TIKAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cylindre à trépied, art maya

Cylindre à trépied, art maya
Crédits : F. Guénet/ AKG

photographie

Acropole nord de Tikal : coupe nord-sud

Acropole nord de Tikal : coupe nord-sud
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tikal (Guatemala)

Tikal (Guatemala)
Crédits : Simeone Huber/ Getty Images

photographie

Masque funéraire maya

Masque funéraire maya
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Les recherches récentes relativisent son importance et dévoilent son histoire tourmentée, mais Tikal, au cœur de la forêt tropicale du Petén, reste le site maya de référence. Visitée dès 1848 par Modesto Méndez, la cité ne cessera d'attirer explorateurs et voyageurs, dont le Suisse Gustav Bernoulli, qui en 1877 pille les linteaux de bois des temples I et IV, les préservant ainsi, ironiquement, de la destruction. Les archéologues prennent vite conscience de l'importance de la cité, qui fait l'objet de travaux continus, culminant dans les années 1960 avec le projet de l'université de Pennsylvanie. Les fouilles ultérieures de l'Instituto de Antropología e Historia (I.D.A.E.H.) amplifient encore les connaissances. Tikal est le site maya le plus fouillé, ce qui lui confère une importance qui peut sembler démesurée par rapport à d'autres sites.

Cylindre à trépied, art maya

Cylindre à trépied, art maya

Photographie

Cylindre à trépied avec tête d'homme. Céramique. Hauteur: 22 cm. Provient de la tombe 10 d'El Petén, Tikal, Guatemala. Museo Sylvanus G. Morley, Tikal. 

Crédits : F. Guénet/ AKG

Afficher

Une dynastie ancienne

On ne peut, à l'inverse, minimiser son rôle et son prestige. Tikal est d'abord le site maya le plus impressionnant avec ses enchevêtrements de constructions sur 8 000 mètres carrés, dont ses élégants temples qui émergent de la canopée ou ses acropoles, dont l'Acropole nord, un des édifices les plus complexes du monde maya. Occupée sans interruption depuis 350 avant J.-C. jusqu'après l'effondrement de la cité (889 après J.-C.), c'est une vaste nécropole dynastique, qui au ixe siècle ne comptait pas moins de 43 stèles et 30 autels.

Acropole nord de Tikal : coupe nord-sud

Acropole nord de Tikal : coupe nord-sud

Dessin

Coupe nord-sud de l'Acropole nord de Tikal (d'après W. Coe). L'histoire de cet ensemble architectural au cœur du site s'étend sur près de dix siècles. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Tikal est surtout un vaste territoire de 60 kilomètres carrés, qui réunissait une population estimée à 60 000 habitants, dispersée dans de multiples groupes, dont certains comptent des résidences nobles. La plupart des édifices visibles aujourd'hui sont datés du Classique récent (600-900 après J.-C.), fruits d'aménagements et de constructions superposées, qui reflètent l'apogée d'une histoire remontant au Préclassique (800 av. J.-C.-250 apr. J.-C.).

Tikal (Guatemala)

Tikal (Guatemala)

Photographie

Remarquable pour son architecture monumentale, Tikal fut l'une des grandes villes maya de l'époque classique. À gauche, le temple 2, à droite, l'acropole nord (El Petén, Guatemala). 

Crédits : Simeone Huber/ Getty Images

Afficher

Dans l'état du déchiffrement de l'écriture, Tikal dispose de la plus longue histoire dynastique avec 33 dirigeants identifiés pour plus de 800 ans d'existence. Le premier dont on connaît le nom, Yax Ehb' Xook, régnerait dès le Ier siècle de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TIKAL  » est également traité dans :

STÈLE 29 DE TIKAL (Guatemala)

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 159 mots

La date, la plus ancienne en compte maya, qui ait été déchiffrée, 8.12.14.8.15, correspond au 6 juillet 292 de notre ère. Elle marque le début de la période classique, et les prémices de la prédominance de Tikal, au cœur du Peten (Guatemala). Une autre date plus ancienne, déchiffrée sur une boucle d'oreille en jade, reste toujours discutée. Hors de la zone may […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stele-29-de-tikal/#i_36793

MASQUES - Le masque en Amérique

  • Écrit par 
  • Christian DUVERGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le masque dans l'Amérique préhispanique »  : […] Jusqu'à la conquête espagnole, la principale vocation du masque en Amérique a été d'ordre funéraire. C'est presque toujours dans des tombes que ce type d'objet a été rencontré. De Teotihuacán (Mexique central) proviennent des séries de masques célèbres : les formes stéréotypées ont été traitées par les artistes dans la serpentine, la néphrite, le basalte, la jadéite, l'albite, avec parfois des in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-amerique/#i_36793

MAYAS

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 6 648 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le Classique ancien : un conflit dramatique »  : […] Le Classique ancien (300-600 apr. J.-C.) est dominé par la rivalité qui oppose les deux grandes cités de Tikal et Calakmul, avec en arrière-plan l'ombre menaçante de Teotihuacán. Calakmul, comme Tikal, a entamé sa croissance dès le Préclassique récent, et les travaux mettent au jour des édifices, des frises, des sépultures prestigieuses qui témoignent de l'ancienneté de son occupation. Sans qu'on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mayas/#i_36793

NAACHTUN SITE ARCHÉOLOGIQUE D'

  • Écrit par 
  • Philippe NONDÉDÉO
  •  • 1 144 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une capitale régionale »  : […] Les recherches récentes ont montré que la cité a été habitée pendant un millénaire environ. Elle a été fondée au début du Classique ancien (150-600 apr. J.-C.), vraisemblablement vers 150, et abandonnée autour de l’an mille. Autant dire qu’elle couvre l’ensemble de la période classique. Avec ses quelque soixante-six monuments sculptés, Naachtun fut le siège d’un important royaume des basses terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/site-archeologique-d-naachtun/#i_36793

PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Brigitte FAUGÈRE, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Éric TALADOIRE
  • , Universalis
  •  • 17 156 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Teotihuacán, première ville mésoaméricaine »  : […] Parmi les traits qui font de Teotihuacán un phénomène unique en Méso-Amérique, certains méritent une attention particulière. Il s'agit d'abord de sa croissance fulgurante. De grosse bourgade qu'elle était au dernier siècle avant notre ère, elle atteint dès 150-200 après J.-C. le statut d'une véritable ville, dont la superficie couvre près de 20 km 2 densément peuplés. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precolombiens-meso-amerique/#i_36793

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric TALADOIRE, « TIKAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tikal/