VERTOV DENIS ARKADIEVITCH KAUFMAN dit DZIGA (1895-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Bialystok, Denis Kaufman étudie d'abord la musique et la psychoneurologie. Très marqué par le futurisme de Maïakovski, il prend le pseudonyme de Dziga (« toupie » en ukrainien) Vertov (dérivé du russe vertet, « tourner, pivoter »). Il se passionne pour ce qui ne s'appelle pas encore « musique concrète », montant sons et bruits divers empruntés au réel et fonde, en 1917, le Laboratoire de l'ouïe. Rallié avec enthousiasme à la Révolution, il se met, en 1918, à la disposition du Comité du cinéma de Moscou et devient rédacteur en chef et monteur du Kino-Nédélia (« Ciné-Semaine »). Dans une quarantaine de ces journaux filmés, il expérimente un montage fondé sur le mouvement, qu'il poursuit, faute de pellicule vierge, dans des films de montage, dont il est le pionnier. En 1919, on lui confie un long métrage commémoratif, L'Anniversaire de la Révolution.

Sa double formation artistique et scientifique fait de lui un inlassable expérimentateur. De sa pratique va naître, dès 1919, une succession de réflexions théoriques exprimées non sur le mode de l'exposé (comme chez les autres cinéastes de l'avant-garde soviétique, Koulechov, Poudovkine ou Eisenstein), mais sur celui du manifeste, à la façon des futuristes, et marqué par des mots clés : « kino-glaz/ciné-œil », « kino-pravda/ciné-vérité », « vie à l'improviste »... Sa pensée théorique est, de ce fait, peu aisée à cerner, d'autant qu'elle a varié au fil des années et que la pratique du cinéaste est souvent loin de lui correspondre. Le point central et invariable de cette pensée est le refus du « ciné-drame artistique » (avec scénario, studio, décors, acteurs), nouvel « opium du peuple » auquel il reproche d'« hébéter et de suggestionner » le spectateur. Le principe du ciné-œil repose sur l'idée que la caméra, « œil plus parfait que l'œil humain », enregistre des faits, mais est dirigée par une pensée qui choisit le sujet et organise les prises de vues préalablement au tournage ; d'où l'idée du montage ininterrompu et la formule : « Le mont [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  VERTOV DENIS ARKADIEVITCH KAUFMAN dit DZIGA (1895-1954)  » est également traité dans :

L'HOMME À LA CAMÉRA, film de Dziga Vertov

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 934 mots

Si le jeune Denis Kaufman (1895-1954) se choisit un pseudonyme à la résonance futuriste, c'est qu'il entend ne pas ressembler aux « cinéastes, troupeau de chiffonniers qui fourguent assez bien leurs vieilleries ». Épris de modernité, intimement convaincu par l'utopie communiste, il assigne au cinéma un rôle tout autre que de se substituer, fût-ce avec talent, au théâtre bourgeois. De ses premiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-a-la-camera/#i_17440

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Les grands Soviétiques après 1930 »  : […] À l'avènement du parlant, comment allaient réagir les grands cinéastes soviétiques, eux qui avaient fait du cinéma muet un authentique moyen d'expression ? Il est frappant de voir que leur attitude fut à la fois réactionnaire, lucide et constructive. Dès 1930, Eisenstein, Poudovkine et Alexandrov publient un manifeste devenu célèbre, où ils prennent position : « Le film sonore, écrivent-ils, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17440

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Puissances du montage (l'école soviétique) »  : […] « Béla oublie les ciseaux », reproche Eisenstein à Balázs. Cette phrase définit assez l'orientation des théoriciens-cinéastes soviétiques, qui tiennent le montage pour l'essence du cinéma et lui donnent chacun un sens selon leur pratique, liée à la recherche et à l'enseignement. Lev Koulechev (1899-1970) va démontrer, expérimentalement, la puissance du montage en collant le même gros plan d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-theories-du-cinema/#i_17440

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 452 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps du muet (1896-1930) »  : […] Filmer le réel à l'état brut est une pratique courante depuis Lumière, dont c'était l'unique ambition, et qui a envoyé ses opérateurs aux quatre coins du monde. Leur expérience (qu'on pense à la carrière d'un Félix Mesguich) a été précieuse, mais il y a loin du document au documentaire, de l'enregistrement avec dispositif minimal à l'œuvre élaborée. Des cinéastes comme Alfred Machin ont pu cependa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-documentaire/#i_17440

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le premier cinéma soviétique : le montage contre la mise en scène »  : […] Là où l'expressionnisme s'exprimait par le plan-tableau, surcomposé, surdéterminé, nécessairement statique, rejetant le montage et le mouvement en général comme susceptible de détruire une composition longuement élaborée, le cinéma soviétique issu de la révolution d'Octobre trouve d'autres solutions qui feront progressivement table rase non seulement de la notion de mise en scène, mais également d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-mise-en-scene/#i_17440

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 663 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'avant-garde soviétique »  : […] Les cinéastes soviétiques des années 1920 vont également faire du montage le centre de leurs préoccupations. En montant un même gros plan d'acteur face à des images différentes, Lev Koulechov démontre que le spectateur produit lui-même les liaisons entre les images et les sentiments qui en découlent. Une série de plans empruntés à des lieux ou à des corps différents montés ensemble donnent l'illu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-montage/#i_17440

CINÉMA-VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 416 mots

La fortune de l'expression « cinéma-vérité » trouve son origine en 1960, dans une chronique d'Edgar Morin qui rendait compte d'un festival de films ethnographiques à Florence. En réalité, Morin avait intitulé son article « Pour un nouveau cinéma-vérité », hommage implicite aux travaux du cinéaste soviétique Dziga Vertov (1895-1954). Théoricien du mouvement Kino-Glaz (« ciné- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-verite/#i_17440

FLAHERTY ROBERT (1884-1951)

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER
  •  • 1 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un romantique contemplatif »  : […] John Grierson, qui animait une équipe britannique très engagée dans le documentaire social, invite Flaherty à venir réaliser en Angleterre Industrial Britain , puis The English Potter (1933). Auparavant, par le hasard d'une conversation, Flaherty avait découvert les dures conditions de vie sur les îles d'Aran, à l'ouest de l'Irlande, très loin de Londres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-flaherty/#i_17440

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_17440

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Transition »  : […] Les dirigeants soviétiques prennent conscience de l'universalité du cinéma sonore : la décision de reconvertir l'industrie est politique avant d'être commerciale, comme toujours dans le cinéma soviétique. Staline l'explique à Eisenstein et à Alexandrov au moment de les envoyer à l'étranger : « Le monde entier regarde attentivement les films soviétiques et tout le monde les comprend. Vous n'imagine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_17440

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « VERTOV DENIS ARKADIEVITCH KAUFMAN dit DZIGA - (1895-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertov-denis-arkadievitch-kaufman-dit-dziga/