VISIONOptique oculaire et optométrie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Non-accommodation : œil emmétrope

Non-accommodation : œil emmétrope
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Non-accommodation : œil myope

Non-accommodation : œil myope
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Non-accommodation : œil hypermétrope

Non-accommodation : œil hypermétrope
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Lentille astigmate

Lentille astigmate
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Optométrie et lunetterie

On améliore la vision à l'aide de verres, dits correcteurs, qui sont en fait des compensateurs de l'excès ΔP (positif ou négatif) de la puissance oculaire P. Pour pallier la myopie, l'hypermétropie et la presbytie, ces verres sont en général à faces sphériques.

Quand deux lentilles minces de même axe sont au contact, leurs puissances s'ajoutent. Bien que les verres correcteurs soient nécessairement placés à une petite distance en avant de l'œil, on peut encore admettre en première approximation qu'ils doivent avoir une puissance Φ égale à ΔP, mais du signe opposé ; l'écart entre Φ et — ΔP cesse toutefois d'être négligeable au-delà de 5 dioptries.

Beaucoup d'ophtalmologistes et de physiciens recommandent (bien que cette opinion ne soit pas unanime) de donner à la puissance du verre correcteur une valeur algébrique inférieure d'une dioptrie à ΔP (sous-correction des hypéropes, surcorrection des myopes ; en particulier, on ne corrigera pas les faibles hypermétropies). Cela admis, il semble bien que, sauf pour travailler de près, il convienne de porter toute la journée les verres correcteurs pour la vision lointaine : s'ils sont bien placés devant l'œil, leur emploi ne présente contrairement à ce que l'on pense trop souvent, aucun danger d'aggravation de l'amétropie ; il peut même éviter ou ralentir une tendance à cette aggravation.

L'astigmatisme est assez difficile à caractériser avec précision, parce qu'il varie d'un instant à l'autre, et surtout parce que l'œil accommode, si possible, de façon à amener sur la rétine tantôt l'une des focales, tantôt un point intermédiaire. Soit, par exemple, un astigmatisme mixte tel que la formation des focales verticales, caractérisées ci-après par le chiffre 1 en indice, corresponde pour l'œil à un excès de convergence de 1,5 dioptrie et que la formation des focales horizontales (indice 2) corresponde à un défaut de convergence de 1 dioptrie. Considérons dans ce cas les remotums R1 et R2 pour lesquels l'une des focales R′1 ou R′2 se forme sur la fovéa f, en l'absence d'accommodation ; H étant le point princi [...]

Astigmatisme mixte

Astigmatisme mixte

Dessin

Exemple de dédoublement du remotum (astigmatisme mixte). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : ingénieur E.S.O., docteur ès sciences, maître assistant au laboratoire de physique appliquée du Muséum national d'histoire naturelle
  • : directeur honoraire de l'Institut d'optique théorique et appliquée de Paris, professeur honoraire au Conservatoire national des arts et métiers
  • : maître assistante au Muséum national d'histoire naturelle

Classification


Autres références

«  VISION  » est également traité dans :

VISION - Photoréception rétinienne

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 5 924 mots
  •  • 14 médias

L'univers sensoriel de l'Homme est essentiellement visuel : telle est probablement la raison pour laquelle la physiologie de la vision occupe une place si considérable dans l'ensemble de la physiologie sensorielle. Depuis les années trente, qui furent celles de l'identification de la vitamine A dans la rétine par George Wald et des premiers enregistremen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-photoreception-retinienne/

VISION - Neurophysiologie visuelle

  • Écrit par 
  • Jean BULLIER
  •  • 9 811 mots
  •  • 14 médias

La vision est certainement la modalité sensorielle dominante chez l'homme. La compréhension des bases physiologiques de cette fonction a donné lieu à de nombreuses études réalisées principalement chez les vertébrés supérieurs et plus particulièrement chez le singe, dont l'organisation du système visuel se rapproche le plus de celle de l'homme. Cet article […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-neurophysiologie-visuelle/

