FORSYTHE WILLIAM (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chorégraphe américain William Forsythe a marqué la fin du xxe siècle en renouvelant le ballet qu'il a dégagé de ses liens avec le répertoire classique. À la tête du Ballet de Francfort durant vingt ans (1984-2004), puis de la Forsythe Company (2005-2014), il a fait apparaître en effet de nouvelles possibilités d'utilisation du langage classique en le déstructurant au profit d'une virtuosité inhabituelle. Curieux et pragmatique, il a su intégrer au ballet les théories de la danse moderne. Influencé par le structuralisme, il substitue à la vision organisée du ballet traditionnel celle d'un monde déconstruit. Reconnu par tous, y compris par ceux qui dénient à la danse classique la possibilité d'exprimer des thèmes actuels, Forsythe démontre d’abord avec éclat que le ballet et son vocabulaire classique peuvent intégrer la modernité par l'écriture, avant de s’en éloigner définitivement pour créer des pièces résolument contemporaines, voire des essais chorégraphiques sans danseur, mais avec des objets.

Un New-Yorkais

Né en 1949 à New York où il a grandi et reçu sa première formation, William Forsythe, par sa capacité d'assimilation des nouveautés, garde la marque de cette métropole de la culture moderne. Son intérêt pour le mouvement commence avec la comédie musicale et le rock and roll dont les combinaisons rythmiques et dynamiques valorisent virtuosité et rapidité dans l'improvisation. À l'université de Jacksonville (Floride), il étudie la danse classique et le jazz. Il passe ensuite à l'école du Joffrey Ballet à Chicago et intègre la compagnie en 1971. En 1973, il est engagé par John Cranko qui a fondé à Stuttgart l'une des plus brillantes compagnies européennes. Malheureusement, ce dernier décède l'année même de l'engagement du danseur à Stuttgart. C'est en 1976 que Forsythe se fait remarquer avec une première pièce, Urlicht (musique de Gustav Mahler), présentée dans le cadre des Matinées Noverre – rencontres créées par John Cranko pour repérer de jeunes talents et qui ont été maintenues avec beaucoup de pertinence par Marcia Haydée, la nouvelle directrice de la compagnie allemande. L'année suivante, Forsythe règle Daphné (musique d'Antonin Dvorák) pour le Ballet de Stuttgart et reçoit sa première commande extérieure : Bach Violinkonzert A-Moll, à l'intention du Ballet de Bâle.

Il est remarqué en 1980 pour une pièce intitulée Say Bye Bye que le Nederlands Dans Theater monte à La Haye. William Forsythe vient de quitter le Ballet de Stuttgart, choisissant une carrière de chorégraphe indépendant. Rudolf Noureev, alors directeur du Ballet de l'Opéra de Paris, n'hésite pas à faire appel à lui en 1983 pour France/Dance (musique de J. S. Bach). Il s'agit encore d'une œuvre de jeunesse, mais on y décèle une originalité et une vigueur certaines, et aussi le sens de la caricature.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FORSYTHE WILLIAM (1949- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le renouvellement du ballet »  : […] Les hostilités entre la danse classique et la danse moderne se sont atténuées. L'Opéra de Paris en offre l'exemple. Après les expériences faites avec Carlson et Garnier, Noureev décide, en 1989, que toute la troupe peut danser les commandes qu'il passe à Twyla Tharp ou Maguy Marin. Par la suite, cette grande institution ouvrira ses portes à des compagnies contemporaines telles que celles de Cunni […] Lire la suite

GUILLEM SYLVIE (1965- )

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 689 mots

Dans le chapitre « L'envol d'une étoile »  : […] En 1981, c'est l'engagement dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris, l'apprentissage, les places à tenir dans les ensembles. Sylvie Guillem prend pour une simple formalité les concours annuels qui lui permettent de gravir les échelons de la hiérarchie et de se faire reconnaître des spécialistes. Elle n'est d'ailleurs jamais en peine de succès. En témoigne la médaille d'or décrochée en 1983 au […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernadette BONIS, Jean-Claude DIÉNIS, Agnès IZRINE, « FORSYTHE WILLIAM (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-forsythe/