ZAPOTÈQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La chute des centres urbains

Le pouvoir des grandes familles n'a pas été capable de maintenir la cohésion régionale. Vers 800 après J.-C. cesse la construction d'édifices à Monte Albán et la ville perd une grande partie de sa population. De nouvelles localités fleurissent à l'est et au sud de l'ancienne capitale ; elles attirent une population agricole qui préfère vivre près de ses champs. Certains chercheurs ont émis l'idée que la chute de Monte Albán serait due à une concurrence avec d'autres villes, mais force est de constater que cette hypothèse n'explique pas la désagrégation d'autres communautés dans la région. Il s'agirait plutôt d'un processus de décadence qui englobe toutes les vallées centrales, provoqué par une sécheresse ou une épidémie. Une autre explication renvoie à la chute de Teotihuacán qui aurait provoqué une forte instabilité dans la région zapotèque. C'est aussi à ce moment que la région mixtèque émerge véritablement. Cet aspect de l'histoire régionale mérite des recherches approfondies afin de fournir des explications documentées de ce déclin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZAPOTÈQUES  » est également traité dans :

MASQUES - Le masque en Amérique

  • Écrit par 
  • Christian DUVERGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le masque dans l'Amérique préhispanique »  : […] Jusqu'à la conquête espagnole, la principale vocation du masque en Amérique a été d'ordre funéraire. C'est presque toujours dans des tombes que ce type d'objet a été rencontré. De Teotihuacán (Mexique central) proviennent des séries de masques célèbres : les formes stéréotypées ont été traitées par les artistes dans la serpentine, la néphrite, le basalte, la jadéite, l'albite, avec parfois des in […] Lire la suite

MIXTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA
  •  • 3 246 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle organisation politique »  : […] La disparition de Monte Alban, entité dominante de la vallée de Oaxaca voisine, entraîne des changements dès 750 après J.-C. À partir de cette date, on constate la formation de petites unités politiques – appelées señoríos  – qui marquent le début de l'étape des cités-États. Ce terme désigne un groupe de communautés organisées autour d'un centre recteur dans un territoire délimité, dont le pouvoir […] Lire la suite

MONTE ALBÁN

  • Écrit par 
  • Jacques SOUSTELLE
  •  • 329 mots
  •  • 2 médias

À deux kilomètres au sud-est de la ville actuelle d'Oaxaca, les vestiges de Monte Albán couvrent une superficie de 40 km 2 . Ce site a été occupé pendant deux mille cinq cents ans environ, depuis le ~ viii e siècle jusqu'à la conquête espagnole. La phase la plus ancienne (~ 700-~ 300) révèle la présence ou tout au moins une forte influence des Olmèques, dont le style marque les bas-reliefs connu […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Brigitte FAUGÈRE, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Éric TALADOIRE
  • , Universalis
  •  • 17 165 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le Préclassique récent, et la mise en place des grandes civilisations »  : […] Au cours du vi e  siècle avant J.-C., les cités olmèques déclinent ou sont abandonnées, ce qui n'implique d'ailleurs pas un dépeuplement régional. La civilisation olmèque cède la place à d'autres, qui vont faire fructifier ses innovations. Dans les plaines du Tabasco, continuent à prospérer des communautés, qui s'enrichissent de nouveaux apports. Le site de Tres Zapotes est occupé jusqu'au début […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rosario ACOSTA, « ZAPOTÈQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zapoteques/