BULL JOHN (1562 env.-1628)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur éminent de l'âge d'or élisabéthain et jacobéen, formé à la chapelle royale, John Bull devient organiste de la cathédrale de Hereford en 1582, membre de la chapelle royale en 1585, et, en alternance avec William Byrd, il succède à son ancien maître Blitheman au poste d'organiste de cette chapelle en 1591. Docteur en musique des universités d'Oxford et de Cambridge, il est nommé en 1601 professeur de musique à Gresham College, mais profite de la faveur royale pour effectuer sur le continent de nombreux voyages. En 1613, il quitte brusquement l'Angleterre : selon lui, pour préserver sa foi catholique, plus probablement à cause d'une grave affaire de mœurs, et sous l'accusation « d'incontinence, fornication, adultère et autres graves délits ». On le retrouve à Bruxelles, organiste au service du vice-roi d'Espagne, puis en 1617 à Anvers où, à sa mort, il est enterré dans la cathédrale dont il a longtemps tenu l'orgue.

Virtuose éblouissant du virginal, Bull fut en son temps le grand spécialiste de la musique pour clavier, dont il contribua largement à fixer la technique moderne. Les quelque cent soixante pièces (dont la plupart pour virginal et quelques-unes pour orgue) qui nous sont parvenues témoignent d'un tempérament plein de feu et d'éclat, et d'une grande complexité technique. Ses pavanes et gaillardes atteignent une grandeur monumentale, ses fantaisies et ses « in nomine » ne le cèdent à personne pour la science et l'intensité expressive, et ses cycles de variations font de lui un pionnier, tandis que certaines pages autobiographiques permettent de cerner de plus près sa personnalité. À tous ces titres, il se dresse en égal aux côtés de son contemporain Sweelinck qu'il connut à Anvers (il écrivit une fantaisie sur une fugue de Sweelinck, qui cita pour sa part un des canons de Bull dans son traité de composition). Ses œuvres pour la voix sont peu nombreuses, mais on lui doit également une cinquantaine de pièces pour violes comptant parmi les plus intéressantes de l'époque.

—  Marc VIGNAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BULL JOHN (1562 env.-1628)  » est également traité dans :

VIRGINALISTES ANGLAIS

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 628 mots

Nom donné à une pléiade de compositeurs dont les œuvres voient le jour entre 1560 et 1620 environ et sont écrites pour virginal ; le terme désigne alors en Angleterre tous les instruments à clavier et à cordes pincées. Ce n'est que plus tard que sera établie la distinction entre harpsichord (clavecin) et virginal (qui deviendra synonyme d'épinette, instrument à un seul registre, sorte de petit cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virginalistes-anglais/#i_10136

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « BULL JOHN (1562 env.-1628) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-bull-compositeur/