SOLOVIEV VLADIMIR (1853-1900)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est avec Soloviev que la tradition spirituelle russe élabore pour la première fois une conception du monde où la rationalité occidentale et la contemplation orientale s'intègrent en une synthèse de la science, de la philosophie et de la religion. L'homme lui-même unissait sagesse et modernité : gratifié de visions prophétiques, pèlerin sans demeure permanente, d'une rayonnante bonté, mais aussi passionné pour tout savoir, et tourmenté, sarcastique. Philosophe, poète, penseur engagé, il laisse une œuvre immense, féconde bien au-delà du système qu'elle a ébauché puis détruit. Soloviev anticipe l'œcuménisme, met en valeur la dimension féminine et cosmique de l'être, il annonce un divino-humanisme. Son influence a nourri non seulement la philosophie religieuse, mais aussi la poésie russe, le symbolisme d'Alexandre Blok et d'Andrei Biely, la création dépouillée d'Ossip Mandelstam, en pleine période soviétique.

Une carrière interrompue

Vladimir Soloviev est né à Moscou. Son père était un historien célèbre, lui-même originaire d'une famille ecclésiastique. À neuf ans, l'enfant eut la vision d'une femme « inondée d'azur doré », dans laquelle il reconnut plus tard la Sagesse divine, la Sophia. À treize ans, il entra dans une période d'athéisme violent dont il sortit à dix-huit avec une foi désormais inébranlable. Après des études universitaires en sciences et en philosophie, qu'il tint à compléter à l'Académie de théologie, il s'affirma à vingt et un ans comme un philosophe de génie. S'il puise largement dans l'idéalisme allemand, surtout dans la dernière pensée de Schelling, il se distingue par son sens du Dieu vivant, son ouverture au concret de l'histoire, son intérêt pour la spiritualité de l'Inde, du néo-platonisme et de la kabbale. En 1875, tandis qu'il étudie celle-ci à la bibliothèque du British Museum, un appel intérieur le jette en Égypte où il connaît, dans le désert, une nouvelle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  SOLOVIEV VLADIMIR (1853-1900)  » est également traité dans :

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_44711

Voir aussi

CHRISTOLOGIE    SOPHIA    THÉANDRIE

Les derniers événements

16 juillet 1986 • U.R.S.S.Retour sur Terre de deux cosmonautes de la station orbitale Mir

Leonid Kizim et Vladimir Soloviev, deux cosmonautes soviétiques qui étaient en orbite depuis le 13 mars, regagnent la base de Baïkonour (Kazakhstan) à bord de leur Soyouz T-15. Dès le 15 mars, ils avaient rejoint la nouvelle station orbitale Mir (« Paix » en russe), lancée le 20 février [...] Lire la suite

2 octobre 1984 • U.R.S.S.Record de durée dans l'espace pour trois cosmonautes soviétiques

Trois cosmonautes soviétiques, Leonid Kizim, Vladimir Soloviev et Oleg Atkov, regagnent la Terre à bord du vaisseau Soyouz-T-11. Ils ont passé 236 jours, 22 heures et 50 minutes dans la station orbitale Saliout-7, battant ainsi le record de durée dans l'espace.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « SOLOVIEV VLADIMIR - (1853-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-soloviev/