur d'alerte ne cherche pas particulièrement à contester les rapports de pouvoir existants. Son éthique viserait au contraire à mettre fin à des agissements illégaux ou irréguliers, tout en restant… Lire la suite
LANGUE ORIGINELLE

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

De prime abord, une distinction s'impose entre langue originelle et premiers langages. L'une ressortit au mythe de la matrice originelle d'où serait issue toute créature ; elle se réfère à l'idée d'une puissance divine engendrant un couple initial dont l'humanité tout entière formerait la descendance. Les autres impliquent, dans la perspective du… Lire la suite
LASSWELL HAROLD DWIGHT (1902-1978)

Écrit par :  Claude LEFORT

Ses travaux sur la politique et la structure de la personnalité dans une optique fonctionnaliste et béhavioriste font de Lasswell une figure très représentative de l'école sociologique américaine et un des fondateurs de la psychologie politique. Il attribue notamment aux sciences de la politique la fonction de « combattre les grandes crises de… Lire la suite
LIBÉRALISME

Écrit par :  Francis BALLE

Dans le chapitre "L'éthique du libéralisme"  : …  Comme système de pensée ou comme disposition d'esprit, le libéralisme se donne également une certaine conception du pouvoir dans la société. Selon lui, le pouvoir est à la fois un bien et un mal : « Un bien, explique Baechler, en ce que seul le pouvoir permet de contenir la méchanceté naturelle. » Et d'ajouter : « Mais les détenteurs du pouvoir… Lire la suite
LIBERTINAGE

Écrit par :  Michel DELON

Dans le chapitre "Le libertinage érudit"  : …  Considérations politiques sur les coups d'État (1639) affranchissent les princes et les puissants des interdits moraux ; seule la raison d'État doit compter pour eux. Ainsi, l'analyse objective du fonctionnement du pouvoir conduit les libertins à la soumission au pouvoir en place. Un manuscrit clandestin circulera au xviiie siècle,… Lire la suite
LITTÉRATURE - Sociologie de la littérature

Écrit par :  Gisèle SAPIRO

Dans le chapitre "Les conditions sociales de production et de circulation des œuvres"  : …  et ses règles propres ainsi que les types de dépendance qui subsistent à l'égard des pouvoirs politique, économique et religieux. Ces pouvoirs contrôlent la production et la circulation des œuvres par deux biais : institutionnel (État, Église, partis politiques, etc.) et économique (marché). Le système de contraintes auxquelles l'activité… Lire la suite
MACHIAVEL (1469-1527)

Écrit par :  Jean-François DUVERNOY

Dans le chapitre "« Virtù »"  : …  La virtù est donc une volonté pure de pouvoir, surgie ex nihilo dans le destin des individualités multiples qui tissent l'histoire. On conçoit dès lors que la proposition : « la virtù existe » est de l'ordre de l'axiome. On ne peut que l'affirmer, et par la suite l'illustrer, c'est-à-dire en exhiber les… Lire la suite
MILLS CHARLES WRIGHT (1916-1962)

Écrit par :  Daniel DERIVRY

Dans la tradition de Thorstein Veblen, Mills est la figure la plus marquante de la sociologie critique américaine. Il estime que toute sociologie est fondamentalement politique et doit servir à combattre les préjugés et à changer la société… Lire la suite
MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

Écrit par :  Georges BENREKASSA

– quand l'atteinte au corps social et au corps politique devient flagrante et que la croyance nécessaire en l'indépendance du pouvoir judiciaire ne peut plus être maintenue – que tout pouvoir est porté à une extension de ses attributions. On invoque alors la séparation des pouvoirs, qui est une théorie générale des conditions de la libertéLire la suite
LA NOBLESSE D'ÉTAT, livre de Pierre Bourdieu