VISION - Perception visuelle et conscience

  • Écrit par 
  • Sylvie CHOKRON, 
  • Christian MARENDAZ
  •  • 4 532 mots
  •  • 3 médias

L'approche scientifique de la conscience, du fait de sa nature subjective, a été très tardive. Elle a essentiellement concerné la perception visuelle car, outre qu'elle est la modalité sensorielle dominante chez les primates, elle se prête particulièrement bien à une appro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-perception-visuelle-et-conscience/

VISION - Vision et évolution animale

  • Écrit par 
  • Stéphane HERGUETA
  •  • 5 757 mots
  •  • 5 médias

« Tu as vu ce qu'il a dit ? » Cette expression illustre le rapport que nous, humains, construisons avec notre monde. La quasi-totalité de notre interprétation consciente des objets et des situations repose sur la vision, même lorsque la vue ne constitue pas le meilleur des sens pour en apprécier les caractéristiques essentielles. Pensez aux illusions d'optique ou au malaise provoqué par la project […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-vision-et-evolution-animale/

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Organes sensoriels »  : […] Peut-être plus que tous les autres Vertébrés, les Amphibiens possèdent une grande variété d'organes sensoriels. La peau a conservé en général un caractère ichthyen, la ligne latérale , qui intervient dans les réflexes d'équilibration et de posture. Elle est également sensible, grâce à des récepteurs spécialisés, au stimulus d'origine mécanique, chimique, lumineuse, ainsi qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphibiens-batraciens/#i_44893

CERVEAU ET GESTES

  • Écrit par 
  • Didier LE GALL, 
  • François OSIURAK
  •  • 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Geste d’atteinte et de saisie des objets »  : […] Quotidiennement, nous manipulons un grand nombre d’objets pour soit simplement les déplacer, soit les utiliser comme outils. Pour cela, nous devons être en mesure de déplacer notre main jusqu’à l’objet (atteindre) et d’adapter notre prise manuelle à l’objet pour le saisir (une prise forte avec l’ensemble des doigts pour saisir une bouteille versus une prise fine avec le pouce et l’index pour sais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-gestes/#i_44893

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 091 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La spécificité cérébrale éclipse la plasticité »  : […] Les travaux physiologiques du Canadien Wilder Graves Penfield (1891-1976) représentent un nouvel élan pour la localisation corticale des fonctions. Penfield propose des dessins de « cartes » sensorimotrices grâce à la stimulation électrique systématique sur cerveaux à découvert à l'état de veille chez les épileptiques (1937). Pour les « localisateurs » comme Penfield, l'établissement systématique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/#i_44893

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Vision et perception du monde »  : […] Les recherches sur la vision sont peut-être la branche la plus « scientifique » (au sens étroit) des sciences cognitives. C'est aussi celle dans laquelle les neurosciences jouent le plus grand rôle. Le second fait n'explique qu'en partie le premier : la vision présente par rapport à d'autres modalités cognitives des particularités qui la rendent plus accessible à l'enquête scientifique. Elle est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-cognitives/#i_44893

COULEUR

  • Écrit par 
  • Pierre FLEURY, 
  • Christian IMBERT
  •  • 7 837 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Trivariance visuelle »  : […] Les valeurs de λ d et de p , ou de deux coefficients tels que x et y , caractérisent en première approximation une couleur, indépendamment de l'intensité du faisceau qui la transporte. Elles doivent être complétées par une grandeur purement photométrique : flux lumineux F ou mieux, luminance  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur/#i_44893

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 669 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Système nerveux et organes des sens »  : […] Le système nerveux comprend une masse ganglionnaire supraœsophagienne, ou cerveau, qui innerve les appendices préoraux. Une masse ganglionnaire sous-œsophagienne, reliée à la précédente par des connectifs, innerve les pièces buccales et se prolonge par une chaîne nerveuse ventrale qui a conservé une disposition métamérique, avec une paire de ganglions plus ou moins fusionnés correspondant à chaqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crustaces/#i_44893

