KLEIN YVES (1928-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Faux départ et vrais débuts

Le père d'« Yves le Monochrome », Fred Klein, était un peintre hollandais figuratif. Quant à sa mère, Marie Raymond, niçoise, elle avait acquis une réelle notoriété comme peintre abstrait. Elle recevait lors de ses lundis le Tout-Paris des arts, que le fils de la maison eut ainsi l'occasion de côtoyer – excellente éducation artistique, par imprégnation. Initié au judo à Nice, où il résidait chez sa tante, Yves Klein était décidé à devenir judoka professionnel quand il se rendit au Japon, en 1952, pour acquérir une solide formation. Lorsqu'il revint à Paris, titulaire d'une ceinture noire 4e dan obtenue au très fameux Kōdōkan de Tōkyō, ses démêlés avec la Fédération française de judo anéantirent ses espoirs professionnels. Parti enseigner le judo en Espagne, il élabora à Madrid un livre d'artiste, Yves Peintures (1954) : une suite de planches monochromes de diverses couleurs qui reproduisent, par anticipation, des tableaux encore inexistants.

En 1955, Klein souhaita exposer à Paris un monochrome orange au salon des Réalités nouvelles, dévolu à l'art abstrait. Le comité d'organisation refusa l'œuvre car « une seule couleur unie », cela paraissait insuffisant. Klein organisa alors une exposition, Yves Peintures, dans les salons privés des éditions Lacoste. Il fit à cette occasion la connaissance de Pierre Restany, critique d'art qui devint son mentor et avec lequel il développa une véritable collaboration. Grâce à son soutien, le jeune artiste exposa en 1956, toujours à Paris, dans une galerie d'art réputée, celle de Colette Allendy.

Restany nomma « Propositions monochromes » les peintures unicolores de l'artiste. Des tableaux entièrement recouverts d'une seule couleur, notamment ceux de Rodtchenko (1921), puis ceux de Rauschenberg (1951), avaient déjà été exposés, mais jamais sous l'appellation de « Peintures monochromes ». Ce genre pictural, dûment désigné par une notion qui permet d'en reconnaître l'existence, est donc apparu avec les œuv[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction, monochromie et fin de l'art »  : […] s'il s'agissait encore là d'art abstrait. Dans son journal, Yves Klein répond par la négative : il s'avoue « heureux de ne pas être un peintre abstrait ». Le premier tableau qu'il soumit à l'approbation du monde de l'art ne fut pas acceptée au Salon des réalités nouvelles de 1955. Les membres du comité d'organisation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_22377

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'action contre l'œuvre »  : […] Il est communément admis que les premiers signes d'un art conjuguant comportement et action se trouvent dans l'expérience des « femmes pinceaux » d'Yves Klein qui, en 1958, ont donné naissance aux premières Anthropométries, mais également dans les Sculptures vivantes de l'Italien Piero Manzoni, véritable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/body-art/#i_22377

CLERT IRIS (morte en 1986)

  • Écrit par 
  • René PASSERON
  •  • 288 mots

elle l'a raconté dans son « Journal », Iris Time. Ses plus belles trouvailles relèvent d'un art de la mise en scène sociale. Le vernissage des Monochromies bleues d'Yves Klein (1956) avait attiré dans un local de 20 m2, rue des Beaux-Arts, trois mille personnes. Elle a raconté sa vie dans six cassettes intitulées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iris-clert/#i_22377

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « Le comportement de l'artiste définit l'œuvre elle-même »  : […] , simple plaque de Plexiglas jetée dans le lac de Lauerz, en 1957), les Anthropométries (1960) d'Yves Klein, peintures obtenues en faisant se déplacer sur une toile des personnages féminins (pinceaux vivants) préalablement recouverts de peinture bleue, et surtout les travaux de Piero Manzoni tels que la Merde d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/happening/#i_22377