Écrit par :  Antonin COHEN

Distinction, 1979, Homo Academicus, 1984). En s'appuyant sur une série d'enquêtes collectives (notamment réalisées en collaboration avec Monique de Saint-Martin, qui signe plusieurs chapitres du livre), Pierre Bourdieu entend ainsi s'interroger sur les relations entre le « champ des grandes écoles » et le « champ du pouvoir… Lire la suite
OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

Écrit par :  Maurice de GANDILLACJeannine QUILLET

Dans le chapitre "« Puissance ordonnée » de Dieu et contingence du politique"  : …  humaine ont une valeur de fait, non de droit. La légitimité du pouvoir, pour rationnelle qu'elle soit, n'en est pas moins contingente, ce qui n'exclut pas, par hypothèse, qu'il y ait des « gouvernants » justes. Si aucune loi positive ne peut être contraire au droit naturel créé par Dieu, tout le bien et toute la morale sont fondés non sur leurs… Lire la suite
PÉDAGOGIE - Pédagogie et pouvoir

Écrit par :  Jean-Claude PASSERON

philosophie de l'Aufklärung en fait de confiance illimitée dans les pouvoirs de l'éducation. C'est sans doute une caractéristique assez générale des groupes intellectuels, nonobstant la variation de leur position sociale dans les différentes civilisations, que d'attendre de la rationalisation du travail d'éducation, c'est-à-… Lire la suite
PHILOSOPHIE

Écrit par :  Jacques BILLARDJean LEFRANCJean-Jacques WUNENBURGER

Dans le chapitre "Le retour de l'éthique"  : …  possible avec l'État démocratique et la société technologique ne va pas de soi. Car de nouveaux pouvoirs ont été mis au jour, qui créent des formes inattendues d'oppression. À partir de travaux sur l'histoire de la psychiatrie, Michel Foucault a dégagé un modèle d'analyse politique fondé sur le pouvoir de l'… Lire la suite
POLICE

Écrit par :  Jean-Paul ALGREUniversalis

: sauvegarde de l'État ou protection des personnes. Observer les pouvoirs accordés de droit et plus encore de fait à la police donne donc une assez bonne idée du niveau de démocratie d'un État. Le contact permanent de fonctionnaires, plus ou moins inquisiteurs et coercitifs, avec la population pose de nombreux problèmes,… Lire la suite
POLITIQUE - La science politique

Écrit par :  Marcel PRÉLOT

Dans le chapitre "Conception dynamique"  : …  contemporaine, le professeur Cook a cette affirmation péremptoire : « La notion de pouvoir est l'objet propre de la science politique. » Toutes ses branches ont un objet commun qui, sous ses divers aspects, est l'étude du pouvoir dans la société. Sa source, sa nature, ses fondements, son utilité, ses objectifs, ses effets… Lire la suite
PRESSE - Sociologie de la presse

Écrit par :  Érik NEVEU

Dans le chapitre "Un pouvoir d'influence surestimé"  : …  Le thème d'un pouvoir d'influence considérable de la presse resurgit régulièrement (Michael Schudson, 2003 ; Grégory Derville, 2005). Il trouve ses premières formulations avec l'école de Francfort dans les années 1930. Il se recompose dans les années 1950 dans le modèle dit de la « seringue hypodermique » : le message des… Lire la suite
PROFESSIONS SOCIOLOGIE DES

Écrit par :  Jean-Michel EYMERI-DOUZANS

Dans le chapitre "La sociologie anglo-américaine des professions "  : …  entre fonctionnalisme et interactionnisme, font un retour critique sur les professions constituées, stricto sensu, en mettant au cœur de leur analyse la question du pouvoir. Les professions y sont appréhendées comme des groupes sociaux conscientisés et mobilisés, engagés dans une forme d'action collective au long cours tendant à établir puis… Lire la suite
PROPAGANDE

