BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

NÉCESSITÉ

L'usage courant rapproche la nécessité de l'idée de destin, c'est-à-dire de l'advenue d'un événement inévitable. Est « nécessaire », en effet, ce qui ne peut pas ne pas être ou ce qui ne peut pas être autrement qu'il n'est. Dans le Timée, Platon (428-347 av. J.-C.) rencontre déjà la nécessité (anankè) sous la figure de l'inexorable : le démiurge qui se trouve à l'origine de l'ordre du monde est obligé de composer avec une matière qu'il n'a pas choisie. Dans ce cadre cosmologique, le danger est celui d'une nécessité dénuée de finalité et de sens qui s'apparenterait au chaos, ce pourquoi il faut penser le cosmos comme un mixte de nécessité et d'intelligence. La nécessité apparaît donc d'abord comme une figure de l'irrationnel puisqu'elle limite l'action du dieu et semble exclure l'intervention des hommes.

Mais, comble de l'absurde, la nécessité n'est-elle pas aussi le présupposé de la science ? Il revient à Aristote (385 env.-322 av. J.-C.) d'avoir le premier envisagé ce paradoxe. D'un strict point de vue logique, est nécessaire ce dont on ne peut concevoir le contraire (Métaphysique, V, 5). En ce sens, la conclusion d'une démonstration est nécessaire lorsque le syllogisme présente la cause pour laquelle une chose est telle et non autrement. S'il n'y a de science que du nécessaire, c'est parce que la connaissance suppose la constance. La nécessité est donc la modalité même du discours scientifique qui établit rigoureusement les causes : il ne saurait être question d'une science du contingent (ce qui peut être autre qu'il n'est). Mais faut-il en conclure que tout, dans le monde, est nécessaire ? Ce serait ôter toute utilité à la délibération et toute chance à l'action de peser sur les événements. Contre le « fatalisme logique » qui conduit à une conception irrationnelle de la nécessité, Aristote rappelle les droits de la contingence dans le monde humain. Surtout, il introduit une distinction capitale entre la nécessité (réelle) des choses et celle (logique) des propositions : l'existen […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Michaël FOESSEL, « NÉCESSITÉ  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/necessite/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« NÉCESSITÉ » est également traité dans :

ANANKÈ

Écrit par :  Lucien JERPHAGNON

… *Le mot grec anankè veut dire « nécessité » (anankè estin, « il faut ») ; plus précisément, chez les poètes, les tragiques, les philosophes, les historiens, anankè évoque une contrainte, une nécessité naturelle, physique, légale, logique, divine... Ce nom personnifie la Nécessité comme telle, instance inflexible gouvernant… Lire la suite
CROYANCE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Kant"  : …  insuffisant ; il s'agit d'un mixte d'un nouveau genre entre le théorique et le pratique ; *la foi raisonnable est faite de croyances qui ont un fondement de nécessité dans une structure nécessaire de la pratique, mais qui, en tant qu'assertions sur la réalité, gardent le statut du problématique, du probable, en un sens voisin de Hume.… Lire la suite
DESCRIPTION ET EXPLICATION

Écrit par :  Jean LARGEAULT

Dans le chapitre "L'explication, réduction de l'arbitraire de la description"  : …  biologie : force vitale, entéléchies, etc.). La générativité mathématique ou logique pourvoit à la* nécessité d'enchaînement rationnel des propositions et d'engendrement d'entités ; l'ontologie (entités mathématiques, objets imaginaires, objets physiques, etc.) fournit comme la matière de la nécessité. L'explication ne se borne pas à montrer les… Lire la suite
DÉTERMINISME

Écrit par :  Étienne BALIBARPierre MACHEREY

Dans le chapitre "Liberté humaine et nécessité naturelle"  : …  Tout qui justifie l'existence du mal par son inclusion dans un bilan final « globalement positif ». *Spinoza, lui, pour qui le mal n'a aucune existence réelle, et pour qui « il doit y avoir nécessairement une cause positive pour laquelle existe (et agit) toute chose existante », écrivait cependant : « En aucune façon je ne soumets Dieu au destin :… Lire la suite
EMPIRISME

Écrit par :  Edmond ORTIGUES

Dans le chapitre "L'empirisme défini comme théorie de l'évidence confirmative"  : …  philosophies, telles que le romantisme social ou mystique, le syncrétisme phénoménologique, etc. *Il reste cependant un point de divergence précis entre la tradition rationaliste et la tradition empiriste : c'est la critique du concept de nécessité. Kant exprime bien la conception rationaliste en disant que la véritable universalité, c'est la… Lire la suite
ÊTRE, philosophie

Écrit par :  Giulio GIORELLO

Dans le chapitre "L'existence n'est pas un prédicat"  : …  une cause en dehors de lui, en vertu de laquelle lui-même existe au lieu de ne pas exister. *Dans De rerum originatione radicali (écrit en novembre 1967), l'idée « qu'il faut passer de la nécessité physique ou hypothétique qui détermine les états postérieurs du monde par les états antérieurs à quelque chose qui soit pourvu de… Lire la suite
EXPÉRIENCE

