FORSYTHE WILLIAM (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un artiste de son temps

Forsythe s'inscrit dans les grands courants artistiques de son époque : arts plastiques, architecture, performance. En plus de son activité dans le ballet avec des pièces composites et d'autres qui relèvent de la danse pure comme Herman Schmerman (T. Willems, 1992), The Room As It Was (T. Willems, 2002) ou One Flat Thing, Reproduced (T. Willems, 2000), où le mouvement est contraint par une vingtaine de grandes tables métalliques, Forsythe crée des installations architecturales avec Daniel Libeskind en Allemagne, Artangel à Londres, Creative Time à New York, City of abstract à Paris en 2003 et en 2006 une autre au musée du Louvre inspirée du dernier tableau de Bacon. « Réunir, dans le cadre d'une installation publique, des gens qui vont, en fonction de leurs déplacements, modifier le dispositif, est pour moi un concept chorégraphique. »

Dans cette même ligne de pensée, Forsythe développe des installations chorégraphiques astucieuses – qu’il appelle objets chorégraphiques – qui mettent en mouvement des objets révélant des procédés utilisés en chorégraphie comme le contrepoint ou les déplacements induits par un jeu de forces contradictoires. Citons Scattered Crowd (2002), qui réunit dans une pièce des milliers de ballons flottant dans l’espace, et Nowhere and Everywhere at the Same Time No 2 (2013), qui rassemble jusqu’à quatre cents pendules de plomb suspendus chacun au bout d’un fil et qui adoptent tous le même mouvement de balancement, mais dans un temps décalé. En entrant dans ces installations, le visiteur devient acteur, se promène au milieu des ballons ou bouge au rythme des pendules pour se frayer un chemin.

À partir du début des années 2000 et de sa pièce Kammer/Kammer, William Forsythe n’utilise plus le vocabulaire classique. Tous ses ballets sont alors créés à partir de processus d’improvisation complexes réalisés avec ses danseurs. On peut citer Human Writes (2005), Heterotopia (2006), Yes we can’t (2010), I Don’t Believe in Outer Space (2008). W [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  FORSYTHE WILLIAM (1949- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le renouvellement du ballet »  : […] Les hostilités entre la danse classique et la danse moderne se sont atténuées. L'Opéra de Paris en offre l'exemple. Après les expériences faites avec Carlson et Garnier, Noureev décide, en 1989, que toute la troupe peut danser les commandes qu'il passe à Twyla Tharp ou Maguy Marin. Par la suite, cette grande institution ouvrira ses portes à des compagnies contemporaines telles que celles de Cunni […] Lire la suite

GUILLEM SYLVIE (1965- )

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 689 mots

Dans le chapitre « L'envol d'une étoile »  : […] En 1981, c'est l'engagement dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris, l'apprentissage, les places à tenir dans les ensembles. Sylvie Guillem prend pour une simple formalité les concours annuels qui lui permettent de gravir les échelons de la hiérarchie et de se faire reconnaître des spécialistes. Elle n'est d'ailleurs jamais en peine de succès. En témoigne la médaille d'or décrochée en 1983 au […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernadette BONIS, Jean-Claude DIÉNIS, Agnès IZRINE, « FORSYTHE WILLIAM (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-forsythe/