WARIN ou VARIN JEAN (1604-1672)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur et médailleur né à Liège dans une famille française originaire de Champagne, comme le montrent les lettres de naturalisation qu'il obtient en 1650. On ne sait rien de la formation de Jean Warin ni de ses premiers travaux. On ignore s'il s'est arrêté en France au retour d'un voyage à Rome. C'est aux alentours de 1626 qu'il s'installe à Paris. Sa renommée de médailleur dépasse, à vrai dire, celle de statuaire. Il grave en médaillon l'effigie des grands personnages du temps, en particulier le roi Louis XIII (1629) et le cardinal de Richelieu (1630) qui le protège à l'occasion, car il semble bien que l'artiste ait été tenté de fabriquer de la fausse monnaie, ce qui ne l'empêcha pas de devenir, en 1647, contrôleur général des monnaies de France. Il fait partie en 1665 de l'Académie royale. Dans sa sculpture, Warin transpose la minutie, le goût du détail du graveur en médailles. Il y joint parfois une réelle acuité psychologique, comme dans son buste en bronze de Louis XIII, qu'il a peu flatté (Louvre). Il cisèle un portrait en buste de Richelieu, en or, dont il ne reste plus trace, mais dont le souvenir s'est transmis dans des répliques (la bibliothèque Mazarine en possède une, en bronze). Il taille aussi le marbre, mais s'y montre moins habile. Le buste colossal de Louis XIV reste figé, écrasé par sa perruque (Versailles). Dans le salon de Vénus, au château de Versailles, on peut voir une statue en pied du monarque, déguisé en empereur romain.

—  François SOUCHAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WARIN ou VARIN JEAN (1604-1672)  » est également traité dans :

LIÈGE, ville

  • Écrit par 
  • Jean LEJEUNE, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 6 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie culturelle »  : […] Séguier et Mazarin préparent au Roi-Soleil l'aube éclatante de son règne. Ainsi, le sculpteur et graveur Jean Warin, qui deviendra graveur général des monnaies du royaume, et Henri Dumont, maître de chapelle de Louis XIV (le peintre Gérard de Lairesse introduit en Hollande l'académisme franco-romain). Cette aventure se répète au xviiie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liege-ville/#i_33782

LOUIS, monnaie

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 298 mots

Monnaie d'or ou d'argent, frappée à partir du règne de Louis XIII, le louis tire son nom de l'effigie royale qu'il porte. La principale monnaie d'or française, l'écu, continuait à être frappée à 23 carats, alors que les monnaies étrangères s'étaient alignées sur la pistole espagnole, qui était, elle, au titre de 22 carats (916 millièmes de métal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-monnaie/#i_33782

MÉDAILLE

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 3 628 mots

Dans le chapitre « La médaille aux XVIIe et XVIIIe siècles en France ; son influence à l'étranger »  : […] Barberini, lorsqu'il séjourna à Venise, Mantoue, Bologne ou Florence, entre 1612 et 1613. Jean Varin (1604-1674), graveur, sculpteur et peintre probablement flamand d'origine, laissa une œuvre considérable, faite de médailles frappées et de médailles fondues. Voltaire le considérait « comme le premier qui tira l'art de la médaille de la médiocrité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille/#i_33782

Pour citer l’article

François SOUCHAL, « WARIN ou VARIN JEAN - (1604-1672) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/warin-varin/