DALTONISME

  • Écrit par 
  • Philippe LANTHONY
  •  • 1 590 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anomalies de la vision colorée  »  : […] La vision colorée normale est trichromatique. Du point de vue physiologique, cela signifie qu'elle est due à l'absorption des radiations lumineuses par trois types différents de pigments visuels, chacun contenu dans un type spécifique de cellules à cônes de la rétine. On distingue les S-cônes (S comme short ), les M-cônes (M comme middle ) et les L-cônes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daltonisme/#i_44893

DÉVELOPPEMENT COGNITIF ET CÉRÉBRAL EN CAS DE CÉCITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier COLLIGNON, 
  • Virginie CROLLEN
  •  • 1 998 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Différences quantitatives »  : […] La vision est une modalité sensorielle prédominante pour nos interactions avec l’environnement. Au cours de nos déplacements, elle est continuellement intégrée aux signaux auditifs et proprioceptifs que nous percevons. Étant donné le rôle crucial joué par la vision dans le traitement de l’espace, l’étude du traitement spatial chez les aveugles a fait l’objet de nombreuses recherches. La question […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-cognitif-et-cerebral-en-cas-de-cecite/#i_44893

DYSLEXIES DÉVELOPPEMENTALES : LES DIMENSIONS VISUELLES ET ATTENTIONNELLES

  • Écrit par 
  • Sylviane VALDOIS
  •  • 1 073 mots

Des traitements cognitifs visuels et visuo-attentionnels sophistiqués sont nécessairement impliqués dans le traitement des séquences de lettres qui composent les mots écrits. Lors de l’ apprentissage de la lecture, ces traitements font l’objet d’un apprentissage perceptif pour s’adapter aux contraintes du système orthographique. Il est donc naturel qu’un dysfonctionnement de la sphère visuelle pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dyslexies-developpementales-les-dimensions-visuelles-et-attentionnelles/#i_44893

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La naissance et la période néonatale »  : […] Par rapport à la symbiose entre la mère et l'enfant qui caractérise la période intra-utérine, la naissance marque un profond bouleversement pour l'un et pour l'autre. On connaît bien les modifications physiologiques et psychiques qui, chez la mère, suivent l'accouchement : sentiment de « perte » et parfois phase de dépression, qui peut suivre passagèrement toute naissance. Des remaniements identi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-la-petite-enfance/#i_44893

ÉQUILIBRATION

  • Écrit par 
  • Francis LESTIENNE
  •  • 4 475 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fonction proprioceptive de la vision »  : […] Il est maintenant admis que le système visuel a une double fonction : fonction extéroceptive de la vision centrale ou fovéale, qui permet l'identification (forme, dimensions) et la localisation précise (distance) d'un objet ; fonction proprioceptive de la vision périphérique, qui renseigne sur les mouvements relatifs d'une scène visuelle, jouant ainsi le rôle d'un tachymètre. Cette fonction prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibration/#i_44893

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Formes et perception visuelle »  : […] À partir du moment où l'on évacue tout contenu ontologique du concept de forme, c'est évidemment à la perception visuelle que revient la production des formes comme phénomènes. Il ne serait pas de propos ici de s'engager véritablement dans une telle problématique. On se bornera donc à quelques brèves indications sur le traitement actuel de cette question dans le cadre des sciences cognitives. Le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_44893

GRANIT RAGNAR ARTHUR (1900-1991)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 281 mots

Neurophysiologiste suédois, né à Helsinki (1900), mort à Stockholm (1991), connu pour ses travaux sur les processus primaires de la vision. Médecin (1926), il se consacre à la physiologie (1929) et effectue plusieurs séjours dans le laboratoire du neurobiologiste britannique Charles Sherrington (Prix Nobel en 1932) à Oxford. Invité à l'université de Pennsylvanie (1929-1931), il travaille à la fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ragnar-arthur-granit/#i_44893