Écrit par :  Xavier LANDRIN

d'expliciter la diversité des pratiques de propagande que l'on peut définir génériquement comme un ensemble variable dans le temps de techniques de diffusion idéologique, de savoirs et de stratégies de pouvoir mis en forme par des groupes aux prétentions monopolistes ou hégémoniques, et destinés à construire ou à maintenir des allégeances sociales… Lire la suite
PSYCHOLOGIE CLINIQUE DU COUPLE

Écrit par :  Nicolas FAVEZ

Dans le chapitre "La thérapie de couple"  : …  les approches systémiques, pour lesquelles le pouvoir est au centre de la relation ; les difficultés dans le couple découlent d’une structure hiérarchique soit confuse (il n’y a pas de répartition claire des rôles), soit rigide (le pouvoir est tenu par un seul des partenaires ou alors les deux partenaires s’affrontent pour le contrôle… Lire la suite
RACE

Écrit par :  Daniel de COPPETUniversalis

Dans le chapitre "Un faux évolutionnisme"  : …  et de sauvegarder une précieuse et rassurante image de soi. Il est clair que le pouvoir trouve ici raison de nier la différence et de vouloir réduire la diversité en forçant l'autre à l'identité. C'est ne réhabiliter l'autre qu'en en faisant un autre soi-même ; et pour cela la force est dans « le » sens de l'histoire. Toutes les techniques d'«… Lire la suite
SAGESSE

Écrit par :  Manuel de DIÉGUEZ

Dans le chapitre "Le fonctionnement de la raison magique"  : …  le fou que le réel serait rationnel, c'est seulement parce que prévoir, c'est pouvoir. C'est donc le pouvoir qui convainc en réalité l'idolâtre quand il se croit convaincu par la logique qu'il attribue aux régularités de l'univers. C'est pourquoi Socrate demande ironiquement à Anaxagore qu'il lui explique par des « raisons de mécanique » qu'il ne… Lire la suite
SEXE ET GENRE

Écrit par :  Christine GUIONNET

Dans le chapitre "Le genre comme construit social"  : …  Joan Scott contribua à ajouter à la dimension constructiviste l'idée de relations de pouvoir entre sexes aboutissant en général à une domination masculine dans les sphères privées et publiques. Elle soulignait ainsi que « le genre est un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les… Lire la suite
LA SOCIÉTÉ DE COUR, livre de Norbert Elias

Écrit par :  Antonin COHEN

une position sociale qui concentre entre les mains d'un seul individu des possibilités de pouvoir comparativement extraordinaires ». À travers l'étude de la société de cour (c'est-à-dire à la fois de la cour comme société et de la société dont la cour est l'institution centrale), Norbert Elias entend rompre avec une tradition dominante de la… Lire la suite
SOCIOLOGIE WEBERIENNE

Écrit par :  Isabelle KALINOWSKI

Dans le chapitre "Une sociologie de la domination"  : …  peuvent tout au plus être « (formellement) pacifiques », pour reprendre une formule souvent utilisée par Weber et qui trouve tout son sens dans le recours à cette parenthèse. Les agents sociaux cherchent avant tout, dans cette sociologie, à se distinguer les uns des autres et à l'emporter sur les autres en richesse, en prestige et en pouvoirLire la suite
TECHNOCRATIE

Écrit par :  Universalis

On entend par technocratie la prise en main et la direction de la société par des techniciens mus par les impératifs technico-économiques. Initialement, le dessein en fut présenté, dans les années 1931-1933, au public américain par le Mouvement technocratique. Ce mouvement naquit à New York et se constitua comme groupe d'… Lire la suite
WEBER MAX (1864-1920)

Écrit par :  Julien FREUND

Dans le chapitre "L'œuvre sociologique"  : …  Les types de domination, qui sont aussi des types de légitimation du pouvoir : la domination traditionnelle qui a pour fondement la croyance en la sainteté des coutumes et en la légitimité de ceux qui sont appelés au pouvoir en vertu de la tradition ; la domination légale qui a pour base la croyance en… Lire la suite

Afficher la liste complète (63 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.