BYRD WILLIAM (1540 env.-1623)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en 1563 que, par décret royal, William Byrd fut nommé organiste de la cathédrale de Lincoln, l'année même où la reine Élisabeth devait édicter les Trente-Neuf Articles propres à consolider l'anglicanisme en face du pouvoir de la papauté. De confession catholique, le jeune musicien commençait ainsi une carrière qui, comparée à celle de ses confrères, devait être, en partie grâce à la protection de la souveraine, l'une des plus longues et des plus brillantes de son temps.

Éléments biographiques

La nomination de Byrd comme organiste de la cathédrale de Lincoln le 25 mars 1563 constitue la première date officielle que l'on possède sur sa vie. Qu'il soit né à Londres vers 1540, nous pouvons le déduire d'un acte signé en octobre 1598 dans lequel le maître déclare être « dans sa cinquante-huitième année environ », et c'est le 4 juillet 1623, à Stondon Massey, dans l'Essex, qu'il devait quitter ce monde. Les autres faits de sa vie personnelle sont pour nous d'intérêt anecdotique : on sait qu'il s'est marié deux fois et qu'il a eu cinq enfants de ses deux mariages, dont quatre, semble-t-il, de sa première femme ; le deuxième, Thomas, avait eu Tallis pour parrain. On sait aussi que Byrd a été entraîné dans plusieurs procès concernant divers baux de propriété et qu'après quelques années passées à Lincoln, devenu en 1572 « Gentleman » de la Chapelle royale, il se fixe d'abord à Harlington, dans le Middlesex, puis à Stondon Massey, où il passe les trente dernières années de sa vie, et où il est enterré auprès de sa seconde épouse.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur à l'université de Rouen, musicologue, chef d'orchestre

Classification

Autres références

«  BYRD WILLIAM (1540 env.-1623)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période élisabéthaine et jacobéenne »  : […] Lorsque Élisabeth monte sur le trône en 1558, la relève des Taverner, Tye et Tallis n'est pas encore amorcée : de ceux qui leur succéderont, seul Byrd, encore adolescent, a déjà conscience de sa vocation. Deux facteurs importants, d'ordre sociologique et culturel, vont marquer la vie et la production musicales de cette ère : d'une part, l'apparition d'une classe nouvelle de citadins et de bourgeoi […] Lire la suite

ANTHEM, musique

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 595 mots

Du vieil anglais anteifn , du grec et du latin antifona , de l'espagnol et de l'italien antifona , l'anthem, forme de musique religieuse anglicane, est une paraphrase libre (et non une traduction littérale anglaise) de textes bibliques (psaumes de David, en particulier), chantée pendant l'office, généralement après la troisième collecte, mais le texte ne fait pas officiellement partie de la liturg […] Lire la suite

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compositeurs »  : […] Au début du xvi e  siècle, il ne semble pas qu'il y ait eu d'artistes possédant une individualité très marquée. Ce sont plutôt des « défricheurs » ; ils écrivent des préludes, des toccatas, des pièces à danser, ils transcrivent, réduisent des œuvres vocales pour un instrument non déterminé. Est-ce l'épinette, le clavicorde, le virginal, l'orgue ou le clavecin ? Le plus souvent pour ces deux dernie […] Lire la suite

MORLEY THOMAS (1557/1558-1602)

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  •  • 1 087 mots

La vie de ce compositeur coïncide à peu près exactement avec le règne d'Élisabeth I re dont il est l'un des musiciens les plus brillants et les plus représentatifs. Né à Norwich, Thomas Morley est associé à divers titres à la cathédrale de sa ville, très tôt d'abord comme petit chanteur, puis, vers 1583, comme organiste et maître de chœur. Bachelier ès musique d'Oxford en 1588, il est, la même an […] Lire la suite

VIRGINALISTES ANGLAIS

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 628 mots

Nom donné à une pléiade de compositeurs dont les œuvres voient le jour entre 1560 et 1620 environ et sont écrites pour virginal ; le terme désigne alors en Angleterre tous les instruments à clavier et à cordes pincées. Ce n'est que plus tard que sera établie la distinction entre harpsichord (clavecin) et virginal (qui deviendra synonyme d'épinette, instrument à un seul registre, sorte de petit cla […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MICHON, « BYRD WILLIAM (1540 env.-1623) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-byrd/