GULLSTRAND ALLVAR (1862-1930)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 219 mots

Médecin suédois, né Landskrona en 1862, mort à Stockholm en 1930. Diplômé de l'université de Stockholm (1890), il occupe la première chaire de professeur d'ophtalmologie de l'université d'Uppsala (1894-1913), puis dirigera, après 1914, l'enseignement de physique et physiologie optiques de la même université. Il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1911 pour son travail sur « la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allvar-gullstrand/#i_44893

HARTLINE HALDAN KEFFER (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 291 mots

Biophysicien américain, né à Bloomburg (Pennsylvanie) en 1903, mort à Follston (Maryland) en 1983, Hartline reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1967, avec son compatriote George Wald et le Suédois Ragnar Granit, pour leurs découvertes des processus neurophysiologiques et photochimiques de la vision. Diplômé de médecine du Johns Hopkins Institute (1927), il entreprend des études de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haldan-keffer-hartline/#i_44893

HELMHOLTZ HERMANN LUDWIG FERDINAND VON (1821-1894)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BRETEAU
  •  • 1 973 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] C'est bien le désir de s'opposer aux réminiscences vitalistes de ses maîtres en biologie comme J. Müller, autant que la volonté d'approfondir la question du perpetuum mobile à l'arrière-plan, qui, de son propre aveu, guida Helmholtz dans ses premiers travaux de physiologie. Son mémoire de 1845 sur la consommation de matière dans l'action musculaire ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-ludwig-ferdinand-von-helmholtz/#i_44893

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 838 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « La vision »  : […] Les photorécepteurs sont concentrés dans les yeux, les ocelles et les stemmates, certains insectes possédant également des organes internes sensibles à la lumière. L'œil composé est formé par la répétition d'unités individuelles appelées ommatidies (fig. 18) . Chaque ommatidie est elle-même composée d'une facette cuticulaire transparente qui joue le rôle de cornée et recouvre une lentille cristall […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insectes/#i_44893

KOSSLYN STEPHEN (1948- )

  • Écrit par 
  • Michel DENIS
  •  • 484 mots

Stephen Michael Kosslyn est un chercheur américain en psychologie et neurosciences cognitives, qui s'est spécialement illustré dans la recherche sur l'imagerie mentale. Stephen Kosslyn a obtenu ses titres universitaires en psychologie à l'université de Californie à Los Angeles (1970), puis à Stanford (1974). Il a occupé ensuite des postes académiques dans plusieurs universités nord-américaines, ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-kosslyn/#i_44893

LENTILLES DE CONTACT ou LENTILLES CORNÉENNES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 367 mots

Les lentilles de contact sont de fines lentilles artificielles portées à la surface de l'œil pour corriger des défauts de réfraction oculaire qui rendent la vision défectueuse. Les premières d'entre elles furent fabriquées en verre par Adolf Fick en 1887 afin de traiter un astigmatisme. Elles n'étaient pas confortables et ne pouvaient être portées longtemps. Jusqu'à la mise au point d'instruments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lentilles-de-contact-lentilles-corneennes/#i_44893

LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • Séverine MARTRENCHARD-BARRA
  •  • 6 171 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Récepteurs de lumière  »  : […] Il existe plusieurs types de récepteurs dont le principe est lié aux différents effets de la lumière sur la matière : échauffement, excitation électronique, réaction chimique photo-induite... Dans les récepteurs thermiques (utilisés en particulier pour détecter la lumière infrarouge), la lumière produit un échauffement que l'on peut étalonner et mesurer de diverses manières : apparition d'une diff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumiere/#i_44893

MÉMOIRE

  • Écrit par 
  • Serge BRION, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Alain LIEURY
  •  • 12 305 mots

