KLEIN YVES (1928-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du bleu à l'immatériel

Au cours d'un débat avec le public organisé dans la galerie Allendy, Klein comprit que le public reconstituait une « polychromie décorative » à partir des monochromes de diverses couleurs accrochés aux cimaises. Afin d'imposer sa conception de la « couleur seule », l'artiste radicalisa son propos. Il saisit l'occasion qui lui était offerte par son exposition programmée à la galerie Apollinaire de Milan, en 1957, où il présenta onze tableaux de formats identiques. Tous peints avec le même bleu, de même texture, ils paraissaient interchangeables. Selon l'artiste, les amateurs attentifs surent néanmoins percevoir, au-delà des apparences, la singularité de chacune de ses « Propositions monochromes ». Ils auraient même accepté de payer des prix différents pour acquérir l'une ou l'autre de ces œuvres, que seule distinguait la qualité spécifique d'une « sensibilité picturale » invisible.

L'exposition milanaise devait suggérer à l'imagination de l'artiste une nouvelle voie : il était possible de se passer du tableau, du support physique de la « sensibilité picturale ». Klein était alors décidé à se lancer dans une « course vers l'immatériel bleu ». Cette réalité picturale invisible est au cœur d'une exposition qui engendra bien des malentendus (galerie Iris Clert, Paris, 1958). Entrée dans la légende sous un titre qui n'en facilite guère la compréhension, elle demeure l'une des manifestations phares de l'art du xxe siècle. Klein l'a tout d'abord nommée La Spécialisation de la sensibilité à l'état matière première en sensibilité picturale stabilisée, avant de se rallier à la dénomination qui lui fut spontanément donnée par la critique et le public : Exposition du vide.

La galerie, dont les murs avaient été repeints en blanc, paraissait absolument vide. Le dispositif global était cependant articulé en deux volets : à l'intérieur régnait la « sensibilité picturale immatérielle », mais à l'extérieur, des rappels de la monochromie avaient été ménagés. L'invitation fut affranchie avec un timbre bleu, évocation des tableaux monochromes que les amateurs d'art avaient pu voir quelques mois auparavant. La vitrine de la petite galerie était peinte en bleu. Le public devait entrer par le portail de l'immeuble, encadré d'une draperie – bleue, bien sûr. Inscrit dans le souvenir, réactivé par sa présence périphérique, le bleu était aussi incorporé : avant qu'ils ne pénètrent à l'intérieur de la galerie, les visiteurs étaient invités à ingérer un cocktail bleu (gin, cointreau et bleu de méthylène). Cette communion préparatoire avec la couleur emblématique de l'artiste, lui-même incarnation de la monochromie, constituait le dernier jalon du parcours propédeutique mis en place. Klein le dit sans aucune ambiguïté : « Ainsi, le bleu tangible et visible sera dehors, à l'extérieur, dans la rue, et, à l'intérieur, ce sera l'immatérialisation du Bleu. » La galerie, habitée par un « état pictural invisible mais présent », n'était donc nullement « vide », en dépit des apparences.

L'artiste s'appuie sur la mémoire du tableau, « cendre » de son art, pour promouvoir des constructions spéculatives qui articulent dans un geste poétique le visible, le bleu, à la périphérie, et l'invisible présence de son rayonnement, accessible aux seuls yeux de l'esprit. Le mode d'existence des œuvres invisibles requiert une saisie indirecte. Elle est rendue possible par un système de désignations : lieux d'inscription, images de l'absence, déclarations et textes qui manifestent l'existence du geste et de la pensée qui le sous-tend. Après le succès de son exposition « du vide », Klein conçut des cessions de Zones de sensibilité picturale immatérielle pour lesquelles il mit en place un « rituel ». Chacune des zones, numérotées, était payable en or. Des carnets à souches furent imprimés. Si l'acheteur désirait devenir pleinement propriétaire de la zone achetée, il devait brûler son reçu devant témoins, pendant que l'artiste restituait à la nature la moitié de l'or qui lui avait été remis en paiement.

Quatre reçus furent conservés par les acquéreurs. Trois cessions complètes, avec destruction du reçu par le feu, ont bénéficié d'un reportage photographique, enregistrement en images conçu pour témoigner du rituel accompli. C'est ainsi que nous pouvons voir Dino Buzzati, Claude Pascal ou encore Michael Blankfort brûler leurs reçus, afin de s'approprier pleinement la « sensibilité immatérielle », tandis que l'artiste j [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  KLEIN YVES (1928-1962)  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction, monochromie et fin de l'art »  : […] La réduction moderniste conduit la peinture à la stricte monochromie, et on s'est demandé s'il s'agissait encore là d'art abstrait. Dans son journal, Yves Klein répond par la négative : il s'avoue « heureux de ne pas être un peintre abstrait ». Le premier tableau qu'il soumit à l'approbation du monde de l'art ne fut pas acceptée au Salon des réalités nouvelles de 1955. Les membres du comité d'org […] Lire la suite

