VOLGA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Volga moyenne, un fleuve construit et productif

De Rybinsk à Samara, la Volga draine une région au cœur de la puissance énergétique, urbaine et industrielle de la Russie, sur trois tronçons fluviaux différenciés d'amont en aval. De Rybinsk à Nijni-Novgorod, la Volga est transformée par le lac de barrage de Gorki, qui fait tourner depuis 1955 une centrale de 520 000 kW. Plusieurs villes se succèdent sur ce segment densément peuplé, où la première révolution industrielle russe avait déjà largement essaimé et dont les usines textiles de Kostroma sont l'un des héritages. L'ensemble est dominé par la ville de Iaroslavl (604 000 habitants en 2006 mais 637 000 en 1992), carrefour ferroviaire et fluvial au croisement de la Volga et de la voie allant de Moscou à Arkhangelsk. Ce premier tronçon de la moyenne Volga, encore très lié à Moscou, se termine à Nijni-Novgorod, l'ancienne Gorki. Cette ville résume les relations complexes qui ont toujours fait de la moyenne Volga un fleuve-artère et un fleuve-barrière, l'un prenant le pas sur l'autre au fil des âges. Kremlin (c'est-à-dire forteresse) le plus avancé vers l'est au xiiie siècle, il se protégeait des menaces orientales par le fleuve et son confluent escarpé avec l'Oka, le plus grand affluent de rive droite de tout son cours. Après les conquêtes russes, c'est au contraire son quartier bas, d'au-delà l'Oka, qui a prospéré, par l'artisanat, le commerce, puis, à partir de 1817, par la plus grande foire de Russie. À l'époque soviétique, ce quartier fut très industrialisé. Après la chute de l'U.R.S.S., les usines automobiles de Gorki (GAZ) furent les seules du pays à voir leur production largement progresser et le modèle « Gazelle » continue d'inonder le pays de minibus 4×4. La plus grande ville de toute la Volga, qui comptait 1 441 000 habitants en 1992, a désormais une population de seulement 1 286 000 habitants (2007) pour la ville et 2 020 000 pour l'agglomération, la cinquième de Russie.

Au-delà de Nijni-Novgorod et de ses ponts, la Volga est un fleuve extrêmement large, difficilement franchissable et, pendant des siècles, c'est à l'est de cette barrière, et non de l'Oural, que les Russes faisaient commencer la Sibérie. Si ce tronçon de la Volga, jusqu'au-delà de Kazan, n'est plus une frontière militaire, elle reste une limite pour plusieurs nationalités importantes de la Fédération de Russie et une barrière à l'extension urbaine, sans pour autant contredire son rôle de trait d'union entre les diverses régions d'amont en aval. Continuant, pour la dernière fois, de couler d'ouest en est, le fleuve sépare la république des Maris, au nord, de la république de Tchouvachie, au sud. Contrairement à celle-là, celle-ci a son centre démographique et économique tourné vers la Volga. En aval de sa capitale, Tcheboksary (443 000 habitants en 2005), le plus récent des grands barrages de la Volga a été mis en eau en 1980 et sa centrale a une puissance de 1 404 000 kW. Au-delà commence la république du Tatarstan, la deuxième la plus peuplée de la Fédération, la seule, hors la Tchétchénie, à avoir revendiqué aussi longtemps sa souveraineté à l'époque de Boris Eltsine. Kazan, la capitale tatare, significativement située en rive gauche (c'est-à-dire du côté non protégé par le fleuve, en se plaçant du point de vue russe), avait été conquise par Ivan le Terrible en 1552, l'une des plus grandes dates de l'histoire russe. C'est à partir de ce moment que la Volga est devenue la Mère de la Russie. Les descendants de la Horde d'or se sont ensuite beaucoup mélangés au peuple russe, mais une importante minorité a conservé de fortes traditions. Kazan, capitale de la seule république musulmane de la Volga, qui a inauguré en 2005 la plus grande mosquée d'Europe, compte aujourd'hui 1 110 000 habitants (2005) pour une agglomération de 1 360 000 habitants, qui ne cesse, contrairement à la plupart des autres villes de la Volga, de grandir. Il est vrai que la manne des gisements pétroliers du Tatarstan est pour beaucoup dans ce dynamisme de la capitale.