Dans le chapitre « Modifications des connexions par neurochirurgie »  : […] Pour les neuro-embryologistes, l'approche de la plasticité consistait à tester la capacité de restauration ou de réorganisation du système nerveux à la suite de modifications de connexions provoquées chez l'animal adulte ou au cours du développement. L'Américain Roger W. Sperry (1913-1994) montre ainsi que lorsque, chez la grenouille adulte, un œil est retourné de 180 0 d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire/#i_44893

NERVEUX (SYSTÈME) - Le neurone

  • Écrit par 
  • Michel HAMON, 
  • Clément LÉNA
  •  • 5 729 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Retouches structurales du système nerveux »  : […] Malgré l'extrême sophistication des procédés de routage des axones, une fraction significative des connexions initialement établies va disparaître peu après leur formation suivant un processus de sélection et d'élimination. Le système nerveux va d'abord éliminer une fraction des neurones. Dans un grand nombre de cas, la survie des neurones va être suspendue à la présence de molécules dites neurotr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-le-neurone/#i_44893

NOUVEAU-NÉ (psychologie)

  • Écrit par 
  • François JOUEN, 
  • Michèle MOLINA
  •  • 1 208 mots

Le terme « nouveau-né » est réservé pour tout enfant de la naissance jusqu’à la fin du premier mois de vie. Une naissance à terme est comprise entre 37 et 41,5 semaines d’aménorrhée. Le nouveau-né à terme a en moyenne un poids de 3 250 g et une taille de 50 cm. Le nouveau-né apte à la vie extra-utérine est dit « viable » et assure seul ses fonctions cardiaques, respiratoires et métaboliques. Depu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-ne-psychologie/#i_44893

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Particularités, adaptations et origine des faunes des profondeurs »  : […] L'absence de lumière d'origine solaire et le développement de la bioluminescence chez de nombreuses espèces de céphalopodes, de crustacés et de poissons ont pour conséquence une modification des organes de la vision : les yeux deviennent énormes, plus ou moins télescopiques, avec une densité très élevée de cellules rétiniennes photosensibles ou, au contraire, s'atrophient et disparaissent complèt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-dans-les-grandes-profondeurs/#i_44893

ŒIL HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Antoine BERNARD, 
  • Guy OFFRET
  •  • 11 131 mots
  •  • 13 médias

L'œil est l'organe de la vision (cf.  vision -Neurophysiologie) ; récepteur des phénomènes lumineux, l'œil les focalise pour projeter l'image sur la rétine qu'il renferme . Celle-ci, à son tour, analyse cette image, commence à la coder et, par l'intermédiaire du nerf optique puis des voies optiques intracrâniennes, adresse le message visuel au cerveau. L'importance physio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeil-humain/#i_44893

OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Michel CUISIN
  •  • 10 551 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Vue »  : […] L' œil a la même structure d'ensemble que celui des mammifères ; toutefois il en diffère par sa forme, par l'existence d'un « peigne », organe situé à l'intérieur du globe oculaire et qui paraît jouer un rôle dans la nutrition de la rétine qui n'est pas vascularisée. La vision des oiseaux est largement comparable à celle des mammifères les mieux doués à cet égard (primates, homme) et on peut même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oiseaux/#i_44893

ORIENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Orientation astronomique des abeilles »  : […] Les procédés utilisés par les abeilles pour s'orienter doivent être mentionnés à part en raison des mécanismes sensoriels remarquables qu'ils mettent en jeu. La découverte de ceux-ci est due à Karl von Frisch, qui a consacré à cette question des recherches désormais célèbres, dont les premiers jalons ont été franchis dès 1915, époque à laquelle Von Frisch étudiait la vision des couleurs et des fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientation-animale/#i_44893

