SOLOVIEV VLADIMIR (1853-1900)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Omni-unité, théandricité, sophiologie

Pour Soloviev, le temps est venu où la vérité chrétienne doit trouver, hors de tout malentendu et pour le choix ultime des hommes, son expression adéquate en tournant la rationalité occidentale dans le sens de la « monstration » de l'Absolu.

La connaissance empirique et rationnelle ne trouve sa signification qu'à la lumière d'une connaissance intégrale où l'adhésion au Christ nous dévoile toutes les dimensions de la théandricité ou « divino-humanité ». Celle-ci finalise aussi bien l'évolution naturelle que l'histoire. Soloviev élabore une vaste philosophie des religions qui reprend, nuance, approfondit sa première dialectique de l'Orient et de l'Occident et souligne, liée au sens de la matière et de la liberté, la mission imprescriptible d'Israël (au temps des pogroms, Soloviev s'est mis à l'école d'un rabbin pour apprendre l'hébreu ; il est mort en priant pour le peuple juif). En Christ, la divino-humanité se révèle en plénitude, le Logos s'unit à la Sophia. Pour Soloviev, en effet, la christologie prend toute sa valeur historique et cosmique en postulant une « sophiologie ». L'Absolu est à la fois le Néant apophatique et la Plénitude qui contient tout. Se révélant Amour, il se polarise en posant son Autre – le monde, absolu en devenir. Malgré le surgissement du chaos à travers la liberté de l'homme, la Sagesse ne cesse d'aimanter l'univers vers l'omni-unité, c'est-à-dire vers l'Amour trinitaire (qui unit la Bonté, la Vérité et la Beauté). La Sophia est toute-présence de Dieu et transparence secrète des choses, visage féminin rayonnant de tendresse et de chasteté, où se transfigure la matière. La « sophianité » des choses, ce point vierge en chacune offert à la Lumière, se réalise dans l'Église du Saint-Esprit et tout particulièrement dans la Vierge Mère, en qui l'« âme du monde », échappant au chaos, se fait à nouveau réceptacle de l'Absolu.

Le grand souci de Soloviev a donc été de préciser le rapport entre Dieu et le cosmos, entre Dieu et l'histo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification

Autres références

«  SOLOVIEV VLADIMIR (1853-1900)  » est également traité dans :

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

U.R.S.S. Retour sur Terre de deux cosmonautes de la station orbitale Mir. 16 juillet 1986

Leonid Kizim et Vladimir Soloviev, deux cosmonautes soviétiques qui étaient en orbite depuis le 13 mars, regagnent la base de Baïkonour (Kazakhstan) à bord de leur Soyouz T-15. Dès le 15 mars, ils avaient rejoint la nouvelle station orbitale Mir (« Paix » en russe), lancée le 20 février […] Lire la suite

U.R.S.S. Record de durée dans l'espace pour trois cosmonautes soviétiques. 2 octobre 1984

Trois cosmonautes soviétiques, Leonid Kizim, Vladimir Soloviev et Oleg Atkov, regagnent la Terre à bord du vaisseau Soyouz-T-11. Ils ont passé 236 jours, 22 heures et 50 minutes dans la station orbitale Saliout-7, battant ainsi le record de durée dans l'espace. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « SOLOVIEV VLADIMIR - (1853-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-soloviev/