Écrit par :  Pascal ENGEL

Dans le chapitre "Le défi empiriste"  : …  lointaines, mais qui s'écartent des données immédiates. L'une de ces projections est l'idée de *nécessité, ou plus exactement de nécessité causale, dont la seule origine dans l'esprit est la répétition de régularités observées dans l'expérience. La célèbre critique humienne de la causalité (son scepticisme « inductif », bien que Hume n'emploie… Lire la suite
HASARD & NÉCESSITÉ

Écrit par :  Ilya PRIGOGINEIsabelle STENGERS Universalis

Dans le chapitre "De Laplace à Monod"  : …  de ce que l'on déchiffre comme le « code génétique », est d'avoir fait exister un nouveau type de *nécessité, se dessinant sur fond de hasard : des mutations aléatoires affectent « ce qui » se reproduit, et les différences entre les taux de reproduction de ces divers « ce qui » entraînent nécessairement l'histoire sélective, seule « raison » tant… Lire la suite
LOGIQUES NON CLASSIQUES

Écrit par :  Jacques-Paul DUBUCS Universalis

Dans le chapitre "Logique déontique"  : …  réalisées. On ajoutera donc au membre de droite de (#) la clause : Si l'on définit maintenant la *nécessité (resp. la possibilité) de A comme sa vérité dans tout (resp. au moins un) monde possible, permissible ou pas, on obtient alors les relations : nécessaire  obligatoire  permis  possible. La sémantique… Lire la suite
LOI, épistémologie

Écrit par :  Pierre JACOB

Dans le chapitre "Lois, causalité, régularités et contrefactuels"  : …  Par aversion pour la *nécessité dans les choses (ou nécessité de re), un empiriste adopte une conception épistémique des lois causales (cf. supraLes buts de la démarche scientifique), dont le prototype est l'analyse humienne, qui procède par une double réduction : – La causalité, qui n'existe pas dans la réalité, n'est… Lire la suite
MATIÈRE

Écrit par :  Jacques GUILLERMEHélène VÉRIN

Dans le chapitre "La question des limites"  : …  les scolastiques ; elle compliquera étonnements et disputes sur le fait du mystère eucharistique. *« Le nécessaire dans les choses naturelles » est, pour Aristote, « ce qu'on énonce comme leur matière et ses mouvements » ; dans le même chapitre final de sa Physique, le philosophe écrivit que « le nécessaire est, en un sens, à peu près de… Lire la suite
MÉTASTABILITÉ

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *« Ce qui se manifeste, c'est aussi, en premier et le plus souvent, l'apparente stabilité des choses visibles, leur extraordinaire entêtement à demeurer en leur état » (J. T. Desanti, Natura Rerum : ordre ou désordre ?). La stabilité désigne la condition de possibilité de la réalité phénoménale. Mais signifie-t-elle pour autant la… Lire la suite
MODALITÉS, logique

Écrit par :  Pascal ENGEL

Dans le chapitre "La notion logico-linguistique de modalité"  : …  et philosophes appellent modalité toute modification d'une proposition par une expression de *nécessité, de possibilité, d'impossibilité ou de contingence. Syntaxiquement, les expressions modales sont des fonctions qui, attachées à des phrases, forment des phrases (ainsi « nécessairement » attaché à la phrase « 2 + 2 = 4 » forme la phrase « … Lire la suite
PLATON

Écrit par :  Monique DIXSAUT

Dans le chapitre "L'âme, la cité, le monde"  : …  de le concevoir. On peut se le représenter comme un ensemble de forces jouant selon le hasard et la *nécessité, mais rien n'empêche de postuler qu'il est l'œuvre d'une intelligence. En faire l'image d'un modèle intelligible reproduit par un bon démiurge, c'est raconter un mythe vraisemblable, mais c'est la condition d'une cosmologie et d'une… Lire la suite
PROVIDENCE

Écrit par :  Henry DUMÉRY

… *Si l'on s'en tient à l'histoire des idées, le concept de providence n'est pas d'origine judéo-chrétienne : il est d'origine hellénique, de facture stoïcienne. En contexte stoïcien, « providence » ne signifie pas vigilance ou bienveillance personnelle d'un dieu sage et bon qui prend soin de chacune de ses créatures ; le terme est synonyme de « … Lire la suite
RÉALISME, philosophie

Écrit par :  Jean LARGEAULT

Dans le chapitre "Les thèses métaphysiques du réalisme"  : …  matérialistes du xixe siècle). Telle est l'origine du substantialisme réaliste. *Ensuite, la nécessité s'est introduite dans la doctrine de la chose, alors qu'étant d'origine a priori les faits ne peuvent la fournir ; la notion de nécessité est d'origine conscientielle. (Renouvier a tort, car il existe des essences matérielles,… Lire la suite

Afficher la liste complète (16 références)

 

Voir aussi

 

Dictionnaire

Définition du mot "NECESSITE"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média