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La perception de la tridimensionnalité perspective »  : […] Si les projections de la géométrie descriptive permettent de passer sans ambiguïté de la figure objective à sa représentation sur un plan et vice versa ( restitution perspective ), dans le cas de la perspective on néglige le problème inverse pour introduire quelques hypothèses concernant la position du centre de projection et du tableau qui permettent d'organiser la construct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/#i_44893

PHOTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUSSOT-DUBIEN
  •  • 3 531 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Applications de la photochimie »  : […] Parmi les réactions photochimiques les mieux comprises, on peut citer l' isomérisation cis-trans des composés alcéniques par excitation directe (état singulet excité) ou photosensibilisée (état triplet). En prenant le cas du 1,2 dichloroéthylène déjà cité à propos de la différence de conformation des molécules à l'état fondamental et à l'état excité, on comprend facilement q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photochimie/#i_44893

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'équipement sensoriel »  : […] Les organes sensoriels fondamentaux des Vertébrés existent chez les Poissons. La sensibilité chimique (olfaction et goût) est bien développée chez la plupart d'entre eux. L' odorat est localisé aux sacs nasaux situés en avant ou au-dessus de la bouche, ouverts par un étroit orifice. Son importance est variable, mais il joue généralement un rôle important dans divers types […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_44893

PROTHÈSES

  • Écrit par 
  • Pierre RABISCHONG
  •  • 4 293 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] De nombreuses classifications des organes artificiels ont été proposées, tenant compte de la fonction à remplacer, du mode de fonctionnement ou de la localisation à l'extérieur ou à l'intérieur du corps. On peut également reprendre le regroupement correspondant aux quatre sous-programmes de la machine humaine pour établir ce catalogue. Les prothèses de communication concerne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protheses/#i_44893

RÉTINE RÉPARATION DE LA

  • Écrit par 
  • José-Alain SAHEL
  •  • 764 mots

Parallèlement au développement de greffes de neurones, dans le cadre de la maladie de Parkinson ou d'autres maladies neurodégénératives, les greffes de cellules rétiniennes ont fait l'objet de multiples recherches expérimentales depuis le milieu des années 1980. L'œil, et en particulier l'espace situé sous la rétine, bénéficie d'un « privilège immunologique », c'est-à-dire que les phénomènes de re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reparation-de-la-retine/#i_44893

SCLÉROSE EN PLAQUES

  • Écrit par 
  • Ayman TOURBAH
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Premiers symptômes »  : […] Le diagnostic de SEP est évoqué sur des arguments de dissémination temporelle (au moins deux épisodes séparés dans le temps) et spatiale (deux anomalies non expliquées par l'atteinte d'une même région anatomique), et sur l'absence d'un autre diagnostic susceptible d'expliquer la symptomatologie clinique. Les critères diagnostiques actuels offrent à l'I.R.M. une place de choix. En effet, une analys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sclerose-en-plaques/#i_44893

SENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 8 919 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Codage de certains caractères spatiaux »  : […] Pour les récepteurs dispersés au niveau tégumentaire, mécanorécepteurs et, lorsqu'ils existent, thermorécepteurs, photorécepteurs et chémorécepteurs, le codage de la localisation de la stimulation est implicite : si telle fibre de la région caudale est excitée, c'est que le stimulus s'est exercé dans la région caudale. La structure du système est telle qu'à une localisation périphérique du récepte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sensibilite/#i_44893

SPÉLÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe RENAULT, 
  • Raymond TERCAFS, 
  • Georges THINÈS
  •  • 11 740 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les troglobies »  : […] Les troglobies sont les occupants permanents et obligés du milieu souterrain et ne peuvent survivre que dans celui-ci. On les considère, pour cette raison, comme des « prisonniers » du milieu hypogé. Le processus d'inféodation définitive aux conditions de vie souterraine suppose au départ, comme dans le cas des troglophiles, l'action de préadaptation. Néanmoins, à partir d'un stade de pénétratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speleologie/#i_44893

