SOLOVIEV VLADIMIR (1853-1900)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du slavophilisme à l'eschatologie

De 1874 à 1880, Soloviev publie La Crise de la philosophie occidentale, les Principes de la connaissance intégrale, la Critique des principes abstraits. Il est alors idéaliste et slavophile. Dans l'Orient non chrétien, Dieu absorbe l'homme ; dans l'Occident rationaliste, l'homme prétend se déifier par ses propres forces ; seul le « monde slave » peut révéler à l'Orient et à l'Occident la plénitude de la divino-humanité.

À partir de 1880, avec les Cours sur la théandricité, Les Fondements spirituels de la vie, Histoire et avenir de la théocratie, Soloviev élargit sa vision et devient universaliste. Il élabore une conception spirituelle intégrale et dynamique et cherche son application dans l'idéal d'une libre théocratie où s'uniraient les charismes sacerdotal du pape, royal du tsar et prophétique du philosophe inspiré.

Soloviev mène alors, plus seul que jamais, un dur combat contre le nationalisme russe et pour l'union des Églises (1883 : La Grande Controverse ; 1889 : La Russie et l'Église universelle). Il ne se convertit pas au catholicisme, mais affirme sa foi dans l'unité profonde de l'Église, maintenue malgré les divisions historiques des chrétiens. Il pose, une seule fois, prophétiquement, un geste d'intercommunion.

Dans une dernière période, de 1891 à 1900, les grandes synthèses et les grands espoirs des années précédentes s'effondrent : l'histoire n'apparaît plus comme la réalisation progressive du Bien, mais comme une tragédie dont la solution ne peut être qu'eschatologique. L'homme doit mener un combat toujours à reprendre dans l'éthique personnelle et sociale (La Justification du bien, 1895), dans l'amour humain (Le Sens de l'amour, 1894) et surtout dans l'art, qui doit tendre à une « théurgie » capable « d'éclairer et de transfigurer le monde » (Philosophie théorique, 1899). Si toute la pensée de Soloviev est nourrie, d'une part, de la tradition orthodoxe russe, d'autre part, de la tradition hellénique sous la forme platonicienne, on peut d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification

Autres références

«  SOLOVIEV VLADIMIR (1853-1900)  » est également traité dans :

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite

Les derniers événements

U.R.S.S. Retour sur Terre de deux cosmonautes de la station orbitale Mir. 16 juillet 1986

Leonid Kizim et Vladimir Soloviev, deux cosmonautes soviétiques qui étaient en orbite depuis le 13 mars, regagnent la base de Baïkonour (Kazakhstan) à bord de leur Soyouz T-15. Dès le 15 mars, ils avaient rejoint la nouvelle station orbitale Mir (« Paix » en russe), lancée le 20 février […] Lire la suite

U.R.S.S. Record de durée dans l'espace pour trois cosmonautes soviétiques. 2 octobre 1984

Trois cosmonautes soviétiques, Leonid Kizim, Vladimir Soloviev et Oleg Atkov, regagnent la Terre à bord du vaisseau Soyouz-T-11. Ils ont passé 236 jours, 22 heures et 50 minutes dans la station orbitale Saliout-7, battant ainsi le record de durée dans l'espace. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « SOLOVIEV VLADIMIR - (1853-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-soloviev/