Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WREN sir CHRISTOPHER (1632-1723)

Wren est le plus célèbre architecte anglais et, dans ses projets les plus réussis, probablement le plus éminent. Son œuvre est inégale, en partie à cause de son absence de formation, mais aussi parce que ses protecteurs et surtout la Couronne ne disposaient pas des fonds nécessaires pour exécuter ses plans les plus ambitieux. Sa production fut prodigieuse : la cathédrale Saint Paul et cinquante-deux églises à Londres, trois palais, deux hôpitaux importants et un grand nombre d'ouvrages mineurs. Dans ses premières constructions et jusque vers 1675, il s'appuie beaucoup, pour le détail, sur les traités de Serlio et de Palladio, mais son style change au cours des années quatre-vingt. Son échelle s'agrandit, et, dans ses projets, il assemble fréquemment les différents corps de bâtiment ; en fait, la conception en est baroque, bien qu'on puisse admettre qu'il s'agit d'un baroque mesuré. Wren ne visita jamais l'Italie, de sorte qu'il devait tirer des gravures ses notions du baroque intégral. En 1665, antérieurement à sa décision définitive de devenir architecte, il fit un unique voyage sur le Continent (en France), mais il en garda une impression profonde. Depuis cette date et jusqu'à la fin du siècle, il contribua essentiellement à faire comprendre à l'Angleterre l'architecture classique.

Les années de formation

Wren naquit à East Knoyle dans le Wiltshire : sa jeunesse fut consacrée à la science et aux mathématiques où il excellait. Avant l'âge de trente ans, il occupa deux chaires d'astronomie à Londres, puis à Oxford, et fut, en 1661, membre fondateur de la Société royale des sciences. Cette culture scientifique lui donna le goût de résoudre les problèmes, et ses connaissances mathématiques lui furent précieuses.

Ses premiers ouvrages furent commencés avant 1665. Le plus important concerne le Sheldonian Theatre à Oxford, où se posait le problème de couvrir un vaste espace sans le soutien de colonnes intérieures ; Wren eut recours à des formes de bois triangulaires auxquelles le plafond était fixé. Le résultat suscita la vive admiration de ses contemporains bien que la conception de l'extérieur ne fût pas encore très perfectionnée.

Sheldonian Theatre, Oxford - crédits : John Bethell/  Bridgeman Images

Sheldonian Theatre, Oxford

Sheldonian Theatre, façade, Oxford - crédits : John Bethell/  Bridgeman Images

Sheldonian Theatre, façade, Oxford

Les travaux de Wren à la Société royale des sciences attirèrent rapidement l'attention du roi, ce qui eut un rôle important dans la suite de sa carrière. Cette période de formation s'achève par le voyage en France en 1665-1666.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sheldonian Theatre, Oxford - crédits : John Bethell/  Bridgeman Images

Sheldonian Theatre, Oxford

Sheldonian Theatre, façade, Oxford - crédits : John Bethell/  Bridgeman Images

Sheldonian Theatre, façade, Oxford

Cathédrale Saint-Paul, Londres, déambulatoire - crédits :  Bridgeman Images

Cathédrale Saint-Paul, Londres, déambulatoire

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

    • Écrit par Monique MOSSER
    • 7 827 mots
    • 30 médias
    ...commerciale, reste pour longtemps influencée par les modèles hollandais (dominante de la brique, maisons à pignon). Le paradoxe de la carrière de Christopher Wren (1632-1723) est que ce savant de la Royal Society, féru de mathématiques et de physique, professeur d'astronomie, n'ait reçu aucune formation en matière...
  • BAROQUE

    • Écrit par Claude-Gilbert DUBOIS, Pierre-Paul LACAS, Victor-Lucien TAPIÉ
    • 20 831 mots
    • 23 médias
    ...Jones, disciple convaincu de Palladio, s'est maintenu dans la tradition architecturale. Mais l'Angleterre a possédé, en la personne de C.  Wren (1632-1723), l'un des plus grands architectes du temps, excellent mathématicien, doué d'un génie inventif, et connaisseur des œuvres du continent....
  • COUPOLE

    • Écrit par Jean-Pierre ADAM
    • 1 406 mots
    • 6 médias

    On désigne par « coupole » tout système de couverture d'un espace circulaire ou proche de ce plan, ayant un volume hémisphérique ou conique. Toutefois, l'aspect familier des dômes n'a pu faire son apparition qu'avec l'invention des voûtes clavées, de la maçonnerie liée au mortier...

  • DENIS JEAN-BAPTISTE (1643-1704)

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 523 mots
    • 1 média

    Le 15 juin 1667, Jean-Baptiste Denis, médecin parisien formé à Montpellier, diplômé en 1667, réussit à injecter dans les veines d’un jeune homme affaibli par des saignées successives l’équivalent de 300 millilitres de sang d’un agneau. Denis venait de réaliser la première transfusion de sang chez l’homme....

Voir aussi