C'est à Kazan que le fleuve fait définitivement un coude pour couler vers le sud. Moins de 100 kilomètres en aval de la ville, la Volga reçoit son plus g [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université d'Orléans, président du C.S.T. du pôle-relais zones humides intérieures

Classification

Autres références

«  VOLGA  » est également traité dans :

ANNEAU D'OR

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 4 071 mots

Dans le chapitre « Iaroslavl et Kostroma »  : […] Les villes de Iaroslavl et de Kostroma connurent un épanouissement particulier au xvii e  siècle, grâce à la Volga, principale artère fluviale de la Russie. Toutes deux étaient de grandes cités de marchands, ce qui détermina en partie leur caractère architectural. La première fut fondée par Iaroslav Vladimirovitch le Sage (978-1054), prince de Kiev, en 1010 et fut, jusqu'en 1463, la capitale d'un […] Lire la suite

ASTRAKHAN

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 338 mots

S'étendant sur les deux rives du bras principal de la Volga, à une centaine de kilomètres de la mer Caspienne, Astrakhan, chef-lieu de la région administrative de la Fédération de Russie du même nom, comptait déjà 113 000 habitants en 1897. Par rapport à ses rivales du xix e  siècle, elle a connu une croissance moins rapide durant la période soviétique : elle accueillait 465 000 citadins en 1980 e […] Lire la suite

CASPIENNE MER

  • Écrit par 
  • Aleksï Nilovitch KOSAREV, 
  • Oleg Konstantinovitch LEONTIEV, 
  • Lewis OWEN
  • , Universalis
  •  • 4 463 mots
  •  • 2 médias

La mer Caspienne (appelée en russe Kaspiïskoïe More , en persan Darya-ye Khazar ou Darya-ye Mazandaran ), plus grande étendue d'eau continentale au monde, est située à l'est du Caucase et à l'ouest de l'immense steppe d'Asie centrale. Son nom proviendrait des Caspi, anciennes populations scythes de la Transcaucasie, région située à l'ouest de ses côtes. Parmi ses autres appellations historique […] Lire la suite

KAZAN, ville

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 544 mots

La ville de Kazan est la capitale de la République du Tatarstan, en Russie occidentale. Elle se situe sur la Volga, à son confluent avec la Kazanka (rive nord du réservoir de Samara) et s'étend sur 25 kilomètres environ en bordure d'un ensemble de collines ravinées. L'ancienne Kazan (Iske Kazan) fut fondée à la fin du xiii e   siècle, vraisemblablement par les Mongols (Tatars) de la Horde d'Or […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 556 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Les transports intérieurs, talon d'Achille de l'économie »  : […] Si l'immensité présente l'intérêt de multiplier les ressources tant minérales que biologiques, elle présente l'inconvénient de les disperser sur une vaste surface. À cela se superpose un handicap supplémentaire : les ressources de base (hydrocarbures, houille, hydroélectricité, minerais) se trouvent en Sibérie, alors que la population et l'industrie de transformation restent massivement situées à […] Lire la suite

SAMARA, anc. KOUIBYCHEV, Russie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 398 mots

Située à quelque 900 kilomètres au sud-sud est de Moscou, au confluent de la Volga et de la Samara, la ville de Samara est le chef-lieu de la région ( oblast ). Forteresse édifiée en 1586 afin de protéger la voie commerciale de la Volga, Samara ne tarda pas à se transformer en un grand centre d'affaires, ce qui lui valut de devenir par la suite capitale administrative régionale. En 1935, la ville […] Lire la suite

VOLGOGRAD, anc. TSARITSYNE puis STALINGRAD (1925-1961)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 316 mots

Située sur la Volga, Volgograd (anc. Tsaritsyne, puis Stalingrad) est une ville du sud-ouest de la Russie, chef-lieu de la région ( oblast ) éponyme. Sa fondation remonte à l'édification de la forteresse de Tsaritsyne en 1589, qui avait pour vocation de protéger les territoires russes récemment acquis dans la vallée de la Volga. Au cours de la guerre civile russe (1918-1920), Joseph Staline or […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-21 novembre 2017 Russie. Détection d'un rejet de ruthénium 106 en Europe.

L’IRSN estime que « la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural » et que celui-ci provient d’« installations du cycle du combustible nucléaire ou de fabrication de sources radioactives ». La Russie, comme le Kazakhstan, niera dans les jours suivants être à l’origine de ce rejet. Le 20, l’agence de météorologie russe Rosguidromet reconnaît qu’une concentration « extrêmement élevée » de ruthénium 106 a été enregistrée en septembre dans des stations d’observation de l’Oural. […] Lire la suite

14-16 décembre 1992 Allemagne – Russie. Visite officielle du chancelier Helmut Kohl en Russie

En revanche, la question soulevée par Berlin de l'attribution d'un territoire autonome aux deux millions de Russes de souche allemande chassés des rives de la Volga par Staline n'est pas réglée.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent TOUCHART, « VOLGA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/volga/