STÉRÉOSCOPIE

  • Écrit par 
  • Josette CACHELOU
  •  • 614 mots
  •  • 2 médias

La sensation de relief dans la vision provient de ce que les deux yeux ne voient pas le même objet sous le même angle. La stéréoscopie comprend donc toutes les méthodes qui permettent d'obtenir une impression de relief, que ce soit en observant un objet à travers un instrument d'optique ou que ce soit en restituant une seule image en relief à partir de deux photographies. De toute manière, la stér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereoscopie/#i_44893

THE SCIENCE OF ART, Martin Kemp

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 229 mots

Dans le chapitre « Machines et couleurs »  : […] Aussi ne doit-on pas davantage s'étonner de voir que Kemp analyse la construction de l'espace dans les Ménines de Diego Velázquez (1656, Prado, Madrid) sans citer les célèbres pages de Michel Foucault à leur sujet, en ouverture des Mots et les Choses (1966). Mais en décrivant la bibliothèque du peintre qui possédait quelques-uns des écrits théoriques l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-science-of-art/#i_44893

TRONC CÉRÉBRAL

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 4 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vision »  : […] Un des grands systèmes au sein duquel le tronc cérébral tient une place capitale est celui de la vision, non pas tellement en ce qui concerne la perception visuelle, la reconnaissance et l'analyse des formes, fonctions dans lesquelles les centres siégeant au niveau du diencéphale et du cortex visuel ont la principale responsabilité, mais par contre en tout ce qui touche à la motilité tant intrins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tronc-cerebral/#i_44893

VIEILLISSEMENT

  • Écrit par 
  • Claude JEANDEL, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 11 831 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Handicaps sensoriels »  : […] L'évolution la plus banale de la vision est, dès avant cinquante ans, l'impossibilité progressive de vision proche par défaut d'accommodation (c'est-à-dire de la fonction d'adaptation du cristallin). Le domaine d'accommodation de l'œil, quantifié par les bornes en dioptries de la vision naturellement correcte, passe de 13 chez l'enfant de trois ans à 5 à quarante ans et à 3 à quatre-vingts ans. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieillissement/#i_44893

VISUALISATION DE L'ACTIVITÉ DU CERVEAU

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 6 298 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Imagerie par magnétométrie »  : […] Durant les années 1980, d’autres techniques de visualisation des activités du cerveau furent développées selon des lignes de recherche antérieures, mais en s’affranchissant des contraintes liées à l’usage de la radioactivité. À la fin des années 1960, l’une d’entre elles consistait à exploiter la mesure de l’effet magnétique de faible intensité produit par l’activité électrique des neurones pour p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/visualisation-de-l-activite-du-cerveau/#i_44893

WALD GEORGE (1906-1997)

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 749 mots

Georges Wald est mort à Cambridge (Mass.) le 12 avril 1997, à l'âge de quatre-vingt-dix ans. Du début des années 1930 à sa retraite, en 1977, il a été la figure dominante dans le domaine de la biochimie des photopigments rétiniens, et le prix Nobel de physiologie, qu'il partagea en 1967 avec les neurophysiologistes H. K. Hartline et R. Granit, n'avait fait qu'entériner une réputation solidement é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-wald/#i_44893

YOUNG THOMAS (1773-1829)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 488 mots
  •  • 1 média

Médecin et physicien anglais. Il apprend le grec, le latin, l'hébreu, le français, l'italien, le persan et l'arabe. Il rédige une analyse des systèmes philosophiques connus en Grèce et se passionne pour la botanique et les mathématiques, puis il étudie la médecine à Londres, à Édimbourg et à Göttingen, où il obtient son diplôme de docteur en médecine en 1795. Young s'installe à Londres en 1799, ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-young/#i_44893

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre DENIEUL, Pierre FLEURY, Françoise VIÉNOT, « VISION - Optique oculaire et optométrie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-optique-oculaire-et-optometrie/