INSTALLATION

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immersion par la couleur »  : […] du sensible s'opère à travers un premier élément déclencheur : la couleur. Un des prototypes d'installation immersive est l'exposition d'Yves Klein (1928-1962), « Le vide », inaugurée le 28 avril 1958 à la galerie Iris Clert, à Paris. Cette initiation au monde suprasensible de l'immatériel se traduit par un bain conditionnant de couleur bleue, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/installation/#i_22377

MANZONI PIERO (1933-1963)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  • , Universalis
  •  • 1 684 mots

Dans le chapitre « Désacralisation de l'art »  : […] L'œuvre protéiforme de Manzoni fut souvent mise en parallèle avec celle d'Yves Klein, son contemporain. On a parfois voulu réduire leurs rapports à l'influence de l'aîné (Klein était né en 1928) sur son cadet. Il serait plus judicieux de les examiner sous l'angle de la différence. Au monochrome de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-manzoni/#i_22377

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 831 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monochrome, nouveau genre pictural »  : […] Mais c'est sans doute avec Yves Klein (1928-1962) que s'ouvre une nouvelle ère pour la monochromie picturale. Il inaugure son parcours d'artiste par la réalisation d'un recueil de « reproductions », Yves Peintures (1954). Dans chaque exemplaire de ce portfolio, Klein réunit une dizaine de papiers unis colorés, présentés comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/#i_22377

NON-ART

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 4 020 mots

Dans le chapitre « Aberrant catalogue d'un musée contradictoire »  : […] En 1958, Yves Klein fait l'exposition du vide : vernissage des murs nus de la galerie Iris Clert à Paris. En 1960, Arman remplit à ras bord la même galerie avec les ustensiles les plus divers. Au Salon de mai 1960, la presse parle d'un attentat à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-art/#i_22377

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Les nouveaux réalistes avec Yves Klein et après lui »  : […] émotionnel, ces arguties ne purent enrayer les effets causés, en juin 1962, par la mort d'Yves Klein sur la cohésion du groupe. Non qu'avec lui Restany ait perdu l'artiste le plus représentatif du Nouveau Réalisme – loin s'en faut. Après leur rencontre, Klein s'était attelé, avec l'énergie obsessionnelle qui le caractérisait, à la mise au point d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-realisme/#i_22377

LA PEINTURE MONOCHROME. HISTOIRE ET ARCHÉOLOGIE D'UN GENRE (D. Riout)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 388 mots

Selon Denys Riout, la création du concept générique ou, plutôt, l'invention du genre peinture monochrome doit être attribuée à Yves Klein ; ce qui justifie que l'ouvrage commence par cet artiste et se termine au xixe siècle. Sans doute, d'autres artistes avant Yves Klein, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-peinture-monochrome-histoire-et-archeologie-d-un-genre/#i_22377

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Performance et tradition orale »  : […] au moins cette œuvre est visible. » Visible – ou respirable... « Ainsi le peintre Yves Klein peignait des tableaux monochromes, d'un bleu déterminé mais parfaitement uniforme, dont seul variait le format. Ces tableaux ne paraissaient pas être des créations car ce n'étaient pas des compositions. Ils correspondaient à une attitude en face de 1'« […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/performance-art/#i_22377

RECALCATI ANTONIO (1938-    )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 010 mots

Né en 1938 dans la banlieue de Milan, à Bresso, Antonio Recalcati, fils d'ouvrier, rêvait de devenir chanteur à la Scala. Il devint peintre, mais toute son œuvre garde la trace de ce rêve d'enfant : la « furia » d'un spectacle grandiose, où la réalité vécue acquiert les dimensions d'une épopée. Jeune héros déçu, il a présenté sa première exposition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-recalcati/#i_22377

UECKER GÜNTHER (1930-    )

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 619 mots

lors son outil et son matériau de prédilection. Frère de l'artiste Rotraut, qui épouse Yves Klein en premières noces en 1962, Uecker se lie d'amitié avec l'artiste français et rencontre par son intermédiaire Otto Piene et Heinz Mack, fondateurs du groupe Zero en 1957 à Düsseldorf. Les expositions nocturnes de Zero – dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gunther-uecker/#i_22377

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys RIOUT, « KLEIN YVES - (1928-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-klein/