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'action contre l'œuvre »  : […] L'origine de cette situation réside peut-être dans l'enseignement du musicien John Cage au Black Mountain College, en Caroline du Nord. Dès 1952, il y organise simultanément des lectures de poésie, des concerts de musique, des conférences, des exercices de peinture et de danse ( concerted actions ) . En 1959, Allan Kaprow en développe la forme dans des actions collectives, qualifiées tout d'a […] Lire la suite

CLERT IRIS (morte en 1986)

  • Écrit par 
  • René PASSERON
  •  • 288 mots

Née à Athènes (sa date de naissance n'est pas connue), divorcée d'un mari haut placé, Iris Clert, est morte le 15 août 1986, à Cannes. Elle se considérait comme une artiste, avec la fantaisie, les sautes d'humeur, la vitalité, l'égocentrisme lyrique, l'orgueil et la féminité qu'on leur accorde souvent. Son œuvre fut sa galerie parisienne – d'abord rue des Beaux-Arts, puis rue du Faubourg-Saint-Ho […] Lire la suite

DÉMATÉRIALISATION DE L'ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Florence de MÈREDIEU
  •  • 1 626 mots

Dans le chapitre « L'immatériel, le conceptuel, le virtuel »  : […] On assiste, dans la seconde moitié du xx e  siècle, au développement d'un art qui tend à se passer le plus possible de matière, voire à s'en affranchir totalement. À la fin des années 1950, Yves Klein se fait le chantre de l'immatériel. Toiles monochromes (à partir de 1955), exposition « du vide » (1960), cession de Zones de sensibilité picturale immatérielle ou projet (avec Claude Parent) d'une […] Lire la suite

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « Le comportement de l'artiste définit l'œuvre elle-même »  : […] Depuis Marcel Duchamp qui, en 1919, avait fait tonsurer son crâne en forme d'étoile filante, l'œuvre d'art tend à se placer de plus en plus en retrait de son auteur. Occultée elle aussi derrière le surréalisme officiel (imagier par rapport au surréalisme de comportement, plus souterrain et resté méconnu), cette notion a trouvé sa véritable incarnation autour des années 1960 avec la brutale irrupt […] Lire la suite

INSTALLATION, art

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immersion par la couleur »  : […] La seconde direction prise par l'art de l'installation est proche des théories développées dans Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty (1945). L'expérience plastique du sensible s'opère à travers un premier élément déclencheur : la couleur. Un des prototypes d'installation immersive est l'exposition d'Yves Klein (1928-1962), « Le vide », inaugurée le 28 avril 1958 à la galerie […] Lire la suite

MANZONI PIERO (1933-1963)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  • , Universalis
  •  • 1 684 mots

Dans le chapitre « Désacralisation de l'art »  : […] L'œuvre protéiforme de Manzoni fut souvent mise en parallèle avec celle d'Yves Klein, son contemporain. On a parfois voulu réduire leurs rapports à l'influence de l'aîné (Klein était né en 1928) sur son cadet. Il serait plus judicieux de les examiner sous l'angle de la différence. Au monochrome de Klein, Manzoni opposa certes ses Achromes – dont la matérialité importe plus que la blancheur. Mais […] Lire la suite

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 838 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monochrome, nouveau genre pictural »  : […] Alors que le monochrome était considéré sous les auspices d'une analytique réductionniste qui procédait par élimination, des artistes introduisent, au cours des années 1950, d'autres problématiques. Loin d'être un terme, la monochromie, table rase, peut apparaître comme un commencement. Les White Paintings et les Black Paintings exposées par Robert Rauschenberg (1925-2008) à la Stable Gallery ( […] Lire la suite

NON-ART

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 4 020 mots

Dans le chapitre « Aberrant catalogue d'un musée contradictoire »  : […] Dans Un autre monde (1844), le dessinateur Jean Isidore Grandville imagine (entre autres choses) un art différent. Il montre, dans un musée, un gigantesque pouce ; des plantes réelles que viennent manger les oiseaux ; des bras armés qui se meuvent, sortent de la toile et menacent la vie des spectateurs ; des objets non identifiables dont peut-être certains sont des dos de toiles et d'autres des c […] Lire la suite

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Les nouveaux réalistes avec Yves Klein et après lui »  : […] Si elles ont pu contribuer à en relativiser l'impact émotionnel, ces arguties ne purent enrayer les effets causés, en juin 1962, par la mort d'Yves Klein sur la cohésion du groupe. Non qu'avec lui Restany ait perdu l'artiste le plus représentatif du Nouveau Réalisme – loin s'en faut. Après leur rencontre, Klein s'était attelé, avec l'énergie obsessionnelle qui le caractérisait, à la mise au point […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denys RIOUT, « KLEIN YVES - (1928-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-klein/